À propos

L'art n'est pas la revanche de l'impuissance, mais la mise en oeuvre d'un désir qui rejoint sa source. Si chacun est écrit par ses rêves et ses symptômes, l'écrivain est celui qui ajoute l'acte à la lettre dont tous subissent la marque. Fils de ses oeuvres, il invente le chiffre de son origine. C'est le travail de la lettre, de ce qu'elle dérobe à ce qu'elle restitue, que Catherine Millot, psychanalyste, s'est attachée à suivre dans les oeuvres de Proust, Colette, Flaubert, Sade, Hofmannsthal, Joyce, Mallarmé et Rilke, montrant comment l'écriture s'accomplit à donner corps par le style à des objets étranges, comme un regard ou une voix. Regard dont À la recherche du temps perdu explore les facettes à travers les ravages de l'asthme, de la jalousie et du sadisme. Regard au coeur de l'expérience «mystique» du poète, épiphanies joyciennes ou Erlebnisse rilkéennes, ouvrant l'espace d'un monde où l'intime devient extime, là où seul l'écrit peut nouer, aux confins du langage, la jouissance du corps et celle des mots.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Lettres et langues > Lettres > Histoire de la littérature


  • Auteur(s)

    Catherine Millot

  • Éditeur

    Gallimard

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    01/03/1991

  • Collection

    L'infini

  • EAN

    9782070722433

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    232 Pages

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14.2 cm

  • Épaisseur

    1.8 cm

  • Poids

    297 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Catherine Millot

Écrivain et psychanalyste, Catherine Millot est l'auteur de cinq livres parus dans la collection «
L'Infini » aux Éditions Gallimard : La vocation de l'écrivain (1991), Gide Genet Mishima (1996),
Abîmes ordinaires (2001), La vie parfaite (2006), O Solitude (2011, Folio n° 5541).

empty