Entreprise, économie & droit

  • L'expression « droits de l'homme » reste un symbole fort de la société patriarcale, là où d'autres pays ont corrigé leurs textes en adoptant « droits humains », terme qui place les hommes et les femmes sur le même plan. La légitimité dont bénéficient les termes employés par les pouvoirs publics leur confèrent un poids tout particulier. Il est temps pour la communauté francophone dans son ensemble de prendre acte de la réalité des discriminations qui s'exercent contre les femmes et de modifier la langue française en conséquence pour éviter qu'elle y contribue.
    Ce livre manifeste rassemble écrits et dessins de personnes d'horizons divers (universitaires, comédiennes, avocates), connues ou méconnues, qui apportent un éclairage historique, linguistique et politique à cette requête.

  • La science économique a été pensée par des hommes, pour être au service d'une société dirigée par des hommes. Elle est aussi la science sociale la moins féminisée : les femmes représentent à peine un quart des économistes. "Je suis une économiste féministe" , affirme Hélène Périvier. En levant le voile sur l'apparente neutralité des concepts et des analyses de cette discipline, elle met au jour les ressorts d'une organisation sociale issue du modèle patriarcal, centrée sur Monsieur Gagnepain, tandis que Madame Aufoyer est devenue Madame Gagnemiettes.
    L'économie féministe, parce qu'elle renouvelle les thèmes et les approches de la discipline, déploie des savoirs et des outils pour atteindre l'égalité des sexes.

  • La crise financière internationale de 2008 a entraîné une crise économique majeure incluant montée du chômage, précarité, baisse de pouvoir d'achat et recul de la protection sociale dans tous les pays. C'est une véritable crise systémique du capitalisme. En France, la Sécurité sociale connaît de nouveaux déséquilibres historiques en 2009 et en 2010. On peut vraiment parler d'années noires. La récession et la montée du chômage, comme les politiques économiques et les gestions patronales organisant la déflation salariale et l'inflation financière en sont les causes profondes. La chute du PIB est à 3%. Le chômage atteint 10%.
    Face à cela, une réforme du financement de la protection sociale s'impose basée sur une nouvelle politique de l'emploi et des salaires. La contribution des profits financiers doit être mise en oeuvre. Oui, l'espoir de répondre aux besoins sociaux est possible s'il est basé sur un fonctionnement démocratique de tous les organismes de protection sociale et sur le recul de la financiarisation de l'économie.
    Michel Limousin et Catherine Mills présentent ici leurs analyses et leurs propositions stratégiques pour répondre à ces défis.

  • L'espace mondial. La mondialisation est un enchevêtrement de processus complexes dans lequel les individus, inondés d'informations en temps réel, ont du mal à se situer, qu'ils soient gagnants ou perdants. Comprendre ces processus nécessite d'inventer de nouvelles grilles de lecture.
    Acteurs et réseaux. Face à des États trop petits pour un monde trop large, quels rôles reviennent aux régions, niveau intermédiaire mal défini, mal identifié et parfois mal aiméoe Firmes globales, ONG, réseaux religieux, groupes terroristes, mafias : qui sont ces acteurs déployés dans l'espace mondial ? Comment agissent-ilsoe Identités et allégeances. La question des allégeances et des valeurs universellement partagées se pose à nouveau. La perte des repères collectifs et individuels entraîne des recompositions identitaires, parfois brutales, et rend la gestion de la diversité plus compliquée.
    Gouverner et réguler. Plus fluide et plus interdépendant, ce monde est en même temps profondément fracturé. La diffusion de la violence et la globalisation des problèmes environnementaux obligent à réfléchir, au-delà du militaire et du géostratégique, à l'imbrication des facteurs économiques, sociaux et politiques.
    La chine dans la mondialisation : l'émergence économique et politique de cette société en mouvement génère, modifie et amplifie des phénomènes globaux qui, en retour, l'influencent et la transforment. Composé de cartes, de graphiques et de textes inédits, ce cahier spécial Chine aide à décrypter les enjeux des bouleversements en cours.
    Un projet exemplaire : plus qu'un atlas, ce livre est une véritable boîte à outils. Conçu par un cartographe, une géographe et deux politistes, il est le fruit d'un travail d'équipe autour du cours d'Espace mondial, l'un des enseignements phares de Sciences Po. La cartographie et les graphiques s'appuient sur les travaux réalisés par l'Atelier de cartographie de Sciences Po, devenu une référence dans ce domaine.

empty