• Teddy a vingt ans lorsqu'il s'enrôle en 1940 comme pilote de bombardier dans la Royal Air Force. Vite promu commandant, il va connaître avec son équipage quatre années d'horreur et d'héroïsme où chaque mission risque d'être la dernière. Alors qu'il s'était résigné à mourir au combat, il va pourtant vivre, obsédé par l'idée de ne plus faire de mal à personne.
    Passant avec virtuosité du futur au passé, du rire aux larmes, Kate Atkinson signe un roman brillant et vertigineux. Tout comme Une vie après l'autre, premier volet de son diptyque consacré à la Seconde Guerre mondiale, L'homme est un dieu en ruine a été numéro un des ventes des deux côtés de l'Atlantique et a remporté le Costa Novel Award.Une réussite éclatante. On quitte Teddy à regret, ému au possible et ébloui par la force d'une romancière au sommet de son art. Alexandre Fillon, L'Express.Kate Atkinson joue avec le temps, jusqu'à en remettre en question la réalité. Emmanuelle Giuliani, La Croix. Traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par Sophie Aslanides.

  • Jackson Brodie s'est installé dans un village en bord de mer dans le Yorkshire du Nord. Selon le bon vouloir de son ancienne compagne Julia, il jouit par intermittence de la présence de son fils Nathan, un adolescent boudeur, et de la vieille chienne Dido. Si le décor est pittoresque, en coulisses de sinistres desseins se trament.
    Pour le compte d'une épouse soupçonneuse, Jackson doit rassembler les preuves de l'infidélité de son mari. Cette mission paraît plutôt simple, mais la rencontre avec un homme désespéré au sommet d'une falaise va l'impliquer dans une sombre affaire.
    Vieux secrets et nouveaux mensonges se mêlent dans ce roman époustouflant, par l'un des écrivains les plus éblouissants et surprenants de notre époque.

  • 11 février 1910 : Ursula Todd naît et meurt aussitôt.
    11 février 1910 : Ursula Todd naît et meurt, quelques minutes plus tard, le cordon ombilical enroulé autour du cou.
    11 février 1910 : Ursula Todd naît le cordon ombilical menace de l'étouffer, mais Ursula survit.
    Ursula naîtra et mourra de nombreuses fois encore à cinq ans, noyée ; à douze ans, dans un accident domestique ; ou encore à vingt ans, dans un café de Munich, juste après avoir tiré sur Adolf Hitler et changé ainsi, peut-être, la face du monde...
      Démiurge, « grand horloger » romanesque, Kate Atkinson déplace ses pions avec maestria mais, avant tout, s'interroge sur cette infinité de petits riens qui jalonnent la folle aventure de la vie. Emmanuelle Giuliani, La Croix.

    /> Trépidant, imaginatif et plein d'entrain. Christine Ferniot, Lire.

    Une conteuse surdouée. Christophe Mercier, Le Figaro littéraire.

    Prix Costa.

  • Un détective privé enquête à Cambridge sur des affaires criminelles dont le mystère n'a jamais été éclairci. Il doit remonter à des événements antérieurs, souvent très lointains, pour suivre les traces de la mystérieuse « souris bleue ». Les intrigues sont situées dans des milieux sociaux très divers, allant de la classe ouvrière à la gentry. Les drames les plus poignants alternent avec les épisodes désopilants. On retrouve le regard caustique de Kate Atkinson sur notre monde moderne, la télévision et la « néfaste food », entre autres. Anticipations et retours en arrière tiennent le lecteur en haleine. Les maux de notre société, loeamour parental avec ses excès et ses carences sont dépeints avec une étonnante âpreté de ton.
    /> « C'est son meilleur livre à ce jouroe Un roman policier littéraire d'une extraordinaire complexité, profondément émouvant, qui m'a fait sangloter mais aussi pouffer de rire. C'est le genre de roman qu'on a envie de relire immédiatement après l'avoir fini. »
    Jacqueline Wilson, The Guardian.
    « Son « réalisme fantastique » fait rire à gorge déployée. » Isabelle Lortholary, Elle.
    « Atkinson a bien mesuré et exprimé cette évidence : « Il y a tant d'histoires à raconter et si peu de temps. » Il ne faut pas s'y tromper : le sentiment de cette urgence est le propre des meilleurs écrivains. »
    Frédéric Vitoux, Le Nouvel Observateur.
    « Une des oeuvres vraiment originales de la littérature anglaise d'aujourd'hui. »
    Christophe Mercier, Le Point.
    « Ses romans ont le pouvoir des charmeurs de serpents : son univers singulier hypnotise dès les premières lignes. »
    Marie-Laure Delorme, Le Journal du Dimanche.

empty