Que Sais-je ?

  • La notion de sacré semble inséparable de l expérience religieuse. De manière paradoxale, dans nos sociétés occiden-tales contemporaines, l intérêt pour le sacré n a cessé d augmenter à mesure que déclinait le religieux. Dès lors, notre modernité critique, qui a pris ses distances avec la sacralité traditionnelle, risque-t-elle réellement de nous faire perdre l intelligibilité du sacré ? Ne nous offre-t-elle pas au contraire des méthodes nouvelles propres aux sciences religieuses et aux sciences humaines, et susceptibles de favoriser l évaluation des fondements et des effets du sacré ? Cet ouvrage fait le pari qu il est aujourd hui possible de repenser les pratiques et les théories du sacré, et que le sacré, donc, a un avenir.

  • La Franc-Maçonnerie féminine s'inscrit dans la longue et trop lente démarche d'indépendance et d'autonomie des femmes dans la société. Car bien que progressistes pour l'époque, les textes fondateurs de la Franc-Maçonnerie moderne, rédigés à Londres en 1723, ne leur faisaient aucune place. Si des femmes ont participé à l'aventure maçonnique dès les origines, leur place n'est reconnue qu'à la fin du XIXe siècle. Et ce n'est qu'en 1952, lors du Congrès de l'Union Maçonnique Féminine de France, que les déléguées, en votant la
    transformation du nom imposé par les frères de la Grande Loge de France pour créer la Grande Loge Féminine de France (un nom plus conforme à ceux déjà utilisés par les Obédiences mixtes ou masculines), revendiquent pleinement leur statut de maçonne.
    À travers l'histoire de la GLFF, cet ouvrage relate celle des femmes dans la maçonnerie et, plus généralement, celle de la lutte pour l'émancipation des femmes en France à laquelle elles ont participé et participent encore.

empty