Impressions Nouvelles

  •  Depuis la publication du Dossier Camille Claudel en 1987 (fruit de quinze années de recherches de Jacques Cassar, mais resté inachevé du fait de son décès), jusqu'à sa rétrospective au musée Rodin au printemps 2008, Camille Claudel (1864-1943) a connu une véritable réhabilitation. Celle que les dictionnaires les plus officiels donnèrent longtemps pour morte en 1920 a fait l'objet de biographies romancées, cinématographiées, théâtralisées et chorégraphiées. Sur le plan scientifique, le catalogue raisonné de son oeuvre de sculpteur a enfin pu être établi.
    Reste le « cas Camille ». Internée - séquestrée ? - en asile psychiatrique sur « placement volontaire » en 1913, elle y finira ses jours, trente ans plus tard, dans un abandon quasi total. Malgré un « secret de famille » bien gardé et le mystère toujours embrouillé de ses relations avec Auguste Rodin, des éléments du « dossier » avaient pu percer çà et là, mais ils n'avaient jamais été rassemblés. C'est à la reconstitution du puzzle que s'est attaché Jean-Paul Morel, pour tenter de comprendre cette interminable mise au tombeau.

empty