Sciences sociales / Société

  • Je vais me permettre de te tutoyer, tu ne m'en veux pas ? On ne se connaît pas, c'est vrai. Mais vu ce qu'il vient de t'arriver, je crois qu'on a quelques points communs. Alors on va faire un truc, si tu veux bien : je t'écris maintenant, et toi, tu me lis quand tu veux. D'accord ? Moi, j 'ai des choses à te dire. Toi, sens-toi libre d'en faire ce que tu veux. D'ailleurs, c'est peut-être par là que je devrais commencer : sens-toi libre de tout, tout le temps, et surtout de refuser. Ton « non » est un droit élémentaire. Au-delà de respectable, il est inaliénable. Même si on vient de te le piétiner. Alors, par exemple, tu peux dire : « Non, Giulia, je ne te lirai pas, pas tout de suite, et peut-être même jamais.» Mais je vais juste poser ça là

  • Dénonçant l'imminence dune crise de l'éducation dans les systèmes démocratiques, la philosophe démontre, à partir d'exemples d'expériences pédagogiques aux Etats-Unis et en Inde, l'importance pour la construction d'une pensée critique des futurs citoyens d'un enseignement accordant une place aux humanités et aux arts plutôt qu'à la seule finalité économique.

  • Cette anthologie rassemble un pan ignoré de la littérature française: les écrits que des femmes d'exception et quelques écrivains célèbres ont consacrés à un combat de longue durée (XVIe-XXe siècle), celui de l'égalité entre hommes et femmes.
    Accès à l'instruction, droits civils et politiques, droit au divorce, accès à tous les métiers, égalité des salaires: telles sont quelques-unes des revendications qui reviennent au fil des textes de ce recueil. Au-delà de la permanence d'une subordination féminine, ces combats de plume se signalent par leur diversité: diversité des supports (articles, essais philosophiques, pamphlets, discours, etc.), des interlocuteurs, des styles et des arguments, des contextes politiques et culturels.
    Preuve que l'histoire du féminisme n'est pas une, qu'elle ne saurait se réduire à une constellation de figures mythiques - l'éternelle guerrière, la mère nourricière, la poétesse amoureuse -, mais qu'elle est le fait d'une multiplicité de personnages réels, engagés dans les luttes de leur temps, dont on entend ici la voix : de Christine de Pizan, première " femme de lettres " française à l'icône féministe qu'est devenue Beauvoir, en passant par Marie de Gournay, Condorcet, Olympe de Gouges, Charles Fourier, Flora Tristan, André Léo, Nelly Roussel, Madeleine Pelletier et bien d'autres encore...

  • Cet ouvrage désormais classique a ouvert un nouveau champ thérapeutique et théorique. Tout comme dans Structure familiale et psychose et dans L'Être-là du schizophrène, la technique analytique qui y est exposée représente un élargissement du champ de la psychanalyse. Dans la psychose, il ne s'agit pas de chercher à interpréter de prime abord le refoulé, mais de trouver accès au domaine du psychiquement « non-représentable ». C'est pourquoi Gisela Pankow aborde le « non-représenté » par une dialectique de la structure de l'espace à partir des fonctions symbolisantes : elle parvient ainsi à lui donner figure, à le rendre représentable. Alors que dans la névrose, il s'agit de situer la relation d'objet et le métabolisme de la libido, le traitement analytique de la psychose choisit le principe de sécurité comme centre de gravité. Gisela Pankow présente ici le traitement, parfois dramatique, de douze malades qui retrouvent les limites de leur corps vécu. Au point de vue théorique, il est important de signaler que l'approche dialectique, qui vise les structures de l'image du corps, ne s'applique pas uniquement au malade psychotique, mais permet aussi d'atteindre et de guérir un délinquant ivrogne - présentant des zones de destruction limitées de son corps vécu - ou encore une maladie asthmatique.

  • Dans ce livre, tout s'accélère. Le numérique amplifie la mondialisation ; internet est mobile ; le téléphone et la télévision deviennent « smart ». Comment la Chine a-t-elle créé des clones de Google ou de Facebook et bâti son propre internet censuré ? Comment les pays arabes ont-ils utilisé les réseaux sociaux pour faire leurs révolutions ? Avec Mainstream, Frédéric Martel avait décrit la guerre mondiale de la culture et des médias ; avec Smart, il prolonge l'enquête dans l'univers numérique. De la Silicon Valley au Japon, du Brésil à l'Afrique du Sud, ce livre raconte la bataille d'internet et son futur. Smart est la première grande enquête de terrain sur le nouveau monde qui vient.

  • Justice, genre et famille Le droit, les moeurs et les pratiques sociales tendent à représenter la famille comme un domaine séparé, exclusif de toutes considérations s'exprimant en termes de justice et d'égalité - lesquelles sont conçues comme relevant du domaine « public ». Considérant que « le mariage et la famille, tels qu'ils sont pratiqués dans notre société, sont des institutions injustes », Susan Moller Okin refuse toutefois de se contenter de montrer en quoi ils favorisent l'inégalité entre les hommes et les femmes. Car il faut aussi et surtout, à ses yeux, défendre la nécessité d'étendre la réflexion sur la justice à la sphère familiale. Justice, genre et famille fut ainsi conçu comme un complément indispensable à la Théorie de la justice de John Rawls, parce que cette oeuvre qu'elle admirait tant n'avait pas répondu à la question que, pour sa part, elle résolut de faire sienne : « Dans quelle mesure est-il possible de faire co-exister la justice et le genre ? ». Dix-huit ans après la Théorie de la justice, le majestueux effort critique entrepris par Okin consista donc avant tout à s'efforcer de réintroduire dans la pensée toute une dimension du problème de la justice que Rawls, tout en le posant si bien, avait sur ce point manqué.

  • Entre la transmission symbolique juive et la question de la transmission que pose la psychanalyse, sont détectées ici quelques résonnances : rapport à la loi, castration, symbolisation. Ce n'est peut-être pas un hasard si l'agacement envers les psychanalystes n'est pas sans rapport avec l'agacement envers les juifs. Etude de la Loi et travail de la cure sont mis en parallèle.

  • On n'est pas encore dans l'indifférence des sexes mais on est en train de chausser des bottes de sept lieues pour y parvenir.

  • Jehanne a donné la vie à Eva souffrant d'une infirmité motrice cérébrale. Pendant des mois, cette mère s'est battue et son amour a triomphé de la mort mais pas du handicap. Eva a lutté pendant vingt-cinq ans contre le mépris, les discriminations, pour réussir ses études de droit et devenir avocate. Elle a gagné tous les combats sauf un : faire accepter son handicap à sa mère...

  • Freud anti-pedagogue

    Catherine Millot

    Dès avant les découvertes liées à celle de la sexualité infantile, Freud avait appelé de ses voeux une réforme de l'éducation en raison de l'importance qu'il accordait à l'influence de la morale dans la genèse des névroses.
    C'est par l'éducation, et l'anathème qu'elle jette sur la sexualité, que les familles de la société bourgeoise s'assurent de la chasteté des adolescents avec les risques et les conséquences sur la vie sexuelle ultérieure que cela comporte. C'est donc avant tout l'éducation qu'il serait souhaitable de transformer. La psychanalyse pourrait dévoiler à l'éducateur les principes de son pouvoir et peut-être l'accroître tout en lui montrant ses erreurs, lui permettant ainsi une action mieux concertée.
    Freud eut, en effet, un moment l'espoir de substituer à l'éducation de son temps une pédagogie libératrice fondée sur la psychanalyse. Cependant, sa conception même des conflits inconscients et l'antinomie, surtout reconnue dans les dernières années de sa recherche, entre la satisfaction des pulsions et toute entreprise d'organisation civilisée de la vie sociale, le conduisirent à abandonner sa quête.
    Catherine Millot retrace l'histoire de cette recherche d'une nouvelle pédagogie et de son échec. Elle montre, tant d'un point de vue théorique que technique (la pratique thérapeutique), ce qui s'oppose définitivement et avec de fortes raisons à toute idée de pédagogie psychanalytique.

  • Le mariage considéré comme un progrès social : c'est un comble.

empty