Agnes Grey

Traduit de l'ANGLAIS par DOMINIQUE JEAN

À propos

«Miss Grey était une étrange créature ; jamais elle ne flattait et elle était loin de leur faire assez de compliments ; mais, quand elle parlait d'elles ou de quoi que ce fût qui les concernât en termes élogieux, elles pouvaient avoir la certitude que sa bonne opinion était sincère. Elle se montrait dans l'ensemble très prévenante, discrète et pacifique, mais certaines choses la mettaient hors d'elle ; certes, cela ne les gênait guère, mais pourtant mieux valait ne pas la désaccorder puisque, lorsqu'elle était de bonne humeur, elle leur parlait, était fort agréable et pouvait parfois se montrer extrêmement drôle, à sa manière, qui était bien différente de celle de Mère, mais faisait toutefois très bien l'affaire pour changer. Elle avait des opinions arrêtées sur tout, auxquelles elle restait farouchement attachée... Des opinions souvent rebutantes, puisqu'elle pensait toujours en termes de bien et de mal et avait une curieuse révérence pour ce qui touchait à la religion et un pendant incompréhensible pour les honnêtes gens.»


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Anne Brontë

  • Traducteur

    DOMINIQUE JEAN

  • Éditeur

    Gallimard

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    07/11/2001

  • Collection

    L'imaginaire

  • EAN

    9782070762231

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    298 Pages

  • Longueur

    19.2 cm

  • Largeur

    13.1 cm

  • Épaisseur

    1.9 cm

  • Poids

    304 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Anne Brontë

Fille d'un pasteur anglican née en 1820, Anne Brontë passe sa jeunesse au presbytère de Haworth avec son frère et ses s?urs aînées Emily et Charlotte. Tous quatre font très tôt preuve d'une imagination hors du commun. Les trois soeurs publient ensemble un recueil de poèmes, avant d'écrire chacune des romans. Anne, marquée par son expérience de gouvernante (1835-1845), souligne dans Agnes Grey (1847) la responsabilité des parents dans le manque de rectitude morale des enfants de familles riches. Femme réservée, elle masquait ses sentiments sous un « voile de nonne rarement soulevé », selon sa soeur Charlotte. Elle meurt en 1849 de la tuberculose, comme son frère et Emily, après avoir publié l'année précédente cet ultime roman, La Dame du manoir de Wildfell.

empty