Arts et civilisations

  • Une promenade entre Orient et Occident, entre Le Caire et Paris, où l'influence de l'orientalisme marque le décor du tournant du XXe siècle, tant dans le monde de la peinture, de la sculpture, de la mode, de la joaillerie, de la poésie, de la musique, que du théâtre et de la danse...
    Le docteur Joseph-Charles Mardrus fut un orientaliste éminent, un acteur important de la vie parisienne et surtout le premier traducteur, après Antoine Galland, des Mille Nuits et Une Nuit. Il est aussi l'auteur de La Reine de Saba et de divers autres contes. « Musulman de naissance et parisien par accident », ainsi qu'il se définissait lui-même, bien qu'égyptien et catholique, Mardrus fut un grand voyageur, parcourant les mers à la recherche des légendes de son Orient natal. Aimant les fleurs, les pierres précieuses, les tables fastueuses, les tissus chamarrés et la photographie, il fut de ceux qui insufflèrent au monde parisien un engouement pour l'orientalisme, tout comme son ami Paul Poiret avec qui il créa la fameuse « Mille et Deuxième Nuit ». Mardrus eut deux vies et deux femmes : avant la Première Guerre mondiale, une période de voyages lorsqu'il était médecin aux Messageries Maritimes et qu'il sillonnait l'Orient avec sa première épouse, la poétesse Lucie Delarue-Mardrus ; et à partir de 1915 où il eut un parcours tout aussi riche aux côtés de la discrète Cobrette.
    L'ouvrage richement illustré contient les documents inédits et les archives du docteur Mardrus, détenus par la soeur de Cobrette (seconde femme de Mardrus) et la fille de cette dernière : des albums de famille, des photographies de voyages prises par Mardrus, ses notes personnelles et son important courrier avec ses amis du monde intellectuel de l'époque, tels qu'André Gide, Pierre Louÿs, Maurice Maeterlinck, Henri de Régnier, Remy de Gourmont, José Maria de Heredia, Robert de Montesquiou, Natalie Barney... Sont également présentés des ouvrages du docteur Mardrus illustrés par des artistes célèbres ainsi que des marionnettes de Jacques Chesnais habillées par Paul Poiret, des costumes et maquettes de François Quelvée.

  • Alors que le massif de l'Ennedi vient d'être inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO, l'ouvrage de François Soleilhavoup analyse, de manière approfondie et originale, quelques aspects de cet art rupestre abondant et très varié, encore peu connu du grand public. Avec le site de Niola Doa, il nous présente un ensemble exceptionnel de gravures uniques dans tout le continent et dont le mystère reste encore à percer. De nombreux documents photographiques et des relevés rigoureux permettent à l'amateur d'art d'admirer des oeuvres majeures, encore difficiles d'accès.
    L'étude des mystérieux personnages de Niola Doa - très probablement féminins -, décorés de la tête aux pieds d'étranges graphismes géométriques réalisés avec une incroyable maîtrise technique, a conduit l'auteur à s'intéresser d'une manière plus générale aux représentations féminines dans l'art préhistorique et à proposer, en guise de conclusion, une rapide synthèse de ses recherches dans ce domaine.

  • Un merveilleux livre d'Histoire et d'images!
    La période que couvre le Nouvel Empire égyptien est l'une de plus attachantes de l'histoire de la civilisation pharaonique.
    D'une grande richesse par ses sources et ses témoignages archéologiques et épigraphiques, par ses réalisations monumentales, cette époque nous introduit auprès de pharaons dont les noms, depuis Ahmosis jusqu'à Ramsès III, demeurent prestigieux.

    La spécificité de cet ouvrage réside dans l'étude des célèbres "Dames de la Couronne", épouses ou grandes épouses royales, qui gravitaient dans l'ombre ou la lumière des souverains d'Égypte, comme Hatshepsout, Nefertiti...
    C'est d'après des témoignages matériels que ces souveraines de la vallée du Nil nous sont connues: statues, reliefs, sarcophages, découverts lors de fouilles archéologiques. Certaines, en raison de leur destin peu commun, ont été gratifiées d'un édifice de culte, temple ou chapelle, et toutes ont pu prétendre à une belle "demeure d'éternité".

    Chacune à leur manière, les reines du Nil ont contribué à l'épanouissement de leur époque et de la monarchie pharaonique. De la XVIIIe dynastie à la fin de la XXe dynastie, elles ont joué un rôle déterminant dans les rouages du temple et du palais. C'est pour leur rendre hommage que cet ouvrage a été rédigé.

  • " Dans la Chine ancienne, la poésie et la peinture étaient indissociables et formaient un tout qui fut le coeur de la culture chinoise.
    Sans la poésie calligraphiée sur le tableau, une oeuvre picturale était considérée comme inachevée. Les poètes étaient des peintres et vice-versa. Enfant, j'ai été initiée à la poésie en même temps qu'à la peinture, à la calligraphie et au luth. Aujourd'hui, c'est une joie pour moi de glisser mes tableaux aux côtés des poèmes qui ont bercé mon enfance et mon adolescence. " Shan Sa.

  • Les qualités esthétiques des oeuvres produites par les Bamana du Mali (aussi appelés Bambara) séduisent depuis longtemps le regard occidental.
    L'ouvrage présente ces objets d'art religieux tout en permettant au lecteur de retrouver leurs dimensions sociales et culturelles. En effet, toute création plastique met en action un réseau de valeurs complexes, parfois seulement accessibles à quelques initiés, mais toujours profondément ancrées dans un système de pensée et un mode de vie que seule la recherche anthropologique de terrain peut tenter d'approcher et d'étudier.
    Pour replacer les oeuvres dans leur contexte local, l'ouvrage passe en revue les initiations des jeunes et les funérailles, rites de passages fondamentaux auxquels on ne peut se soustraire. Pour le déroulement des rituels, chacune de ces associations met en scène un nombre important de productions artistiques. Leurs qualités esthétiques sont des critères d'appréciation essentiels que les Bamana recherchent afin que leurs pouvoirs religieux et politiques soient sublimés dans une logique alliant efficacité formelle et conceptuelle.

  • La grande nubiade

    Desroches Noblecourt

    • Stock
    • 26 Février 1992

    Les souvenirs de la plus célèbre égyptologue française. cinq cents pages de dépaysement et d'aventure.

empty