Presses De Sciences Po

  • Si la violence conjugale est aujourd'hui reconnue comme une question de société légitime, il n'en a pas toujours été ainsi. C'est grâce aux mobilisations féministes des années 1970, qui définissent alors la violence dans le couple comme une violence faite aux femmes, produit des rapports de domination entre les hommes et les femmes, que ce phénomène sort de la dénégation sociale dans laquelle il était tenu. Comment une cause féministe devient-elle un problème public dont s'emparent les associations, les institutions internationales et l'État ?

    En apparence, le problème de la violence conjugale paraît semblable partout : il s'agit de développer des lieux d'accueil pour les victimes de violence, de créer des lois pour rendre la violence illégitime et d'appeler à sanctionner ceux qui transgressent ces nouvelles normes sociales et juridiques. Cependant, les conditions institutionnelles, politiques et idéologiques diffèrent dans chacun des pays et le problème public y est traité selon des modalités distinctes. À travers la question des violences conjugales et en comparant le cas français et américain, Pauline Delage analyse avec acuité quelles sont, de part et d'autre de l'Atlantique, les formes légitimes de l'intervention publique dans le domaine de l'intime et des inégalités sexuées.

  • Dans ce premier ouvrage sur les comportements politiques des pieds-noirs, l'auteur dresse un tableau vivant et complexe de leur histoire et de leur rapport à la politique, de 1871 à nos jours, avec la guerre d'Algérie et le retour en France comme moments clés.
    Comment votait-on dans les départements français d'Algérie ? Quelles furent les conséquences de la guerre puis du rapatriement en France sur les comportements politiques des pieds-noirs ? Que reste-t-il du " vote pied-noir " aujourd'hui ou de leur proximité avec le Front national ? Ce livre permet de mieux comprendre comment les pieds-noirs se perçoivent aujourd'hui, ce qu'il reste du traumatisme, près de cinquante ans après la guerre d'Algérie, et quelle incidence celle-ci continue d'exercer sur leurs attitudes politiques.
    Il montre également comment les enfants des rapatriés, conscients du traumatisme vécu par leurs parents, ont cependant décidé de tourner la page. Un livre qui manquait sur une période forte de la Cinquième République et sur une communauté finalement méconnue ; une contribution importante à l'analyse des processus de transmission des traumatismes passés.

  • " la prévention des famines met en jeu des mesures si faciles que la véritable énigme tient à ce qu'elles continuent à sévir ", écrit le prix nobel d'économie amartya sen.
    C'est sur cette " énigme " que ce livre se penche. dans un monde oú la quantité de nourriture disponible, les moyens des agences d'aide et la force des médias sont tels, ce désastre d'un autre âge ne devrait plus exister. et pourtant les famines continuent chaque année de tuer des milliers d'êtres humains. elles persistent lorsque les mécanismes traditionnels de réponse ne peuvent être mobilisés et que le processus d'assistance est empêché.
    Vingt ans d'expérience dans la lutte contre la faim permettent à l'auteur de dresser une typologie des famines contemporaines : à côté de famines " niées ", dont il s'agit de taire l'existence le plus longtemps possible, se sont généralisées les famines " créées " et les famines " exposées ", orchestrées comme outils de propagande dans le contexte de l'humanitarisation de l'aide. face à ces famines, la question n'est pas aujourd'hui de savoir si le monde peut nourrir le monde, mais s'il veut nourrir le monde.

  • Après les promesses de 1945, le "deuxième sexe" a été mis hors jeu politique par une cinquième république qui laissait aux mâles le monopole de la politique.
    Les institutions et le fonctionnement des partis y sont pour beaucoup. les élections législatives françaises du printemps de 1997 auraient-elles marqué un tournant dans la composition du personnel politique ? la féminisation remarquée de l'assemblée nationale, quoique modeste, le nombre de femmes ministres dans le gouvernement jospin constituent des indicateurs de "modernisation de la vie politique".
    Mais le double scrutin, municipal et cantonal, de mars 2001 montre bien que, sauf à être obligés par la loi, les partis ne modifient pas leurs habitudes.
    Cet ouvrage analyse les mutations en cours. il fait d'abord le bilan des relations, souvent difficiles, entre femmes et pouvoir politique. il dessine ensuite les portraits de celles, élues ou ministres, qui réussissent à se hisser sur le devant de la scène être femme politique relève en france d'un destin d'exception.
    Il présente enfin les résultats d'une enquête sur les nouveaux et nouvelles élus et compare le déroulement de leurs carrières. ce sont cinquante ans d'histoire conflictuelle entre les femmes et le pouvoir politique que l'auteur retrace.

empty