• Cléopatre, reine d'Egypte : une sacrée reine, sensuelle, mangeuse d'hommes et de territoires, non ? Françoise Xenakis (qui voulait être équitable ! et ne pas toujours écrire sur les femmes vaincues) a décidé de s'attaquer à elle. Le peu qu'elle en savait lui laissait croire qu'elle était la quintessance de la femme et du pouvoir. Pas à pas, elle a retrouvé les temps essentiels de sa vie et, fidèle à sa manière, elle l'a ressuscitée en une femme venue certes du passé mais tellement actuelle.
    Cléopâtre, épouse de son frère, de Jules César et de Marc Antoine, a toujours été une grande reine solitaire, une femme seule. Ecoutez.
    Lisez tout haut, laissez votre coeur cogner et découvrez une femme née en 69 avant J.-C., morte à 38 ans. Cléopâtre, Cléopâtre la pathé- tique, l'enfantine, la déchirante, la jalouse, la complexe, l'ambiguë, la grande reine, la grossière comme un complexe, l'ambiguë, la grande reine, la grossière comme un charretier, la truculente, la mère louve, la mal aimée, l'amante bernée qui a tout perdu, le pouvoir et la vie, parce qu'elle a préféré à tout aimer : aimer jusqu'à en mourir.


    Françoise Xenakis, écrivain et critique littéraire, a publié treize romans et des biographies imaginaires, Zut, on en a encore oublié Madame Freud, publié en 1985 et qui a dépassé 150 000 exemplaires.

  • Françoise Xenakis une fois encore raconte une femme. Cette fois c'est une femme d'aujourd'hui. Bernadette Gaudron, dite Capuchon, est une sainte, une pute, une tueuse, une grande dame, une petite fille qui reçoit le Nobel de la Paix et le Nobel de Littérature et qu'on pousse vers l'Elysée. Elle bouscule tout sur son passage.


    Sa vie commence comme un feuilleton du XIXe siècle - mère morte, enfance pauvre, serment, vengeance - pour devenir un roman policier avec suspense et tueurs aux trousses.


    Françoise Xenakis met en pièces notre société avec l'humour corrosif et la verdeur qu'on lui connaît. Un roman ironique mais si tendre.
    Comme dans Mouche-toi, Cléopâtre ou Zut, on a encore oublié Mme Freud, à chaque page, on essuie quelques larmes et on éclate de rire.

  • Françoise Xenakis est irrévérencieuse une seconde nature chez elle.
    Marie Claire Une réflexion désopilante sur le couple.
    Figaro Magazine Un livre gai, grinçant, culotté.
    Marie-France Une réussite.
    Biba Le parler vrai de Xenakis n'endort pas le client.
    VSD On est attendri, amusé... une plume grinçante nous fait passer un bon moment.
    Magazine Littéraire

  • Une femme amoureuse, un homme prisonnier d'un camp de concentration. La mer entoure la geôle, la femme attend depuis trois ans le moment où elle pourra, avec un laissez-passer, revoir le détenu. Lorsque ces instants arrivent enfin, elle ne trouve rien à lui dire. Les gardiens tueront l'homme, elle repartira sur le bateau tandis que les prisonniers, à coups de dents et de fourchettes, déferont la couverture, tissée de la laine de toutes ses anciennes robes, qu'elle lui avait apportée en cadeau.

    Poème de l'amour et de la militance, ce texte présente la figure qui est au centre de plusieurs romans de l'auteure, l'homme aimé, à la fois le mari et le combattant, celui qui a perdu la guerre et n'a pas vécu. Cherchant à le rejoindre, la femme reste dans l'enfer de la solitude et de l'échec.

empty