• L'adieu interdit

    Marie de Hennezel

    • Plon
    • 15 Octobre 2020

    Les seniors sont au coeur de la crise que nous connaissons du Covid-19 : 71% des décès directement issus du virus Covid-19 sont des personnes âgées de 75 ans et plus. Les protéger est un objectif politique majeur. Mais si, voulant les protéger, nous les asphyxiions ?
    Marie de Hennezel, dans une dénonciation forte dans Le Monde du 4 mai 2020 :
    « Je remets en cause la folie hygiéniste qui, sous prétexte de protéger les personnes âgées arrivées dans la dernière trajectoire de leur vie, impose des situations proprement inhumaines. » L'Adieu interdit développe cette dénonciation de la politique de confinement strict des âgés à l'heure du covid-19, leur interdisant embrassades avec leur enfants ou petits-enfants, mots d'adieu, présence de proches. L'accroissement du déni de mort de notre société, la remise en cause des acquis sur la dignité du mourir, la négation du besoin d'accompagnement du mourant dans ses derniers moments, sont les conséquences de cette politique.
    Dans un texte fort, et doux, elle rappelle la nécessité de méditer sur le sens de l'existence, « Et sur une vie où le devoir d'accompagnement de ceux qui vont mourir impose naturellement la présence et les mots d'adieu ».

  • La mort intime

    Marie de Hennezel

    comment mouriroe nous vivons dans un monde que la question effraie et qui s'en détourne.
    des civilisations, avant nous, regardaient la mort en face. elles dessinaient pour la communauté et pour chacun le chemin du passage. elles donnaient à l'achèvement de la destinée sa richesse et son sens. jamais peut-être le rapport à la mort n'a été si pauvre qu'en ces temps de sécheresse spirituelle où les hommes, pressés d'exister, paraissent éluder le mystère (...). ce livre est une leçon de vie.
    la lumière qu'il dispense est plus intense que bien des traités de sagesse. françois mitterrand

  • « «Je crois aux forces de l'esprit. » Éclairer cette phrase, je pouvais tenter de le faire, puisque j'ai eu la chance d'être témoin pendant douze ans de la soif spirituelle de François Mitterrand. Un témoin privilégié, qu'il avait choisi lui-même. » En retraçant son étonnant dialogue avec l'ancien président de la République, Marie de Hennezel répond aux grandes questions spirituelles que nous nous posons tous. Et nous montre que l'engagement dans le monde n'est pas opposé à une quête du sens profond de la vie, et peut même s'en nourrir.

empty