Langue française

  • Méfiez-vous des femmes qui marchent Nouv.

    Les nombreuses femmes qui ont eu l'audace d'entreprendre de longs voyages ont pour la plupart disparu dans les brumes de l'histoire. Aujourd'hui, leurs récits sont redécouverts.
    Grâce à la marche, ces femmes ont trouvé leur indépendance et se sont parfois même autorisé un changement de vie radical. Nan Shepherd, poétesse écossaise ; la peintre galloise Gwen John ; Clara Vyvyan, voyageuse et randonneuse ; l'écrivaine et philosophe Simone de Beauvoir ou Georgia O'Keeffe, célèbre peintre américaine, en témoignent.
    Artistes, philosophes, écrivaines, ces femmes ne marchaient pas pour jouir de toute la liberté dont peut jouir un homme, ni pour faire de l'exercice.
    Elles marchaient afin de penser par elles-mêmes, de mettre de l'ordre dans leurs émotions, d'affirmer leur indépendance. Elles marchaient pour exister.

  • Voici des textes inédits d'Alexandra David Neel, retrouvés par Marie-Madeleine Peyronnet et Marc de Smedt dans sa maison de Digne où elle termina ses jours en 1969. Ce recueil est d'autant plus intéressant qu'il couvre tout le champ de son existence aventureuse, de la Belgique à la Tunisie, de la Corée au Japon, du Sikkim à l'Indochine, de l'Inde au Tibet. Toute sa philosophie se trouve exposée ici, ainsi que sa réflexion spirituelle alimentée par la rencontre de grands maîtres et ermites en Orient et par les textes sacrés qu'elle traduisait ellemême. A la suite de ces vingt-deux écrits essentiels, on lira le vibrant hommage posthume qu'adressa l'actuel Dalaï-Lama en 1982 à cette grande dame de l'esprit.
    />

  • "Les pages qui suivent consistent en des évocations de mon insouciante jeunesse... dès mon plus jeune âge j'ai tâté de radeaux faits de planches et de rondins. Que par la suite, et durant maintes années, j'ai consacré à la voile toutes mes heures de loisir, toutes mes vacances d'été. Des dériveurs, d'abord, et autres coques de noix. Jusqu'au jour où on m'a confié un vrai bateau." Ella Maillart, grande voyageuse à travers les terres d'Asie, amie d'Alain Gerbault, fut la première femme à disputer les jeux Olympiques en épreuves de yachting, à Paris en 1924.

  • Pendant qu'Ulysse parcourt le monde et enchaîne les exploits, Pénélope demeure immobile, supporte l'attente, tisse et détisse son ouvrage, restant au passage fidèle à son époux. Quand l'homme part, la femme attend son retour. Les femmes étant historiquement des êtres captifs, le voyage est l'un des moyens les plus symboliques pour qu'elles s'affranchissent de leur condition : voyager est toujours pour la femme un acte fondateur ; c'est dire « je vais où je veux, je ne suis qu'à moi ». S'inspirant des histoires vraies de la littérature de voyage et de son expérience personnelle (dix ans d'arrivées et de départs), l'auteure évoque les territoires érotisés (comme le harem), dénonce la vision masculine de l'aventure et s'intéresse à la tension entre voyage et maternité. Lucie Azema le constate : il faut être libre « de » voyager et être libre « pour » voyager. Les femmes aussi sont du voyage s'adresse aux femmes qui sont déjà parties et à celles qui n'oseraient pas encore.

  • Dix ans qu'elle n'était pas remontée sur une moto ! Le jour de ses 60 ans, notre «biker» de choc cède de nouveau à l'appel de la route, enfourche une BMW800 et part faire un tour de France de l'amitié pour fêter son anniversaire avec les gens qu'elle aime. Son «road trip» se révèle autant un récit de voyage qu'une méditation tonique sur la vie et une exaltation des sensations à moto. Si "le bonheur est dans l'errance", comme elle aime à dire, le nouveau livre d'Anne-France Dautheville brosse le portrait d'une mémé flingueuse ayant décidé que la vieillesse serait joyeuse et son corps, "moelleux". Toujours nature, habitée par le seul plaisir de vivre, elle manifeste à chaque page une liberté et une ouverture sur le monde qui remettent à leur place nos "horizons" actuels, parfois si étriqués...

  • Le Routard vous invite à un tour foisonnant et savoureux de tout ce qui fait la France.

    Dans ce livre « hors norme », + 1001 idées de voyages et d'expériences pour (re)découvrir l'hexagone :
    Les plus beaux road trips.
    Les plus beaux treks et les plus belles pistes cyclables.
    Les îles pour prendre le large.
    Les meilleurs festivals.
    Les plus beaux trésors de notre patrimoine : châteaux, cathédrales, villes fortifiées, jardins...
    Les plats régionaux mais aussi la street food.
    Un tour d'horizon des fromages et du vin.
    Sans oublier la France coquine, la France des légendes...

    Le Routard a mis toute son expérience et son savoir-faire pour vous proposer plus qu'un livre, un véritable voyage à lui tout seul ! Ouvrez-le, et vous ne serez pas prêt de le refermer...


    Et en prime, des cartes postales, des dossiers pratiques, des centaines de photos et des illustrations originales, plus sublimes les unes que les autres, font de ce livre un objet exceptionnel... pour préparer sa prochaine aventure ou voyager depuis son salon !

  • C'est par une nuit de Noël et de tempête que disparaissait en 1997 à Douarnenez celle que les marins surnommaient "la Dame de la mer". Première Française océanographe, seule femme à avoir accompagné les légendaires terre-neuvas, embarquée à bord des dragueurs de mines pendant la dernière guerre, chargée du développement des pêches traditionnelles en Afrique de l'Ouest, Anita Conti relate dans son plus beau livre un demi-siècle d'aventures et de recherches en mer.

  • 1972 : Anne-France Dautheville participe à un raid moto entre Paris et Ispahan (Iran), seule femme sur près de cent pilotes. Depuis Ispahan, elle poursuit en Afghanistan puis au Pakistan avec onze motards. Mais des rumeurs circulent dans le milieu : elle serait lesbienne, voire nymphomane, et surtout n'aurait terminé le raid qu'en camion. Furieuse (c'est le début de notre livre), elle débarque à «Moto Revue» et déclare : « Je repars, toute seule ! » : Alaska, Afghanistan, Canada, Japon, Australie... Un périple où les rencontres prennent le pas sur les paysages. La fureur de vivre de cette icône «biker» nous fait rêver, avec nostalgie, à cette planète des années 1970 qui était encore un espace ouvert.

  • Récit d'un voyage effectué en 1932 par l'écrivaine suisse à travers l'Asie centrale en proie à une intense agitation politico-religieuse. Elle part à la rencontre des nomades et, à cheval, traverse le pays des Kirghizes jusqu'aux monts célestes, puis traverse le désert des sables rouges à dos de chameau.

  • « Je ne dois pas me promener seule au Népal. Je ne l'ignore pas mais je ne vise qu'à éluder cette servitude. Moi, j'ai mauvais caractère, je n'admets pas les entraves à ma liberté. » (Alexandra David-Néel).

    Au début du XXe siècle, le Népal est encore pratiquement interdit aux étrangers. Grâce à ses amitiés et à une connaissance subtile de l'âme orientale, Alexandra David-Néel parvient à y entreprendre le plus étonnant des voyages. Publié en 1949 mais longtemps demeuré introuvable, Au coeur des Himalayas relate le pèlerinage que « Jétsunema » (la « Dame-Lama ») effectua durant l'hiver 1912-1913 sur les lieux mêmes où vécut le Bouddha. Son récit éclaire une civilisation à la fois cruelle et mystique qui échappe à tous les critères d'analyse de la pensée occidentale. C'est une très riche leçon d'histoire humaine autant qu'une captivante expérience vécue.

  • « J'aurais voulu respirer l'odeur de fleur de votre visage ».

    En juin 1939, alors que l'Europe s'apprête à basculer dans la guerre, Ella Maillart et son amie Christina (en réalité Annemarie Schwarzenbach) décident de partir au volant d'une Ford vers l'Afghanistan, pour découvrir « comment on peut vivre en accord avec son coeur ». Dans ces paysages somptueux, tout oppose les deux femmes, l'une robuste, l'autre blessée. Ella n'arrachera pas Christina à la souffrance et à la drogue, mais elle tirera de cette expérience un récit magnifique et poignant, un récit qui « fait travailler l'imagination » - son meilleur livre.

  • " Qu'ont-elles en commun, toutes ces femmes aux personnalités si fortes ?Sinon l'intrépidité et le talent unique de savoir reconnaître leur instinct et soutenir leur désir. " Les grandes aventurières ne sont plus seulement des courtisanes: ce sont des conquérantes d'un type nouveau apparu dans la première moitié du XIXe siècle. Des femmes qui voulaient être des géographes, des botanistes, des ethnologues - bref des exploratrices à part entière ! Et elles ont conquis le monde, d'est en ouest et du nord au sud, le collet bien monté, pour que leur vertu ne soit en rien suspectée, leur corset étroitement lacé.
    Mais sous leur armure vibraient des émotions violentes, des sentiments brûlants. Et beaucoup ont vécu des amours, qui, pour êtres secrètes, n'en furent pas moins passionnées.

  • Qu'est-ce qu'un homme ? Qu'est-ce qu'une femme ? Existe-t-il un « troisième » genre ? D'où nous vient en réalité notre identité sexuelle ? De nos gènes, des hormones, de notre éducation et de notre culture, de nos goûts ?
    Cette question est aujourd'hui plus que jamais sur la sellette. D'une part, parce que les évolutions sociales donnent à voir des identités de sexe de plus en plus diversifiées où la part du féminin et du masculin varie selon les individus. Mais aussi parce que ces questions engendrent dans l'opinion de nombreux amalgames et de virulentes polémiques.
    L'objectif de ce livre est justement d'apporter une clarification sur le sujet. Quelles sont les théories en présence lorsqu'il s'agit d'expliquer les différences hommes-femmes, les orientations sexuelles, le phénomène des transgenres ? En quoi consistent justement les études sur le genre qui se sont multipliées depuis deux décennies ? Et finalement, quel bilan peut-on tirer aux vues des avancées scientifiques les plus récentes ? La parole est donnée aux psychologues, anthropologues, sociologues, philosophes et même aux neuroscientifiques qui ont tous apporté leur pierre à ce débat.
    Mais c'est aussi de l'évolution du statut et des rôles sociaux de chacun des sexes dont il sera question. Depuis un demi-siècle, les transformations sociales et les progrès de la démocratie questionnent la place des deux sexes aussi bien dans la sphère publique que privée. Pourquoi les femmes ont-elles été tenues, depuis la nuit des temps et dans toutes les sociétés, dans un statut d'infériorité sociale ? Pourquoi, dans les démocraties les plus avancées, des inégalités et certains stéréotypes semblent résister ? Et, quoi qu'il en soit, dans quelle mesure ces change¬ments induisent-ils une transformation des identités aussi bien féminines que masculines ?

  • En partageant avec délicatesse et humour quelques-uns de ses nombreux souvenirs personnels, Ly San ouvre à ses lecteurs une fenêtre rare sur la profondeur de l'âme cambodgienne. Guidée par un destin extraordinaire, cette femme au courage sans faille et à l'esprit élevé a traversé cinq régimes différents et survécu au terrible génocide khmer rouge. La trajectoire de vie de cette bouddhiste fervente suit mystérieusement les prédictions qui ont jalonné le cours de son existence.

  • Voici à peine un siècle, on trouvait encore indécent de voir une femme en tenue de ski.
    En 1974, une expédition féminine atteint pour la première fois un sommet de plus de 8000 mètres. Trente-cinq ans plus tard, parmi les vingt-deux alpinistes parvenus au sommet des quatorze plus de 8000, se trouvent deux femmes. Comme dans de nombreux domaines, le XXe siècle a donc été déterminant pour ouvrir au deuxième sexe les portes de l'alpinisme. Quelles ont été les pionnières en la matière ? Et à quel prix ? Reinhold Messner brosse le portrait de ces femmes d'exception: Hettie Dyhrenfurth, qui conserva longtemps le record d'altitude pour une femme, Junko Tabei, surnommée "Madame Everest", ou, plus récemment, l'Espagnole Edurne Pasaban, l'Italienne Nives Meroi, l'Allemande Gerlinde Kaltenbrunner, sans oublier bien sûr la Française Catherine Destivelle...

  • Il ne s'agit pas véritablement d'un roman, ni d'un ouvrage historique savant mais de ce qu'on pourrait appeler un récit historique. Dans cet ouvrage l'auteur reconstitue, en la narrant à la première personne, l'histoire véridique d'une femme du XVI° siècle, dona Isabel Barreto, l'épouse d'Alvaro de Mendana, le fameux « découvreur » espagnol des Iles Marquises, auteur du premier contact connu entre des Polynésiens et des Européens. Elle utilise un procédé narratif maintes fois employé dans les romans espagnols du siècle d'or : un manuscrit retrouvé par hasard dans un couvent péruvien ne serait autre que les mémoires de cette femme au destin exceptionnel.
    Dangers, vie quotidienne à bord de ces bateaux, fortune de mer, peur, inconfort, rencontre des « Indiens », parfois extrême violence, Annie Baert nous fait partager toutes les péripéties de ces voyages étonnants. Elle dépeint aussi la volonté farouche qu'il a fallu pour faire naître ces expéditions, l'argent dépensé, les embuches entre marins concurrents, les règlements de compte, les haines tenaces. Elle dit encore l'histoire vertigineuse de mers immenses, effrayantes, dont les routes, du Pérou à Manille, furent parcourues et cartographiées au prix de tant de vies perdues aussi bien chez les Espagnols que chez les « Indiens ».

  • Alexandra David-Néel est considérée comme la plus grande exploratrice du XXe siècle. Mais que sait-on de la femme, de l'épouse ? Et d'abord de l'enfant, écartelée entre un père tourangeau proscrit et une mère bruxelloise intransigeante et désabusée, se déchirant sur le destin de leur fille, indépendante et un peu trop fugueuse à leur goût ? Jeune fille éprise de liberté, elle s'imprégna de la pensée du géographe Élisée Reclus, grand voyageur, mais avant tout anarchiste, alors banni de France pour avoir pris part à la Commune. Rien d'étonnant alors si, libre-penseur et libertaire, Alexandra David-Néel s'associa à tous les combats, notamment pour la libération de la femme. Et à ce propos, quels furent ses véritables liens avec la franc-maçonnerie ? À peine revenue d'un premier voyage aux Indes, elle parcourut le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, où elle rencontra Philippe Néel, directeur des chemins de fer qu'elle épousa.Mais les dames de la théosophie étaient plus douées pour les voyages que pour les liens conjugaux ! Elle repartit pour le Tibet, franchissant l'Himalaya, dans la neige et à pied, afin de parvenir à la ville sainte et interdite de Lhassa. Mais s'y rendit-elle vraiment ? Gilles van Grasdorff dévoile les rapports houleux de l'exploratrice avec les missionnaires français d'Asie, avec le gouvernement britannique des Indes, qui la prenait pour une espionne au service de la France.
    Année après année, de révélation en révélation, il déroule la vie intime d'Alexandra David-Néel, ses amitiés, ses amours féminines. Le portrait qu'il nous en dresse aujourd'hui est fascinant, éclairant de l'intérieur un siècle d'une vie passionnante et hors du commun. Or, dans toutes ses aventures, Alexandra David-Néel ne perdit jamais le goût de la sagesse, restant fermement attachée à la théosophie bouddhiste. Son dernier article, écrit à cent ans, fut consacré à son maître, le Bouddha.

  • Une biographie de la plus grande exploratrice française du XXe siècle. Avec une importante cartographie.

  • 1924. Pour la première fois, une femme étrangère réussit à entrer dans Lhassa, capitale interdite du Tibet !
    Huit mois auront été nécessaires à Alexandra David-Néel pour relever ce défi extraordianire ! Huit mois d'un long périple à travers les immenses solitudes du « pays des Neiges ». Huit mois d'une vie rude et dangereuse sous l'apparence d'une mendiante tibétaine !
    À une époque ou personne ne parle de « raid », et encore moins quand il s'agit d'une femme, c'est un magnifique exploit et une aventure exceptionnelle que nous décrit ici l'auteur ! Elle y ajoute sa propre quête spirituelle, et ce regard fasciné qu'elle porte sur la civilisation tibétaine.

  • Nouvelle édition revue et augmentée du premier reportage en français entièrement consacré au kazakhstan d'aujourd'hui.
    Avec humour et mélancolie, laurence deonna raconte ce pays de steppes et de légendes, richissime en pétrole mais à l'économie chaotique, pays charnière entre l'europe et l'asie, cinq fois plus grand que la france. témoignages de ceux qui pleurent le communisme, parce qu'ils sont tombés dans la plus extrême pauvreté. témoignages de fanatiques de la pureté ethnique. de russes qui n'ont plus leur place ici.
    D'allemands survivants des goulags. d'habitants du grand sud ouzbek. de rabbins new-yorkais vantant leur nouvelle " synagogue des steppes". de popes. de poètes. de journalistes. de féministes. d'artistes. récit d'une pasionaria au destin tragique. portraits d'un président un tantinet satrape, et de musulmans souriants car l'islam, là aussi, a le vent en poupe.

  • Une femme écrit à son mari...
    Pas n'importe quelle femme ! depuis plus de quinze ans, elle parcourt des milliers de kilomètres à la découverte des régions inexplorées du tibet. pour aller la première là où aucun occidental n'est jamais parvenu. parce que c'est là, au coeur de l'himalaya, qu'aboutit sa quête de la sagesse. cette femme, c'est alexandra david-néel. ses voyages en asie appartiennent déjà à la légende. mais ses lettres, écrites de 1918 à 1940, nous restituent vivante celle qui a osé renoncer à tout pour un rêve insensé ! doutes, angoisse, bonheur absolu : dans le second tome de sa correspondance, alexandra david-néel livre le témoignage émouvant et fascinant de sa conquête tibétaine.
    Tous les grands textes d'alexandra david-néel sont chez pocket.

  • 1839 : Léonie d'Aunet part explorer le Spitzberg, à dix-neuf ans...

empty