La dame du manoir de Wildfell Hall (préface Isabelle Viéville Degeorges)

Traduit de l'ANGLAIS par BENOIT DOMIS

À propos

L'arrivée de Mrs Helen Graham, la nouvelle locataire du manoir de Wildfell, bouleverse la vie de Gilbert Markham, jeune cultivateur.
Qui est cette mystérieuse artiste, qui se dit veuve et vit seule avec son jeune fils ? Quel lourd secret cache-t-elle ? Sa venue alimente les rumeurs des villageois et ne laisse pas Gilbert insensible. Cependant, la famille de ce dernier désapprouve leur union et lui-même commence à douter de Mrs Graham... Quel drame s'obstine-t-elle à lui cacher ? Et pourquoi son voisin, Frederick Lawrence, veille-t-il si jalousement sur elle ?
Publié en 1848, La Dame du manoir de Wildfell analyse la place des femmes dans la société victorienne. Considéré comme l'un des tout premiers romans féministes, il entretient de nombreux liens avec Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë et s'inspire de la descente aux enfers, de l'alcoolisme et de la débauche de leur frère Branwell, mort entre leurs bras.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Anne Brontë

  • Traducteur

    BENOIT DOMIS

  • Éditeur

    Archipoche

  • Distributeur

    Interforum

  • Date de parution

    05/09/2012

  • Collection

    Archipoche

  • EAN

    9782352873471

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    600 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    3.3 cm

  • Poids

    325 g

  • Support principal

    Poche

Anne Brontë

Fille d'un pasteur anglican née en 1820, Anne Brontë passe sa jeunesse au presbytère de Haworth avec son frère et ses soeurs aînées Emily et Charlotte. Tous quatre font très tôt preuve d'une imagination hors du commun. Les trois soeurs publient ensemble un recueil de poèmes, avant d'écrire chacune des romans. Anne, marquée par son expérience de gouvernante (1835-1845), souligne dans Agnes Grey (1847) la responsabilité des parents dans le manque de rectitude morale des enfants de familles riches. Femme réservée, elle masquait ses sentiments sous un « voile de nonne rarement soulevé », selon sa soeur Charlotte. Elle meurt en 1849 de la tuberculose, comme son frère et Emily, après avoir publié l'année précédente cet ultime roman, La Dame du manoir de Wildfell.

empty