À propos

Revenant sur les origines de cette association, Kévin Bideaux met en évidence les idéologies sous-jacentes aux emplois de cette couleur. Il montre que le rose contribue à une esthétisation du genre et à la répétition de stéréotypes : tour à tour marqueur de beauté et de séduction, de douceur et de naïveté. En marquant le féminin, le rose le rend superficiel et artificiel, et par conséquent l'invisibilise. Associé au masculin, il connote l'efféminement, voire l'homosexualité. En ce sens, le rose est une véritable « technologie de genre », participant constamment à la production de ce dernier.
À l'intersection des études de genre et de l'histoire de l'art, cet ouvrage retrace la longue histoire sociale, artistique, politique et culturelle du rose : de sa rivalité avec le rouge à son association à la fleur, en passant par le rendu des chairs - et donc de la nudité - dans la peinture ; des évolutions de la mode à l'opposition du bleu et du rose, ou aux usages que le cinéma, les dessins animés et les jeux vidéo en ont fait ; de la construction de la préférence pour le rose à sa place dans le marketing, en passant par la relation ambivalente que les mouvements féministes et LGBTQ entretiennent à son égard


Rayons : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'art


  • Auteur(s)

    Kévin Bideaux

  • Éditeur

    AMSTERDAM

  • Distributeur

    BELLES LETTRES

  • Date de parution

    03/11/2023

  • EAN

    9782354802769

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    512 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Épaisseur

    4.5 cm

  • Poids

    1 418 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Kévin Bideaux

Kévin Bideaux est artiste et chercheur en arts et en études de genre,
membre du Laboratoire d'études de genre et de sexualité (LEGS) et du
Centre français de la couleur (CFC). Il a soutenu en 2021 sa thèse de
doctorat La Vie en rose. Petite histoire d'une couleur aux prises avec le genre,
récompensée par le Prix de thèse 2022 de l'Institut du genre.

empty