La part des femmes : Relire la bible pour repenser l'Eglise

À propos

Aucun résumé n'est disponible

Sommaire

INTRODUCTION.
Repartir de l'anthropologie biblique pour revaloriser la place des femmes.
Les premiers chapitres bibliques n'induisent pas de subordination.
Égalité en Genèse 1,27 et Genèse 2, 17-25 .
Nuptialité : une métaphore de la relation juste ?
Les enseignements du chapitre 3 de la Genèse.
Ève, la Torah, le serpent et Adam.
Maternité : une bénédiction étrangement transformée en « souffrance ».
Les femmes sauvent le Peuple de Dieu.
Sarah porte le message de l'alliance.
Les femmes dans la destinée de Moïse.
Myriam la prophétesse.
Tsippora et la circoncision.
Judith choisit la force et la ruse pour sauver le nom divin.
L'apostolicité n'est pas l'apanage des seuls individus masculins.
La Magdaléenne et ses secrets.
Marie Madeleine : une « figure » déjà vue ?...
Quand Marie Madeleine et Marie de Béthanie se confondent.
Marie Madeleine apôtre plutôt qu' « Apôtre des apôtres » ?
Marthe : une théologienne dans l'entourage de Jésus.
Une relativisation du choix des Douze.
L'entourage féminin de Paul.
Sortir des infantilisations, marginalisations, et diabolisations.
Quand la peur s'en mêle : rejet des femmes et de leur corporéité.
De la Déesse-mère jusqu'à Marie en passant par Asherah.
Une corporéité dénigrée.
La résistance du concept de « femme éternelle ».
Quel regard « phénoménologique » sur le corps des femmes ?
Une survalorisation indue de la maternité.
Quand la discrimination se prétend théologique.
Exploitation des catégories du pur et de l'impur.
Du sang des règles au sang versé du Christ : un chemin qui veut éloigner les femmes.
Une transition dans le rapport masculin/féminin au sacré.
D'inquiétantes mises à la marge.
Se situer par rapport aux courants féministes.
Les enjeux de genre et le rejet des LGBTQIA+ Mise à part des divorcés-remariés.
Des réflexes de repli identitaire.
Redécouvrir l'égalité baptismale.
Des humains moins visibles que d'autres ?
Qui a fondé l'Église ?
Une Église depuis quand et pour qui ?
Le sens du sacrement de baptême.
Qui Dieu vient-il sauver en s'incarnant ?
Chaque baptisé est « prêtre, prophète et roi ».
Revisiter une ecclésiologie en dérive face au message de l'Évangile.
Relire l'idée d'obéissance à partir du Magnificat.
Réinterpréter la représentation du Christ.
Une interprétation biaisée.
Déjouer l'argument de la ressemblance.
Sortir de l'argument de « tradition ».
Les dérives de l'entre-soi clérical .
Retrouver l'égalité jusque dans les charges et fonctions ecclésiales.
La notion de sacré est étrangère à l'Évangile.
Des pistes pour « désenclaver » le continent féminin.
Honorer la parole des femmes.
Spiritus Domini. Étincelle d'ouverture ou « emplâtre sur une jambe de bois » ?
Quid de l'ordination des femmes ?
Décléricaliser l'Église.
Le manque de vocations n'est pas un argument.
Abolir la structure hiérarchique.
Des femmes dans la « chambre haute ».
Des églises de maisonnée.
Sortir enfin du cléricalisme.
Des sacrements réinterprétés.
Repenser le rite de l'eucharistie.
Pour un renouvellement des autres sacrements.
Faire Église autrement.
CONCLUSION.

Rayons : Religion & Esotérisme > Religion généralités > Religion et société


  • Auteur(s)

    Sylvaine Landrivon

  • Éditeur

    EDITIONS DE L'ATELIER

  • Distributeur

    HARMONIA MUNDI

  • Date de parution

    19/01/2024

  • Collection

    Sciences Humaines

  • EAN

    9782708254336

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    240 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    13.5 cm

  • Épaisseur

    1.7 cm

  • Poids

    256 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Sylvaine Landrivon

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Après avoir enseigné les sciences humaines, Sylvaine Landrivon est maître de conférences en théologie à l'université catholique de Lyon et responsable pédagogique dans le cadre de l'enseignement à distance : Théo en ligne. Depuis plusieurs années, elle explore les rapports masculin/féminin à travers les Écritures et les Pères.

empty