Sciences humaines & sociales

  • C'est la grande vague actuelle. Les femmes prennent le pouvoir et se réapproprient leur corps.
    Tout change très vite : podcasts, compte Instagram, vidéos, série Sex education sur Netflix, une génération prend en main sa sexualité.
    Elle nécessite une nouvelle éducation sexuelle au sens large, qui nous concerne tous et toutes, à tout âge. La sexualité n'a rien d'inné, elle s'apprend et se désapprend, tout au long de la vie. L'important, c'est la réappropriation de son corps, la liberté de choix et l'égalité.
    L'ébullition actuelle concerne aussi les hommes qui ont tout à y gagner.

  • Politique du clitoris

    Delphine Gardey

    • Textuel
    • 2 Octobre 2019

    Ce livre érudit et ironique présente une critique féministe et décoloniale des savoirs et des pratiques médicales concernant le siège du plaisir féminin : le clitoris. Construit à partir de situations concrètes, il se compose d'une quinzaine de récits souvent stupéfiants. Chacun d'entre eux débute par une citation allant d'un savant du Moyen-âge à Freud en passant par Louise Bourgeois. Une façon non académique de développer une histoire édifiante.

  • Que se passe-t-il dans le lit des Français ? Pour répondre à cette question, la sociologue Janine Mossuz-Lavau a enquêté pendant un an. Sillonnant l'Hexagone, elle a recueilli les témoignages de soixante-cinq personnes, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, de tous les milieux et de toutes les orientations sexuelles. Une enquête passionnante qui veut rendre compte d'histoires singulières, saisir au mieux la vie amoureuse et sexuelle d'une société en constante évolution.

  • En matière de sexualité, rares sont les références présentant des informations justes, critiques et inclusives. C'est l'exploit que réalise Our Bodies, Ourselves, véritable classique de santé des femmes. Dans cette première adaptation francophone, Corps accord propose un guide accessible sur l'intimité et la sexualité. Comment la culture influence-t-elle l'expérience de la sexualité?? Comment conjuguer désir et handicaps ou maladies chroniques ? De quelles façons se vit le plaisir sexuel ? Que recouvre la notion de consentement ? On y trouve des connaissances issues de la recherche, des points de vue féministes ainsi que des témoignages de personnes aux expériences variées.

  • Notre désir

    Carolin Emcke

    • Seuil
    • 29 Août 2018

    Qui sommes-nous vraiment ? Qui pouvons-nous être ou devenir ? Sommes-nous véritablement libres de vivre notre désir dès lors que nous nous écartons d'une certaine norme ? N'a-t-il qu'une seule forme ou évolue-t-il au cours de notre existence - pour devenir plus profond, plus doux, plus radical ?

    Philosophe et correspondante de guerre, l'auteur explore les ruses du désir, de ses premières manifestations adolescentes jusqu'aux abords des champs de bataille. Entre l'essai et le témoignage, ce récit se lit d'un seul souffle, comme le journal d'un désir sexuel et amoureux en formation. Carolin Emcke y relate comment elle a découvert son propre désir, qui n'est pas celui de « tout le monde ». Elle s'adresse à toutes celles et tous ceux qu'on prive de leur désir, et, par là, de leur dignité.

    Un hymne à la liberté traversé par le tragique, où l'intime se mêle magistralement au politique.

  • Sexe et mensonges, c'est la parole, forte et sincère, d'une jeunesse marocaine bâillonnée dans un monde arabe où le sexe se consomme pourtant comme une marchandise. Les femmes que Leila Slimani a rencontrées lui ont confié sans fard ni tabou leur vie sexuelle, entre soumission et transgression. Car au Maroc, la loi punit et proscrit toute forme de relation sexuelles hors mariage, tout comme l'homosexualité et la prostitution. Dans cette société fondée sur l'hypocrisie, la jeune fille et la femme n'ont qu'une alternative : vierge ou épouse. Sexe et mensonges est une confrontation essentielle avec les démons intimes du Maroc et un appel vibrant à la liberté universelle d'être, d'aimer et de désirer.

  • Plus jeune, Camille Emmanuelle voulait être un homme pour ne pas avoir à s'épiler, ne pas devoir faire la taille de jean de Kate Moss, jouir facilement à chaque rapport sexuel, ne pas entendre de remarques sexistes au boulot...
    La journaliste raconte, à travers des chroniques aussi drôles qu'informées, intimes ou nourries d'observations, comment et pourquoi la libération des femmes (et des hommes) se gagne, aujourd'hui, en se débarrassant des injonctions de la société sur le corps, la sexualité et le genre. Son discours intègre aussi bien les questions du clitoris, des poils pubiens, de la prostitution que celles de la Manif pour tous.
    Un manifeste pour un nouveau féminisme  : incarné, contemporain et sex-positif.
      La sexualité décomplexée, abordée sans fard ni fausse honte. Marie Claire.

    Un essai qui détonne et qui décape. Cosmopolitan.

    Un point de vue documenté, libéré et joyeux sur la sexualité. Une nouvelle parole féministe. Glamour. 

  • L'émancipation sexuelle de la femme / Madeleine Pelletier,...
    Date de l'édition originale : 1911 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Un nouvel élan de liberté sexuelle semble parcourir le monde arabe : les soulèvements populaires, l'émancipation des femmes et l'évolution des moeurs bouleversent les schémas culturels les plus rigides et les plus ancrés. C'est une autre révolution, intime et souterraine, qui s'annonce. Au Maroc, en Égypte et jusqu'au Liban, la domination masculine reste de rigueur, mais les femmes, souvent plus éduquées, gagnent plus d'argent. Des mères de famille, souvent premières gardiennes de l'ordre patriarcal, militent pour l'éducation sexuelle de leurs enfants : question de santé, mais aussi d'apprentissage du plaisir qui garantit la paix sociale. Au Caire, et dans les milieux ruraux du sud de l'Égypte, l'obsession de la virginité avant le mariage marque le pas, alors que le commerce de la lingerie explose.
    La révolution sexuelle dans le monde arabe aura-t-elle lieu ? Entre l'acte et la parole, entre le poids souvent oppressant de la tradition et les nouvelles aspirations, cette enquête inédite permet d'observer au plus près les signes avant-coureurs du changement.

  • Pourquoi l'addiction, l'envie de détruire ? Pourquoi l'ennui, pourquoi la dépression ? Alors que nous recherchons le bonheur, c'est très souvent le contraire que nous produisons.
    Est-ce parce que des forces psychiques inconscientes nous poussent à agir exactement à l'opposé de ce que nous voulons, à aller vers ce que Freud désignait comme l'au-delà du principe de plaisir ? Peut-on identifier dans le cerveau des mécanismes neurobiologiques spécifiques nous permettant d'expliquer cette tendance chez l'homme ? En somme, avons-nous, en nous, la capacité d'aller vers le plaisir et le bonheur, ou bien cela nous échappe-t-il totalement ? Pour la première fois, un psychanalyste et un neurobiologiste se sont réunis pour nous aider à comprendre le mécanisme du plaisir et du déplaisir.

  • - C'est un truc de filles?- Non, messire, c'est une révolution.Et une vraie de vraie. Une burnée, si je peux me permettre. ça fait soixante ans que ça dure si on commence à compter à partir du droit de vote. Et c'est pas fini. Une révolution, je vous dis, depuis que les meufs sortent du tiroir.Elles font leur "coming out" d'être humains. Historiquement, les femmes ont joué le rôle de bétail, de monnaie d'échange, de moyen de transport, d'allégorie, de muse, de jouet sexuel et de vache à lait, mais d'être humain, rarement.à première vue, ça n'a l'air de rien, ils se disent que ça nous passera avant que ça les reprenne. Tant que la bouffe est prête et le linge repassé, ça lui en touche une sans bouger l'autre, à Raoul...Mais ça chamboule tout. C'est logique. La question des femmes est la question de tout le monde. Des femmes, des hommes et de l'avenir de l'humanité.Isabelle Alonso

  • En-je lacanien 10 - le sexe

    Collectif

    • Eres
    • 3 Juillet 2008

    Ce qu'on appelle le sexe est proprement l'Heteros, l'Autre qu'est une femme pour elle-même. Le dossier sur le sexe comptera des articles de Antonio Quinet, Michel Bousseyroux,Albert Nguyen, Irène Foyentin,Yves Coddens..., un entretien avec Isabelle Huppert et un inédit de Irina Ionesco.

  • En 1857, un groupe de jeunes gens s'abandonnant aux joies d'une partouze dans un hôtel particulier sont condamnés pour outrage public à la pudeur, parce qu'un curieux les épiait par le trou de la serrure.
    En 1893, les étudiants des quatr'z arts déclarent aux juges la guerre du nu. dans les années 1960, les nudistes et les femmes en monokini provoquent des controverses passionnées. chaque fois les mêmes questions se posent : où finit le public et où commence le privé ? que peut-on montrer, que doit-on cacher ? a travers une enquête qui mêle le droit, l'architecture, la littérature et la psychiatrie, marcela iacub raconte l'histoire de la pudeur publique.
    On y découvre comment le droit a longtemps partagé le monde visible entre licite et illicite, substituant à l'espace réel un espace institutionnel et politique. aujourd'hui, ce vieux mot de pudeur a disparu de nos codes pour être remplacé par celui de sexe. mais, loin de faire le récit épique d'une liberté durement conquise, marcela iacub analyse les transformations des techniques par lesquelles l'etat s'est donné notre sexualité en spectacle au cours des deux derniers siècles, et a conditionné nos espaces, nos vêtements, nos pratiques et même certaines de nos maladies mentales.
    Elle invite ainsi à une histoire politique du regard. on retrouve dans par le trou de la serrure les ingrédients qui ont fait le succès des précédents ouvrages de marcela iacub : un examen sans concession des illusions de notre prétendue libération sexuelle, et un art tout particulier de faire du droit une discipline totale, à la fois poétique et critique.

  • En trente ans, la biologie a élucidé les mystères de la procréation et de la filiation : la femme peut n'être mère que si elle le veut ; la paternité peut être scientifiquement prouvée. Dès lors, la famille n'obéit plus à la tradition ni même aux lois. Elle bouge et craque de l'intérieur, sous la poussée des désirs des individus qui se veulent autonomes. Ils investissent beaucoup dans le couple à la recherche du bonheur, mais sans engagement de durée. Comme jamais la société n'a autant considéré et flatté la sexualité (tout en la criminalisant davantage), les unions sont de plus en plus fragiles, les désunions, même avec enfants, de plus en plus nombreuses. Les juges ont longtemps confié les enfants à la mère (familles monoparentales). Depuis 2002, les deux parents se les partagent. Le centre de gravité de la famille n'est plus l'alliance du couple mais les liens inaltérables qui unissent l'enfant à ses parents, que ceux-ci soient ensemble ou séparés. Mais les enfants, eux, ne vont pas bien...
    Comment et pourquoi la famille s'est-elle ainsi transformée ? Que va-t-il en advenir ? Evelyne Sullerot, acteur et observateur critique de ces bouleversements, tente de répondre à ces questions dans un récit sans tabou, admirablement documenté, jamais moralisateur et volontiers impertinent.

  • Dans ce recueil d'essais, Arnold Davidson s'interroge sur les conditions qui ont permis aux sciences humaines de mettre en lumière, avec toute la force des concepts scientifiques, le rôle de la sexualité dans la formation de notre personnalité, sa place privilégiée au coeur de notre vie psychique. S'attachant à la description d'une expérience qui doit être problématisée, A. Davidson montre qu'il faut nous en déprendre en sorte qu'elle perde sa transparence et devienne un objet d'analyse historique et philosophique. Qu'en est-il alors si la sexualité elle-même est historique, si son histoire a introduit une discontinuité dans notre être même ? Cette question est au coeur de la démarche de Davidson, qui propose ici une véritable épistémologie historique de la sexualité. Au carrefour de plusieurs disciplines - l'histoire des sciences, de la médecine, de la psychiatrie, la théorie critique,la philosophie -, cette étude originale et d'une étonnante érudition est à la fois une enquête sur les sources de l'émergence de la sexualité, la nature de l'argumentation historique, la nature de la « monstruosité » ou de la « perversion » et aussi une interprétation de l'oeuvre de Foucault.

  • La littérature et les différents domaines de la réflexion théorique ont souvent été des champs de bataille où les dissidents de l'ordre sexuel ont cherché à faire entendre leurs voix. Ce sont quelques-uns des moments de ce grand affrontement que Didier Eribon entend restituer ici, à travers des lectures de Gide et de Jouhandeau, de Foucault et de Dumézil notamment. Mais il décrit également comment les pensées novatrices ou hérétiques peuvent rester engluées dans les valeurs dominantes (comme chez Gide) et même, parfois, cohabiter chez un même auteur avec un discours réactionnaire voire raciste (comme chez Jouhandeau). C'est de cette complexité qu'il s'agit de rendre compte dans ce livre.

    Ces discours « hérétiques » doivent bien sûr affronter la résistance acharnée des tenants de l'orthodoxie sociale et des défenseurs de l'ordre sexuel, toujours prompts à les renvoyer à la « folie » ou à la « perversion », à les accuser de « mettre en péril les fondements de la civilisation », comme on le voit, de manière quasi caricaturale, chez des idéologues comme Lacan et Mounier, et chez leurs héritiers. Il faut alors donner toute sa force à l'affirmation de Barthes selon laquelle « dans ce qu'il écrit, chacun défend sa sexualité ».

    Ce livre se veut un plaidoyer en faveur de la pensée critique, de l'« hérésie », une incitation à élargir l'espace de la liberté et des modes de vie possibles face à tous les conformismes, à toutes les pensées rétrogrades et répressives, qu'elles s'avancent sous le masque de la morale, celui de la Raison ou celui de la Science.

  • La sexualité, ses aspects privés et publics, intimes et sociaux, la santé et l'éducation, la reproduction et la religion, le commerce sexuel et l'économie, les crimes sexuels et la justice... sont abordés. L'objectif est d'apporter à tous, adolescents et adultes, experts, médecins, travailleurs sociaux, juristes ou sociologues, une information précise et comparative.

empty