• "Dans ses diverses études, Nelly Las montre que le féminisme est plus qu'une lutte pour l'égalité. C est aussi une réflexion sur soi, une éthique, une solidarité et une confrontation avec autrui. Au centre de ses préoccupations, deux facticités qui ont déterminé le cours de son existence : sa judéité et sa condition femme. Dans ce recueil d'articles et conférences, elle nous présente une synthèse des débats auxquels elle a participé, essayant d'éviter tout dogmatisme religieux ou politique : les théories du genre, le rejet de « l'autre », l'impact des religions sur les femmes, les engagements pour la paix, le souci pour l'avenir de l'État juif... - "

  • Des témoignages hors du commun comme La femme du Cohen qui raconte l'histoire bouleversante d'une jeune femme orthodoxe victime d'un viol. En plus de sa grande détresse, elle attend le jugement du tribunal rabbinique qui doit décider si son mari est obligé de la répudier, sachant que d'après la loi juive (halakha), l'épouse d'un "cohen" violée est "interdite à son mari". Des discussions plus larges autour du thème : "les monothéismes ( juif, chrétien musulman) sont-ils fondamentalement misogynes ?" par Joëlle Allouche-Benayoun.
    Elisabeth Dufourcq expose le point de vue catholique, Martine Millet celui du protestantisme, Janine Elkouby et Liliane Vana, chacune à sa manière celles du judaïsme. Une séance intitulée "Résonances juives dans le féminisme: identités, sionisme, antisémitisme", par Hélène Palma. Judith Friedlander, professeur au Hunter College (CUNY), remet en question le lien entre judéité et féminisme cher à ses collègues féministes juives américaines.
    Le rabbin Yeshaya Dalsace du mouvement massorti, apporte un regard nouveau au rapport entre judaïsme et féminisme. Alain Finkelkraut s'empare du sujet qui tourmente les français depuis plusieurs mois suite aux rebondissements de l'affaire DSK : il regrette la confusion entre vie privée et vie publique (point de réflexion central pour les féministes qui avaient lancé dans les années 1970 la fameuse formule : "le privé est politique").
    Cette confusion nous fait-il remarquer, a pris des proportions gigantesques et a amené à des dérives incontrôlables, sous le prétexte de la "transparence" ?

empty