Bandes dessinées / Comics / Mangas

  • Chicago, fin des années 1960. Karen Reyes, dix ans, est une fan absolue des fantômes, vampires et autres morts-vivants. Elle se voit d'ailleurs comme un petit loupgarou : d'après elle, dans ce monde, il est plus facile d'être un monstre que d'être une femme. Un jour de Saint Valentin, au retour de l'école, Karen apprend la mort de sa belle voisine, Anka Silverberg, une survivante de l'Holocauste. Elle décide alors de mener l'enquête et va vite découvrir qu'entre le passé d'Anka au coeur de l'Allemagne nazie, son quartier en pleine ébullition et les drames qui, tapis dans l'ombre de son quotidien, la guettent, les monstres bons ou « pourris » sont des êtres comme les autres, complexes, torturés, fascinants. Conçu comme le journal intime d'une artiste surdouée, c'est un livre époustouflant.

  • Pour Barbara, capitaine de l'équipe des Roses de Rosigny, le foot passe avant le bac. Les filles ne se ménagent pas pour le championnat et c'est pas son histoire avec le beau Bilal qui va lui faire louper un entraînement. Quand les subventions au club sont drastiquement réduites, la présidente décide de tout miser sur l'équipe masculine et veut retirer les Roses du championnat. Barbara, abasourdie par cette injustice, propose une autre manière de décider : un match filles contre garçons...

  • Né aux premiers jours de la révolution tunisienne, le chat Willis from Tunis est toujours vivant ! Après dix ans de manifestations, de combat contre les obscurantistes, d'injustice sociale, d'attentats, de corruption généralisée, d'espoirs brisés par les politicien. ne. s, de révolte et de rage, il nous raconte une folle aventure : la marche pleine de chausse-trappes d'un pays vers sa liberté.

  • D'inspiration autobiographique, cette bande dessinée relate l'installation d'un jeune couple dans le quartier d'Annikki, l'un des très rares îlots historiques encore préservés de la ville de Tampere, en Finlande.
    Tiitu Takalo relate le combat acharné que mènent ensemble les habitants de ces maisons de bois face à la voracité des promoteurs immobiliers, souvent de mèche avec les édiles locaux.
    Cette chronique sensible est rythmée par le récit des moments forts de l'histoire de Tampere, depuis sa fondation à la fin XVIIIe siècle, et notamment son riche passé industriel et ouvrier. Ce choix narratif permet de montrer que la richesse d'un quartier ou d'une ville réside dans son patrimoine, et que sa préservation est la clé de nos identités collectives comme de nos avenirs possibles.

  • Un bombardement nucléaire vient d'avoir lieu.
    Les lourdes portes blindées du centre commercial Shelter Market se sont refermées sur ses centaines de clients...
    Très vite, la direction du centre met en marche le plan de survie, avec l'aide des nombreux vigiles présents sur les lieux. On assure aux clients qu'ils peuvent s'estimer heureux de leur sort : ils seront abrités et nourris gratuitement jusqu'à ce que la vie redevienne possible à l'extérieur.
    La clientèle est désormais captive et se doit donc de garder le sourire en toutes circonstances...
    Mais, face aux abus de pouvoir et autres dérives fascisantes, quelques personnes finissent par réagir... Un doute commence à s'insinuer quant à la réalité de l'explosion atomique. Et si tout cela n'était qu'une manipulation de plus ?

  • 1975 : la guerre civile vient d'éclater au Liban.
    Ismahane a 5 ans. Seule fille d'une fratrie de 4, elle passe le plus clair de son temps à jouer avec ses frères et son cousin Malek, 9 ans. Elle est élevée par sa tante Amira. Son père, Abou Ali, n'est pas très présent et fait figure de chef de clan. La famille est musulmane, mais pas vraiment pratiquante. Le tome 1 suit le parcours d'Ismahane, depuis son adolescence jusqu'à son arrivée à Paris, où son idylle avec son cousin Malek se concrétisera, en violation totale avec les traditions du clan familial.
    A Paris, la relation passionnelle entre les deux amants est ternie par un sentiment de culpabilité. Leur histoire démarre à peine, que le retour se profile déjà. Au pays, le père d'Ismahane meurt. Elle doit rentrer au Liban pour les funérailles, avec Malek.

  • Les filles sont au café

    Nadja

    • Memo
    • 19 Juin 2009

    A travers une série de gouaches aux tonalités sourdes, Nadja croque avec un pinceau tendre et moqueur des scènes saisies au vol dans les cafés, et dont les personnages sont des ours très humains. Le livre est un portfolio de cartes sous jaquette, à poster, à offrir, à garder, ou à afficher selon son désir. Un objet atypique, sans commentaire, jouant d'un bel équilibre entre humour et gravité.

  • La narratrice, Charlie, a 25 ans. Elle n'arrive pas à se décider à raconter son histoire, elle pense qu'elle a été une enfant normale, qu'elle n'a pas vraiment de raison d'en parler. Elle évoque sa vie à l'école, sa meilleure amie Julie, sa première classe verte à l'âge de 7 ans et le moniteur dont elle était amoureuse. Son récit est émaillé de flash backs. On voit parfois apparaître la petite Charlie au côté de l'adulte, comme un petit fantôme que seul le lecteur peut voir. Les souvenirs apparaissent légèrement faussés, peut-être par le temps, ou le fantasme. Elle se voit comme une rebelle en colère, une petite punk en avance sur son âge, qui fume clope sur clope à 7 ans. Provocatrice, elle jure comme un charretier et s'amuse à martyriser, toujours flanquée de sa complice Julie, le petit timide de l'école.
    À 16 ans, elle apprend que X, le moniteur dont elle a été amoureuse pendant sa classe verte de CE1, est en prison pour pédophilie...

  • "Aya-ya-aya-ya...
    Les iglous sont des mondes, des petites chaleurs rondes et apaisantes qui maintiennent les esprits suspendus entre éveil et songes. A l'extérieur, la banquise danse au gré d'une houle invisible et mystérieuse, tandis que sous le ciel polaire les montagnes de glace se brisent dans un craquement douloureux. Alors, glissant ses mots sous la surface d'une de ces petites chaleurs rondes et apaisantes, une vieille femme chante et raconte...
    Elle raconte l'histoire de Nerrivik, la jeune fille qui ne voulait pas se marier."

empty