Les ratonnades d'Alger, 1956 : Une histoire de racisme colonial

À propos

Des violences racistes et systémiques.

Samedi 29 décembre 1956, l'Algérie française porte en terre l'un de ses meneurs, Amédée Froger, tué la veille. Ses obsèques à Alger seront l'occasion de violences racistes à l'encontre des « musulmans », que l'on a qualifiées de « ratonnades ».

Sylvie Thénault enquête sur ces événements pour les inscrire dans la longue durée coloniale. Loin de se résumer à des actions ponctuelles ou aux attentats de l'OAS, ces violences sont le fait de Français nés en Algérie. Elles se nourrissent d'un rapport de domination qui a commencé en 1830, empruntant à toutes les formes d'oppressions possibles, et s'ancrent dans un espace urbain marqué par la ségrégation raciale.

Cet ouvrage plonge le lecteur au coeur de la société coloniale algérienne, traversée de brutalités et de peurs, au plus près de cette foule d'anonymes, qui ont été partie prenante de la Guerre d'indépendance algérienne.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Epoque contemporaine (depuis 1799)


  • Auteur(s)

    Sylvie Thénault

  • Éditeur

    POINTS

  • Distributeur

    MDS

  • Date de parution

    19/01/2024

  • Collection

    Points Histoire

  • EAN

    9782757899397

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    352 Pages

  • Longueur

    17.7 cm

  • Largeur

    11.1 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    186 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Sylvie Thénault

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Directrice de recherche au CNRS, spécialiste de la colonisation française en Algérie et de la Guerre d'indépendance algérienne, Sylvie Thénault a publié plusieurs livres remarqués sur l'histoire de l'Algérie coloniale. En codirection avec Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou et Ouanassa Siari-Tengour, elle a signé Histoire de l'Algérie à la période coloniale : 1830-1962, plusieurs fois réédité après une première parution franco-algérienne (Barzakh/La Découverte, 2012).

empty