• Ethan Frome

    Edith Wharton

    • P.o.l
    • 6 Mars 2014

    Les montagnes du Massachusetts à la fin du XIXe siècle. Ethan Frome est un jeune homme pauvre qui aime les livres et rêve de voyages. Il a hérité d'une ferme et d'une scierie qui ne rapportent rien, épousé une vieille cousine hypocondriaque. Et, sans comprendre ce qui lui arrive, il tombe amoureux pour la première fois. En trois jours, sa vie va basculer. Même la mort ne voudra pas des héros de cette tragédie rurale, chef-d'oeuvre atypique d'Edith Wharton.

  • Charity Royall s'ennuie à mourir dans le petit village de North Dormer, en Nouvelle-Angleterre, où elle a été recueillie enfant par un avocat. Un jour de début d'été, elle voit apparaître dans la minuscule bibliothèque municipale où elle travaille, un jeune architecte, Lucius Harney, venu dessiner les vieilles demeures de la région. Très rapidement, la jeune femme s'éprend de lui.

  • Les fantômes whartoniens se glissent dans ces interstices de silence oppressant, minéral ou granitique, dans " ce trou, béant, surgi soudain dans notre expérience ".
    Ils n'effraient plus, comme les fantômes anciens, par leurs apparitions spectaculaires et leur attirail gothique, mais par leur passage secret et discret, le frôlement furtif de leur " immense absence " et de leur palpable présence, en bas de l'escalier, derrière la porte de la bibliothèque, ou bien à l'autre bout de la table si près qu'on pourrait presque les toucher.

  • Découvrez Les Entremetteurs et autres nouvelles, le livre de Edith Wharton. Edith Wharton puise ici son inspiration dans le milieu qui l?a vu naître : la haute société américaine du début du xxe siècle, celle qui passait l?hiver sur la Cinquième Avenue, se précipitait l?été à Newport et voyageait en Europe. Derrière le ton léger de la plupart de ses nouvelles, elle montre les contradictions inhérentes à l?âme humaine, celles qui creusent un gouffre entre l?être intime et l?être social, trop souvent sujet à la pression du monde dans lequel il évolue. C. du P. et A. de M.Le recueil comprend : « Les entremetteurs » / « Giboulées de mars » / « Sables mouvants » / « L?art d?écrire un récit de guerre » / « La guérison » / « La mission de Jane » / « La descendance de l?homme » / « Les réfugiés ».

  • « Elles incarnaient «la jeune fille américaine», ce que le monde avait réussi de plus parfait » : pour Mrs St. George, ces cinq jeunes filles fraîchement débarquées à Londres sont un ravissement. Mais pour le petit monde étroit de l'aristocratie anglaise, leur pedigree laisse à désirer, et leurs ambitions paraissent bien vulgaires - et puis quelle idée de fumer et de s'exhiber ainsi sans vergogne ? Les « boucanières » n'en ont cure : à elles la belle vie, les bons plaisirs et les beaux partis !

  • Composé autour d'un « impubliable fragment » pornographique retrouvé en 2001, ce recueil de textes entièrement inédits en français explore la découverte, par la grande auteure de nouvelles fantastiques, des merveilles du sexe nu. Dans les pages de « Beatrice Palmato », Edith Wharton signe une scène unique, mais incandescente, qu'elle complète par un résumé plus audacieux encore. « J'ai dans la manche, se vantait-elle mystérieusement, un synopsis d'inceste qui ferait passer [tous les livres contemporains] pour des comptines de jardin d'enfants. » À cette lumière, les nouvelles « L'ermite et la sauvageonne » et « Le prétexte » révèlent des nuances rares, comme si depuis toujours, l'écriture de Wharton avait langui d'évoluer dans la splendeur aveuglante des enchantements charnels.
    />

  • « L'imaginaire », aujourd'hui dirigée par Yvon Girard, est une collection de réimpressions de documents et de textes littéraires, tantôt oeuvres oubliées, marginales ou expérimentales d'auteurs reconnus, tantôt oeuvres estimées par le passé mais que le goût du jour a quelque peu éclipsées.

  • À grands coups de talons, une jeune femme revenue de tout - de la richesse, du mariage, des voyages - décide de briser la porte qui est pour elle, la seule issue vers l'air libre : écrire ! Elle passe à la littérature comme d'autres passent à l'acte ; le geste vient du cOEur, des tripes, du fond de l'âme. Pour cette raison, Edith Wharton n'épargne rien. L'impuissance des petites vieilles (" La vue de Mme Manstey "), les exigences des femmes envers leurs maris (" La lampe de Psyché ", nouvelle inédite) la vie après la mort (" La plénitude de la vie ") sont tour à tour saisies à bras le corps et malmenées comme des poupées de chiffon...

  • Le premier texte, écrit en 1877 à l'âge de 14 ans, décrit les chassés-croisés amoureux de Georgie et de Guy Hastings et contient en germe les thèmes whartoniens : l'impossibilité d'aimer son égal, l'horreur du mariage ou la solitude de l'adolescence. La seconde nouvelle, rédigée trente ans plus tard, se moque des ambitions littéraires passées d'E. Wharton et des moeurs éditoriales.




  • The Penguin English Library Edition of The House of Mirth by Edith Wharton 'It was characteristic of her that she always roused speculation, that her simplest acts seemed the result of far-reaching intentions' A searing, shocking tale of women as consumer items in a man's world, The House of Mirth sees Lily Bart, beautiful and charming, living among the wealthy families of New York but reluctant to finally commit herself to a husband. In her search for freedom and the happiness she feels she deserves, Lily is ultimately ruined by scandal. Edith Wharton's shattering novel created controversy on its publication in 1905 with its scathing portrayal of the world's wealthy and the prison that marriage can become. The Penguin English Library - 100 editions of the best fiction in English, from the eighteenth century and the very first novels to the beginning of the First World War.

  • Le Triomphe de la nuit (vol.
    1) et Grain de grenade (vol. 2) forment l'intégrale des histoires de fantômes d'Edith Wharton. On peut ne pas croire aux fantômes et néanmoins en avoir peur. C'est là tout le paradoxe et la survie des fantômes ne tient qu'à l'imagination de ceux qui les évoquent. Les meilleures histoires de fantômes font d'abord frissonner ceux qui les écrivent. Les nouvelles d'Edith Wharton sont de celles-là. L'auteur dédie ces deux volumes à Walter De La Mare et les place sous la haute protection de Henry James, Stevenson et Sheridan Le Fanu.

  • La splendeur des âmes

    Edith Wharton

    • Omnibus
    • 2 Février 2012

    Issue de la bonne société new-yorkaise, Européenne d'adoption, elle passa une grande partie de sa vie en France, Edith Wharton n'a pas cessé de jeter un regard critique, voire féroce, sur un milieu qu'elle connaissait bien ni de témoigner d'une compassion humaniste pour les malheurs de ses contemporains.
    Les femmes sont au coeur de son oeuvre : Femmes prisonnières de leur éducation, du carcan social, du pouvoir de l'argent, de leurs passions contrariées ou refoulées, femmes piégées dans un monde d'hommes. Celle que son ami Henry James appelait "l'ange de la dévastation" a su décrire la splendeur et la misère des âmes avec une liberté qui fait d'elle une pionnière de la modernité en littérature.

  • Le Triomphe de la nuit (volume 1) et Grain de grenade (volume 2) forment l'intégrale des histoires de fantômes d'Edith Wharton.
    Introspectifs, subtils, à la fois fiévreux et glaçants, les textes fantastiques d'Edith Wharton ne cèdent rien à ceux de Henry James ou de Walter De La Mare et le souffle du Tour d'écrou est tout entier dans ces textes superbement écrits, infiniment insidieux.

  • Ondine spragg s'ouvre les portes de l'aristocratie new-yorkaise grâce à son mariage avec ralph marvell.
    Son ambition l'amène à divorcer et à se lancer à la conquête des hommes susceptibles de lui apporter tout ce qu'elle désire, c'est-à-dire l'amusement mais aussi la respectabilité. si elle échoue face au banquier peter van degen, elle va trouver une nouvelle victime en la personne du marquis de chelles, grâce à qui elle va - espère-t-elle - trouver une place de choix dans le monde du faubourg saint-germain.
    Mais c'est vers elmer moffatt, un ami d'enfance auquel elle avait été mariée secrètement, qu'elle finira par revenir et en compagnie duquel elle trouvera le bonheur. les qualités d'analyse de la grande edith wharton et son brio font merveille dans cette vaste fresque qui dépeint une classe qui meurt et le monde du xxe siècle en pleine formation et trace avec audace et talent le portrait d'une femme moderne.

    Auteur d'un grand nombre de romans et nouvelles dont la modernité continue de surprendre, edith wharton (1862-1937), amie et confidente de henry jarres, a passé une grande partie de sa vie en france, oú elle est enterrée à saint-brice-la-forêt.

  • Wharton publie The Writing of Fiction en 1925 afin d'établir ce qui constitue selon elle les principes rationnels, naturels et permanents d'une fiction bien construite.
    Elle suscite notre désir violent de plonger dans les oeuvres qu'elle analyse (celles de Balzac, Flaubert et Stendhal qu'elle met au premier rang, celle de Thackeray, Eliot, Hawthorne, Dostoïevski, etc.). Son projet s'affine au fur et à mesure, les « personnages » étant les éléments fondamentaux du roman, comme la « situation » est fondamentale pour le temps plus court de la nouvelle : « La nouvelle, plus que le roman, est la descendante des épopées et des ballades anciennes... » La joie que lui procure la découverte de Marcel Proust lui permet de « refuser » Joyce, de mieux dire sa colère à l'encontre de ce qu'elle considère comme « un fatras boursouflé de pornographie (de la sorte la plus grossièrement potache)... » Proust meurt en 1922 alors qu'Ulysses est publié par Sylvia Beach. Témoin d'un monde en décomposition, qu'elle a décrit dans ses livres, Wharton oppose ces deux figures majeures de la « modernité », mais sans pressentir le génie de Joyce.

empty