À propos

Le livre donne à voir la vie quotidienne, les épreuves permanentes, l'art de la débrouille ainsi que les détresses de ces femmes femmes confrontées à des situation de violence.
Le livre privilégie les problématiques de genre et de développement des vulnérabilités accentuées par les différents épisodes de la pandémie en inscrivant les récits recueillis dans le contexte historique et social de la transformation des quartiers populaires.
Il interroge la place des femmes dans l'espace public.
À la recherche de lieux et de relations privilégiées qui les aident à se maintenir en vie. Pour certaines, ce sera une boutique bric-à-brac, pour d'autres les couloirs du métro, le hall d'une gare, une camionnette ou un banc.
L'ouvrage met également une focale particulière sur la place du corps qui joue pour ces femmes un rôle charnière, tant sur le plan de la visibilité (manières d'apparaître et de disparaître), des techniques de survie que sur celui de leur humanité où se croisent en permanence souffrances et petits plaisirs.
Ces « femmes du coin de la rue », ce sont nos voisines, que nous croisons, parfois sans les voir, en bas de chez nous, dans le métro, à la fin des marchés.
Si certaines sont destinataires d'interventions et d'aides (associations, travailleurs sociaux...), la plupart se tiennent à distance ou ne les rencontrent que très occasionnellement, souvent par peur des logiques de contrôle et d'encadrement ; ce sont surtout ces dernières que l'autrice a rencontrées.
Elles constituent un prisme d'appréhension de la condition des femmes précarisées dans les villes d'aujourd'hui.
S'en rapprocher, les considérer, les écouter peut permettre d'inverser les spirales dans lesquelles elles sont prises.


Sommaire

Des femmes infâmes ?
1) des femmes dans les plis de l'espace public.
Lignes de partage.
- Trajectoires urbaines.
- Figures féminines dans l'espace urbain.
La belle flâneuse et le mauvais genre.
- Au tournant du 19e siècle : soustraire les femmes de l'espace public.
Le virus dans la ville : les confiné·es du dehors.
Frontières de genre et de classe.
- Jusqu'au bout de la vie : violences et travail invisible, rançons du déclassement.
- Petits tas aux bords du périph.
- D'une tente à l'autre : la valse des réfugié·es.
- Battre le pavé ou manger les murs.
- Comme des funambules : pentes vers la désaffiliation.
- La rue, théâtre de la cruauté.
Ii) une lutte des corps.
Les corps déchus de la planète parisienne.
- Les damnées du bitume.
- Les blessures des corps propres.
- Touchées sous la peau : la chair à vif.
- Doubles peines : précaires et mauvaises mères ?
- Entre l'exil et le trottoir : le risque de s'oublier.
- Sans consentement : les blessures banalisées du quotidien.
- Violer un trans, « c'est pas violer ».
- Les violences des journées ordinaires.
- La loi du marché : des corps à très bas coût.
- Esclaves.
- Une protection équivoque : les « hommes-ressources » :
- Entre privé et public : les corps-vitrines.
Reprendre corps.
- Résister.
- À côté des autres, différentes.
- Une nouvelle partition possible ?
Annexes.
Profils des principales personnes apparaissant dans le texte.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société > Féminisme


  • Auteur(s)

    Patricia Bouhnik

  • Éditeur

    SYLLEPSE

  • Distributeur

    SODIS

  • Date de parution

    15/02/2024

  • Collection

    Nouvelles Questions Feministes

  • EAN

    9791039901918

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    190 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    264 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty