Langue française

  • Ma vie

    Isadora Duncan

    Isadora duncan n'est pas seulement la danseuse dont l'art, la vie et la mort stupéfièrent le monde.
    Son autobiographie est un livre savoureux, sincère, où l'humour et la passion font un mélange acide. isadora duncan dit tout sur ses passions artistiques, morales, intellectuelles et aussi physiques. Le 14 septembre 1927, sa longue écharpe se prit dans la roue de sa voiture, sur la promenade des anglais, à Nice, l'étranglant brutalement. Quelques mois plus tôt elle travaillait encore à ce livre.

  • En 1998, Anne Teresa De Keersmaeker revient à deux de ses plus grands amours de jeunesse : la « danse pure » et la musique du compositeur minimaliste Steve Reich. Riche de vingt années d'un parcours chorégraphique foisonnant, elle s'empare du Drumming de Reich, longue oeuvre hypnotique écrite pour large ensemble de percussions, et en fait jaillir un spectacle fébrile et radical où semble s'être distillée l'essence de son style : motifs mathématiques, art de la variation perpétuelle, utilisation géométrique de l'espace.

  • En janvier 2015, suite à l'attentat de Charlie Hebdo, Nadia Vadori-Gauthier, danseuse et chercheuse en art, s'est engagée dans un acte de résistance poétique : «Une minute de danse par jour». L'ensemble constitue une oeuvre à laquelle l'artiste a consacré 1001 jours consécutifs. À côté d'un choix d'images issues des captures vidéo des minutes de danse, une série de textes sur le thème danser/résister ouvre des perspectives sur cet engagement micropolitique qui implique une expérimentation au quotidien : « l'art peut-il changer le monde ? La danse peut-elle contribuer à modifier nos regards et nos modes d'entrée en relation les uns avec les autres ? » 

  • Il n'y a pas que les étoiles, Loïe Fuller, Isadora Duncan ou Martha Graham, qui ont révolutionné les codes de la danse restée longtemps dans des structures rigides.
    Si Lizica Codréano a mené une carrière "éclair" de danseuse, elle a cependant eu le temps de collaborer avec les plus grands artistes du XXe siècle : Sonia Delaunay, Fernand Léger, Darius Milhaud, Marcel Mihalovici... Ses improvisations sur les Gymnopédies d'Erik Satie, filmées par Constantin Brancusi dans son atelier, ses participations à la Soirée du Coeur à Barbe (1923) et au film Le P'tit Parigot (1926), notamment, demeurent des moments forts.
    Poursuivant sa réflexion sur le corps, Lizica a mis à profit sa connaissance des pratiques des guérisseurs roumains et du yoga pour ouvrir un des premiers cabinets de hatha-yoga à Paris.

  • A l'origine de tous les Arts, la Danse, moyen de communication avec les Dieux, donnera naissance à la Musique et toutes les formes d'expressions artistiques. Mon approche dévoile quelques aspects inattendus, sous forme de pages illustrées, vous présentant les peuples à l'origine de 8 000 ans d'histoire de cet art hors du temps, mais également ceux et celles qui ont su en assurer la dimension universelle.

  • Ce livre témoigne de l'intense bouleversement intervenu dans le monde de la danse au XXè siècle et des grandes tendances qui se sont dessinées.

  • D'où viennent les Gitansoe Quand se sont-ils installés en Andalousieoe Où et comment est né le flamencooe Quelle a été son évolution jusqu'à nos joursoe A quels critères reconnaît-on la qualité d'un cantaor, d'un tocaor ou d'une bailaora ? Voici quelques unes des questions auxquelles le présent livre apporte des réponses claires et documentées. Introduction à l'art du flamenco, il a pour but de faire mieux connaître et aimer cet art sublime, trop souvent mal compris. Il y a quelque chose que les mots ne peuvent dire: la grâce, l'inspiration, le duende- ce miracle qui n'arrive jamais au lieu et au moment où on l'attend. Alors les mots doivent s'effacer derrière les images, qui seules peuvent rendre ce qu'il y a de merveilleux dans l'éclair d'un instant. Le merveilleux: tel est précisément ce qui donne leur unité aux photographies d'Ariane Delacampagne. Cent photos prises en Espagne, en France, aux États-Unis, au fil de longues errances qui relèvent presque autant du voyage initiatique que du reportage. Ariane Delacampagne ne s'est pas contentée d'explorer la planète flamenca comme une terre inconnue. Elle a réussi - Leica en main, sans flash et sans faire poser ses sujets - à passer de l'autre côté du miroir pour nous montrer, par-delà les clichés, la foule des amateurs, enthousiastes et aficionados en tout genre (sans oublier les Gitans des Saintes-Maries-de-la-Mer) pour lesquels le flamenco n'est pas la distraction d'un soir mais une manière d'être, une façon de vivre et de prier, le moyen le plus pur de dire la joie et la douleur. Elle a moins cherché l'exotique, le pittoresque ou l'anecdote que l'art d'atteindre le fond de l'âme flamenca - un art qui nécessite, lui aussi, du duende.

empty