Meilleures Ventes

  • 1. VACANCES LITTÉRAIRES / 1

  • 2. Idylle saphique

    Idylle saphique

    Pougy/Chalon

    « Quand elle écrit "Idylle saphique", Liane de Pougy est l'une des reines du demi-monde. Ses perles, ses rivalités avec Caroline Otero, son amitié avec Jean Lorrain, sa distinction, sa minceur remarquable en une époque de beautés opulentes sont fameuses à Paris, Londres, Berlin, Rome. En sa personne, Liane représente les États-Unis d'Europe de la galanterie et pratique des tarifs à la hauteur de sa réputation. Si elle livre son corps aux hommes, c'est son métier, elle n'aime que les femmes, et cela depuis son enfance, quand on la croyait dévotement prosternée à l'église alors qu'elle ne se penchait que pour mieux apercevoir les jambes d'une dame. Au printemps 1899, à Paris, Liane de Pougy va enfin rencontrer son double, Natalie Clifford Barney, une très belle Américaine de vingt-trois ans, blonde, tellement blonde que ses amies l'ont surnommée "Moon-Beam" ("Rayon de lune"). » J. C.

  • 3. La grande princesse

    La Grande Princesse Un conte qui déconstruit les normes sexistes que nous sommes habituées à lire dans les livres d'enfants. Le féminin est à l'honneur dans cet ouvrage jeunesse ! A partir de 4 ans. La princesse quitte sa petite planète pour chercher une grande planète à la taille de ses rêves. Durant son voyage, elle va atterrir sur huit planètes extraordinaires habitées par des femmes extraordinaires.
    De Simone Veil à Rosa Parks, chacune d'elles lui offrira de belles leçons de vie pour la guider dans sa quête. Etes-vous prêt. e à rêver ? Un conte philosophique sur la puissance des femmes. Un vrai petit voyage qui parle des grandes questions de la vie. Pour toutes celles et ceux qui aiment rêver. Ecrit et illustré par Julia Pietri

  • 4. VACANCES LITTÉRAIRES / 2

  • 5. P'TITE BOX DE L'ÉTÉ

  • 6. 100% bio ; les femmes de sciences vues par une ado un peu vénère !

    Depuis que son frère a déclaré que les femmes étaient nulles en sciences, Louise est prête à tout pour lui prouver qu'il a tort. Et pour ça, quoi de mieux qu'une émission sur Internet qui mette en lumière le parcours et les travaux des grandes femmes scientifiques ? De la chimie à l'astronautique, c'est parti pour un tour d'horizon drôle et documenté de ces grandes figures, sans prise de tête !

    Entre anecdotes, explications scientifiques et interview d'une vraie chercheuse, Louise te présente avec humour 25 femmes qui ont marqué l'histoire des sciences. Le bonus ? Grâce aux illustrations BD, les personnages prennent vie pour tout te raconter !

    #ilnyapasquemariecurie #féminisme #endirectdulabo Dans la même collection, retrouve aussi d'autres personnalités vues par des ados : Léonard de Vinci, Molière, Einstein, Mozart, les figures de la mythologie grecque et Cléopâtre !

  • 7. Les inventrices et leurs inventions

    Tous les jours, nous utilisons une multitude d'objets qui nous sont devenus indispensables. Couches jetables, lave-vaisselle, mais aussi essuie-glaces ou périscope : ces objets révolutionnaires ont pour point commun d'avoir tous inventés par des femmes, bien souvent oubliées. Justice leur est rendue dans ce très bel album qui les présente avec leurs incroyables inventions sous le pinceau joyeux de Luciano Lozano !
    Un album qui va dans le sens du développement documentaire des Éléphants : un positionnement féministe, une ouverture aux sciences et au monde, le tout agrémenté du superbe travail de Luciano Lozano, un brin désuet, profondément sensible, toujours empreint d'un humour subtile.

  • 8. Contes d'un autre genre

    Trois contes où les princesses prennent en main leur destin, où la vaillance n'est pas toujours du côté des hommes ni la sensibilité l'apanage des femmes.

    La belle éveillée, illustré par François Bourgeon.
    Il était une fois une princesse à qui les fées avaient accordé l'intelligence, le courage et... de terribles cauchemars. À quinze ans, elle se piqua le doigt et sombra dans le sommeil.

    Rouge-Crinière, illustré par Sylvie Serprix.
    Rouge-Crinière la sanguinaire offrit un jour l'hospitalité à un soldat blessé. Elle l'autorisa à circuler comme bon lui semblait dans son château... sauf dans la petite chapelle. Mais il ne put résister à la curiosité.

    Les souliers écarlates.
    Un seigneur avait épousé une jeune fille telle qu'il l'avait souhaitée : aussi belle qu'il était grand, aussi fragile qu'il était fort. Plus elle était fragile, plus il se sentait fort. Il se mit donc à la malmener.

  • 9. Lou Andreas-salomé, Catherine Pozzi ; deux femmes au miroir de la modernité

    Lou Andreas-Salomé et Catherine Pozzi n'ont guère eu le droit de cité dans l'histoire de la philosophie et leur destin d'intellectuelles s'est souvent vu occulté par leur proximité avec de grandes figures dans l'ombre desquelles leur oeuvre aura grandi. Nietzsche, Rilke ou Freud pour l'une, qui aura pâti tout autant que joui de son statut d'égérie, Paul Valéry pour l'autre, qui en aura été l'amante ombrageuse. Cet ouvrage propose une lecture philosophique de ces deux femmes pour saisir au plus près leurs ambivalences.

  • 10. Emportée ; correspondance de Tina Jolas et Carmen Meyer

    Fille de l'ethnologue et traductrice Tina Jolas et du poète André du Bouchet, Paule du Bouchet a souhaité rééditer "Emportée" aux éditions des femmes-Antoinette Fouque. Commencé au lendemain de la mort de sa mère, ce livre qui lui est consacré réhabilite l'intelligence et la profondeur d'une femme longtemps restée dans l'ombre de l'Histoire intellectuelle et littéraire du XXe siècle. Sa passion pour René Char a conduit Tina Jolas à quitter le foyer alors que Paule était âgée de six ans. Tout entière vouée à l'exigence exclusive et jalouse de Char pendant trois décennies, elle a été pour sa fille une figure de grâce et de disparition permanente. Avec une douceur et une délicatesse inouïes, Paule du Bouchet retrace une cartographie des lieux, des instants, des évènements qui ont marqué la vie familiale, la privation douloureuse d'intimité avec sa mère, « quarante ans de rendez-vous manqués ». La puissance d'évocation de son écriture rend sensible à la fois son désespoir, la splendeur de cette mère happée dans un "ailleurs" et l'amour indéfectible qui les lie.
    Au récit des souvenirs d'enfant et d'adolescente se mêlent des extraits de lettres adressées par Tina Jolas à son amie de toujours Carmen Meyer : « Je suis heureuse, dans un bonheur encore nouveau, différent de tous les autres que j'ai pu connaître avec Lui parce que, comme seul l'a compris Tolstoï, le bonheur se détruit pour renaître et n'a jamais le visage auquel on s'attend ». La riche correspondance avec René Char, à qui elle a offert sans compter son talent et sa créativité poétique étant à ce jour interdite de publication, les quarante lettres inédites publiées à la suite de cette nouvelle édition portent la voix vibrante de Tina Jolas.

    « Ma mère possédait en propre une aptitude au secret, singulièrement raffinée, laquelle se rapprochait chez elle de l'acception la plus accomplie du mot, le sens du mystère. Dans le même temps, elle restait une grande et droite nature. Alchimie rare entre toutes, haut lieu de son intimité, c'était là sa part infiniment poétique. Celle qui l'a fait aimer des poètes. »

  • 11. POÉSIE ESTIVALE

  • 12. Le langage de la déesse

    « Cet ouvrage a pour objet de présenter l'"écriture" picturale de la religion liée à la Grande Déesse de la vieille Europe, écriture composée de signes, de symboles et d'images des divinités. Telles sont nos sources fondamentales pour reconstruire cette scène préhistorique ; elles sont essentielles à une véritable compréhension de la religion et de la mythologie occidentales. [...] L'étonnante répétition des associations symboliques au cours du temps et dans toute l'Europe sur les poteries, les figurines et autres objets de culte m'a convaincue que nous sommes là devant autre chose que de simples « motifs géométriques » : ces signes appartiennent à un alphabet métaphysique. » M. G.

  • 13. Le langage de la déesse

    Marija Gimbutas (1921-1994), archéologue américaine d'origine lituanienne, professeure à l'université de Californie, est l'auteure d'une vingtaine d'ouvrages. Partie de l'archéologie matérielle, elle a progressivement orienté ses travaux vers une « archéomythologie » (procédé interdisciplinaire qui relie l'archéologie, la mythologie comparée et le folklore), appliquée aux cultures « pré-patriarcales » (néolithiques) de l'Europe et, plus particulièrement, du domaine égéen et balkanique. Le Langage de la déesse constitue l'aboutissement de ses plus importantes recherches.

  • 14. DES BULLES POUR BULLER

  • 15. Ferdaous, une voix en enfer

    La romancière Assia Djebar, en collaborant à la traduction, a voulu rendre sensible le plus possible dans des mots français, la révolte haletante des mots arabes de cette voix : celle de l'écrivaine, et à travers elle, de Ferdaous-en-Enfer.

    « Ferdaous, en langue arabe signifie « paradis » et c'est donc une femme prénommée « Paradis » qui, la veille d'être pendue pour avoir tué un homme, interpelle d'« une voix en enfer », toutes les autres femmes d'une société où l'oppression sexuelle séculaire commence à peine à être dite de l'intérieur. Étapes successives de la vie de Ferdaous, devenue prostituée par révolte, après avoir traversé les cercles d'une exploitation implacable et qui, au bout de multiples fuites désespérées, devient meurtrière par défi. Est-ce un roman « populaire », cette histoire écrite par Naoual El Saadaoui, célèbre essayiste au Moyen-Orient dont les études sur la sexualité sont basées sur son expérience de médecin, et dont les romans sont lus par une importante jeunesse féminine, mais contestés par une culture officielle ?... « Populaire », ce livre l'est avec une chaleur véhémente, car la fiction ici est ancrée dans les drames sociaux et sexuels de la réalité arabe actuelle. » A.D.

  • 16. água viva

    água viva

    Clarice Lispector

    « Et je veux capturer le présent qui, par sa nature même, m'est interdit [...].
    Mon thème est l'instant, mon thème de vie. Je cherche à lui être pareille, je me divise des milliers de fois en autant de fois que d'instants qui s'écoulent, fragmentaire que je suis et précaires les moments - je ne me m'engage qu'avec la vie qui naît avec le temps et avec lui grandit : c'est seulement dans le temps qu'il y a de l'espace pour moi. [...] La musique ne se comprend pas : elle s'entend. Entends-moi alors avec ton corps tout entier. Quand tu arriveras à me lire, tu demanderas pourquoi je ne m'en tiens pas à la peinture et à mes expositions, puisque j'écris rude et de façon désordonnée. C'est que maintenant je sens le besoin de mots - et c'est nouveau pour moi ce que j'écris parce que ma vraie parole est restée jusqu'à présent intouchée. La parole est ma quatrième dimension. [...] » C. L.

  • 17. PETITS BRASSARDS (4-8 ANS)

  • 18. Femmes engagées : de George Sand à Greta Thunberg, trois siècles de regards sur le monde

    Le corpus annoté :
    Longtemps exclues de la sphère des idées, les femmes ont néanmoins toujours pris la parole et la plume pour défendre de nombreuses causes. Qu'il s'agisse de culture, d'environnement, de politique ou de société, des auteures - romancières, essayistes ou militantes - ont contribué par leur engagement et la force de leurs propos à faire avancer la société. Sont rassemblés ici seize textes du XIXe siècle à nos jours, de George Sand, Virginia Woolf, Maya Angelou, Anita Conti, Nathalie Sarraute, Anne Sylvestre ou encore Simone de Beauvoir.
    Accompagnée d'un dossier sur l'argumentation, cette anthologie permet d'entrer au coeur des questionnements actuels et de conduire une réflexion sur les combats menés par les femmes.
    Nouveaux programmes.
    Dossier : Argumenter, persuader.
    Par Sarah Maeght.
    - Repères historiques et biographiques.
    - Contexte socio-culturel.
    - Guide de lecture.
    - Analyse des textes.
    Prolongements interdisciplinaires : histoire des arts / vers la dissertation.
    Exercices écrits et oraux, questions de grammaire, groupement de textes, glossaire.

  • 19. Le petit guide de la foufoune sexuelle

    Sans précéder les attentes de l'enfant, ce livre permet de poser des questions aux enfants qui pourront y répondre en fonction de leur âge et de leur maturité. Dans ce livre on parle du sexe comme on parle de l'estomac et j'invite les enfants à exprimer leurs émotions, à poser leurs questions pour les inciter à prendre la parole sans tabou.

    On y parle de corps, de pipi, de caca, de l'intimité, de la nudité, de la découverte de l'anatomie, de l'image de soi, de nos émotions, des câlins, de l'amour, des bébés, mais aussi de la sororité, des frères et des soeurs, à l'importance du respect mutuel ou encore des interdits. Le livre se termine sur les âges de la vie... Grandir c'est quoi ? Et dévoile un peu le monde de la puberté.

  • 20. B.A.-BA du sexe entre meufs et personnes queer

    Le B.A.-BA du sexe entre meufs est un livre unique en son genre. Ce guide plein d'humour, de classe et d'intelligence s'adresse aux femmes et à tou·tes celleux qui les aiment, quelques soient leur genre ou leurs identités. Les illustrations, les nombreux témoignages et les exemples concrets en font un livre tout aussi excitant que les techniques qu'il contient !

    Édition illustrée par KD Diamond.

  • 21. Le roman vrai de Ninon de Lenclos

    «Plaignons les tourterelles qui ne baisent qu´au printemps », disait la belle Ninon de Lenclos, courtisane du XVIIe siècle adulée par tous les hommes. Michel de Decker dépeint d´une plume joyeuse les aventures amoureuses de cette reine des salons parisiens qui côtoya les plus grands noms de son temps et dont les multiples liaisons, jusqu´à ses 85 ans, défrayèrent la chronique.


    La belle Ninon de Lenclos, que le temps ne sembla jamais atteindre, fut sans doute la plus étonnante courtisane de notre histoire. Vivre avec Ninon, c´est rencontrer toutes les grandes figures de l´époque qui ont aimé la côtoyer, de Richelieu à la reine Christine de Suède en passant par Molière, Racine, Scarron, la future Mme de Maintenon, Jean-Baptiste Lully et les académiciens de la première heure, tels La Fontaine ou Boisrobert...

    Au coeur XVIIe siècle, Ninon avait compris que l´égalité des sexes passait par la libération de la femme. Je vois que l´on charge les femmes de ce qu´il y a de plus frivole et que les hommes se réservent le droit aux qualités essentielles, je vais donc me faire homme, consigna-t-elle noir sur blanc. Sa vie durant, elle multiplia les conquêtes. Elle classait ses amants par catégorie, les « payeurs » qui l´entretenaient sans toujours avoir le droit à ses faveurs, les « favoris » qui ne restaient jamais longtemps en place et les « martyrs », amoureux transis.

    Tout en rebondissements épiques et savoureux, ce récit brosse le portrait d´une femme d´exception, cultivée et indépendante, qui profita des plaisirs de la vie jusqu´à son dernier souffle.

  • 22. SOUS LA PLAGE, LES PAVÉS / 2

  • 23. La maladie comme métaphore ; le sida et ses métaphores

    En 1978, à partir de métaphores suscitées par le cancer, Susan Sontag analyse aussi bien les sources médicales et psychiatriques que les textes littéraires de l'Antiquité aux temps modernes, de Keats Dickens, Baudelaire, James Mann, Joyce, Mansfield et Auden.
    Elle démystifie les fantasmes idéologiques qui démonisent certaines maladies et, par extension, culpabilisent les malades. Dans un second essai, écrit dix ans plus tard, Susan Sontag souligne à quel point le sida a réactivé le spectre de l'épidémie dont le monde moderne se croyait débarrassé. Certains en font la " peste " de notre temps, le châtiment infligé par Dieu aux groupes "déviants ". Susan Sontag dénonce ce catastrophisme et propose une réflexion extraordinaire d'intelligence et de culture historique, littéraire, philosophique, sur la propension qu'a l'homme.

empty