• Brèves de solitude

    Sylvie Germain

    Des passants se croisent dans un square, s'observent, se jaugent furtivement. Quelques jours plus tard, forcés à la réclusion, ils se trouvent confrontés à eux-mêmes, à leur vie intérieure et à la part d'inconnu, de vide ou de chaos qu'elle recèle.
    Un soir de pleine lune qui transforme le ciel au-dessus de la ville confinée en un miroir étrange, l'ordinaire des êtres se renverse en extraordinaire et chacun sent sa vie vaciller.
    C'est en remarquable observatrice de ses contemporains que Sylvie Germain nous convie à cette valse mélancolique, éphémère constellation de vivants, où le tragique se mêle à la tendresse et à la dérision, le vertige de l'esseulement à la force de l'amitié.

  • Magnus

    Sylvie Germain

    « D'un homme à la mémoire lacunaire, longtemps plombée de mensonges puis gauchie par le temps, hantée d'incertitudes, et un jour soudainement portée à incandescence, quelle histoire peut-on écrire ? » Franz-Georg, le héros de Magnus, est né avant la guerre en Allemagne. De son enfance, « il ne lui reste aucun souvenir, sa mémoire est aussi vide qu'au jour de sa naissance ». Il lui faut tout réapprendre, ou plutôt désapprendre ce passé qu'on lui a inventé et dont le seul témoin est un ours en peluche à l'oreille roussie : Magnus. Dense, troublante, cette quête d'identité a la beauté du conte et porte le poids implacable de l'Histoire. Elle s'inscrit au coeur d'une oeuvre impressionnante de force et de cohérence qui fait de Sylvie Germain un des écrivains majeurs de notre temps.

  • Tobie des marais

    Sylvie Germain

    Un petit enfant en ciré jaune roule sur son tricycle sous l'orage. On dirait un soleil miniature. On lui a crié : 'Va au diable !', et il y file, chassé par le vent du malheur.
    Ainsi commence ce roman de Sylvie Germain où l'on voit ensuite une cavalière décapitée revenir sans sa tête, sur sa jument. Et cette tête demeure introuvable, et donc sans sépulture comme l'ont été tous les morts de la famille de Tobie du côté de la branche paternelle. Déborah, l'arrière-grand-mère de l'enfant, a quitté autrefois son village de Pologne pour émigrer en Amérique, mais, refoulée à Ellis Island, elle a fini par s'installer, après bien des détours, au cur du Marais poitevin. Elle a traversé l'Histoire du siècle en perdant la plupart des siens, et se tient auprès de Tobie en gardienne de la mémoire.
    Devenu jeune homme, Tobie se lie d'amitié avec Raphaël et tous deux partent en voyage. Au cours de celui-ci, Tobie fait la connaissance d'un peintre et de sa fille Sarra, aussi belle que maudite...
    Pour raconter cette histoire riche en merveilleux, en émotions, en amour, Sylvie Germain s'est librement inspirée du célèbre récit biblique, le Livre de Tobie.

  • Jours de colere

    Sylvie Germain

    Dans les forêts du morvan, loin du monde, vivent les bûcherons, flotteurs de bois, bouviers, des hommes que les forêts ont faits à leur image, à leur puissance, à leur solitude, à leur dureté.
    Même l'amour, en eux, prend des accents de colère - c'est ainsi par excès d'amour que corvol, le riche propriétaire, a égorgé sa belle et sensuelle épouse, catherine, au bord de l'eau - et la folie rôde : douce, chez edmée verselay qui vit dans l'adoration de la vierge marie ; ou sous l'espèce d'une faim insatiable, chez reinette-la-grasse ; ou d'une extrême violence, chez ambroise mauperthuis qui se prend de passion pour catherine, qu'il n'a vue que morte, et qui s'empare de son corps, puis des biens de corvol, enfin des enfants de corvol.
    Il finira par perdre sa petite-fille camille, le seul être qu'il ait jamais aimé, par excès d'amour, encore.

  • Etty Hillesum

    Sylvie Germain

    Le cheminement spirituel d'une jeune femme hors du commun.

    Dans cette biographie, Etty Hillesum apparaît sous la plume de Sylvie Germain à la fois comme un maître de sagesse, un guide spirituel et un modèle de résistance intérieure. Déportée et morte en 1943 à Auschwitz, la jeune femme laissera derrière elle une oeuvre spirituelle brève mais intense. Au milieu de la barbarie ambiante, souhaitant étouffer en elle et autour d'elle tout sentiment de haine, elle déclare vouloir être « le coeur pensant de tout un camp de concentration ».

  • C'est un avis de recherche collé sous un abribus qui fait replonger Nathan au coeur de sa jeunesse. Le vieil homme qui a disparu s'appelait Gavril et il a enchanté son enfance, lui ouvrant les portes de la poésie, du rêve et de la joie alors qu'il menait une vie triste et morose auprès d'une mère qui ne l'aimait pas.Nathan décide alors d'enquêter sur l'ami prodigieux, dont il ne savait pas qu'il était roumain et qu'il avait été emprisonné dans les goulags de l'après-guerre, et il dénouera au fil de son enquête les secrets bien gardés de son histoire familiale.

  • La narratrice, abandonnée à sa naissance à la porte d'un couvent, vagabondera au fil des ans d'une place à l'autre, à travers la France. C'est comme si elle n'avait pas de vie propre, mais elle participe intensément à celle des autres et aux drames dont elle est le témoin, sondant toujours plus profondément les mystères du coeur et du corps humains en lesquels rôde si souvent la folie. Elle grandit dans les Pyrénées, chez la veuve d'un fusillé, parmi des enfants qui attendent en vain le retour de leurs parents chassés par la guerre, puis dans une auberge où l'on pratique un culte étrange et truculent de l'ours, ensuite dans un manoir où pèse un secret en forme de cruelle mascarade. Devenue adulte, elle est servante dans divers hôtels, dans un bordel champêtre, dans un bistrot de gare, puis à Paris où elle côtoie des gens insolites, parfois inquiétants, et où elle finit chanteuse de rue, attelée à un orgue de Barbarie. Dans la splendide sauvagerie des montagnes et dans celle, bien plus féroce, de la ville, elle ne cessera de creuser et de fortifier sa solitude, ainsi que son don de compassion.
    La façon dont l'auteur donne la parole à cette paria surprend par la beauté des images, la fulgurance des visions, la violence de certaines scènes, et l'on retrouve la magie de l'écriture et de l'imagination du Livre des Nuits et de Jours de colère.

  • Il est des moments innombrables où Dieu se tait. Où le cri de l'homme se heurte au silence, renvoyé par l'impla-cable écho. De ce silence de Dieu, de cette absence d'amour, le siècle passé comme celui qui s'ouvre portent les stigmates avec leur cohorte de charniers, de génocides et de catastrophes naturelles. Toujours à reprendre, le cri de Job révolté devant la souffrance, l'injustice et l'absurde demeure d'actualité. C'est le point de départ de ce texte où se croisent littérature et spiritualité, pour se mettre à l'écoute des échos de ce silence irradié de résonances...

  • Un recueil de textes brefs et percutants qui sonde sans fin l'idée de Dieu.
    Il y a urgence à faire « acte de présence » à soi-même, à se redresser et à devenir des porteurs de lumière pour éclairer les ténèbres. Alors que nous vivons dans une société repliée et que nous habite la tentation du virtuel absolu, l'heure n'est-elle pas au retour de ce temps présent, à ce monde-ci, quitte à y affronter le mal, la peur, le vide et l'absence ?
    Sylvie Germain accorde comme toujours une belle place aux poètes comme Rilke, aux penseurs - ici, surtout Maurice Zundel mais aussi Simone Weil et Maurice Blanchot - et à l'expérience des éprouvés, des exclus, des désespérés.

    En 1984, à 31 ans, Sylvie Germain fait une entrée remarquée en littérature avec Le Livre des nuits, fantastique conte fleuve de sept cents pages. Depuis, elle construit une ouvre singulière, entre fiction et essais, toute entière imprégnée de spiritualité. Elle est entrée en 2013 à l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Son discours d'intronisation vient d'être publié chez Albin Michel.

  • Ce roman évoque le rôle du lien familial dans la construction de soi. Sabine Bernyx veille sur ses quatre enfants depuis l'accident qui a tué son mari et handicapé leur fille cadette, Marie. Elle reprend l'affaire familiale après avoir engagé Pierre, un inconnu rencontré le soir de Noël, qui devient durant 9 ans le soutien inattendu de la famille, jusqu'à sa disparition soudaine, après une soirée de fête qui tourne au cauchemar et à l'humiliation. Après cette disparition silencieuse, chacun retourne à ses tourments intérieurs.

  • Son ombre. Au fur et à mesure de cette genèse à rebours, il sort aussi de la pensée et de la mémoire des autres, même de ses proches. Cet effacement intensif s'opère au grand jour, dans l'agitation de la ville, à l'aune de tous ces naufragés qu'on ne regarde plus et qui ne comptent pour personne.
    Cauchemar, conte fantastique, parabole sur notre monde contemporain, réflexion sur la mémoire mais aussi sur l'écriture, Hors champ, dans une singulière conversion du regard, interroge jusqu'au vertige notre propre humanité.

  • Les Personnages

    Sylvie Germain

    ' Un jour, ils sont là. Un jour, sans aucun souci de l'heure. On ne sait pas d'où ils viennent, ni pourquoi ni comment ils sont entrés. Ils entrent toujours ainsi, à l'improviste et par effraction. Et cela sans faire de bruit, sans dégâts apparents. Ils ont une stupéfiante discrétion de passe-muraille. Ils : les personnages. ' En vingt-cinq tableaux et deux nouvelles, Sylvie Germain évoque cette zone obscure où personnages et auteurs tiennent commerce. Entre les figures de Kundera, de Celan et de Michel-Ange, elle déambule avec liberté et, plutôt qu'un essai, nous offre l'histoire intime de ces ' suppliant muets ' à la recherche d'un écrivain qui leur donne la parole.

  • Immensites

    Sylvie Germain

    Autour de prokop poupa, professeur de littérature réduit à l'état de balayeur dans les rues de prague, évoluent quelques hommes et femmes marginalisés par la dissidence.
    Chacun, par dérision, imagine qu'un dieu lare veille sur lui. l'un le situe dans sa cuisine, un autre sur le balcon, au grenier ou à la cave ; prokop, lui, place son dieu lare dans les cabinets qui deviennent un haut lieu de lecture, de méditation et de doutes.
    Arrive la révolution. certains de ses amis retrouvent une place, voire de l'importance, dans la nouvelle société ; pour d'autres, il est trop tard.
    Prokop, lui, dérive hors de ce clivage entre l'ancien et le nouveau, il erre en solitaire dans les immensités du songe, de la folie humaine, et du silence de dieu, jusqu'à s'échouer parfois dans des rêveries hallucinées sur la douleur de ceux qui ont été déchus du bonheur d'aimer, et plus encore sur le malheur de ceux qui ont été traîtres à l'amour. toujours déambulant dans les rues de sa ville, entre le vide et l'espérance, prokop ne sait plus rien sinon qu'il n'est rien, et ce constat est consentement ; il " offre ce rien dans les ténèbres ", au fond desquelles peut-être gît l'inespéré.

  • Nuit-d'ambre

    Sylvie Germain

    Le premier mort de l'après-guerre est un enfant.
    Petit tambour, tué dans la forêt au cours d'un accident de chasse. et cette enfance qui a perdu son corps se fera don , - un don obscur de douleur et d'espoir, aux vivants et aux morts à venir, ainsi qu'aux arbres. un grand il se met en marche pour prendre racine sur sa tombe ; le tourbillon de baies, que sèmeront ses branches emportera paulin, la mère, et le père, baptiste, s'effacera doucement au fil des larmes sans fin versées par son corps qui sans elle ne peut vivre.
    Alors le second fils, charles-victor, dit nuit d'ambre, livré à l'abandon, se voudra habité par la colère et la haine. le roman est l'histoire de son voyage au bout du mal jusqu'à ce que, comme jacob dans la bible, il soit enfin terrassé par l'ange.
    Après le livre des nuits, silvie germain nous offre ici une oeuvre foisonnant d'épisodes étranges, dont chaque page semble traversée par un souffle d'apocalypse et où, comme le dit schelling, " la vérité redevient fable et la fable vérité ".

  • Récits, hommage à ses parents disparus, dont tout lecteur ne peut que ressentir la puissance, l'émotion et la beauté.
    Dans Variations sibériennes, Sylvie Germain évoque un voyage dans le Transsibérien juste après la mort de sa mère. Tout en s'imprégnant de cette « terre qui dort » où reposent mammouths et princesses de l'Altaï, elle convie les poètes Pasternak, Akhmatova, Cendrars, Mandelstam, mais aussi les esprits, les légendes, tout ce qui fait l'âme d'un peuple, et fait offrande de ce paysage enténébré, douloureux, vivant et magnifique à sa mère qui ne le verra plus.
    Dans Kaléidoscope, c'est le père qu'elle convoque. Issu d'une lignée d'horticulteurs qui recherchaient le secret de la rose noire, il cultivait les mots et les paysages intimes dont elle retrouve le mystère dans les tableaux de Piero della Francesca ou de Patinir.

empty