Leo Scheer

  • Roman

    Nathalie Rheims

    Sur le bureau de Nathalie Rheims, un encrier en bronze à l'effigie de Méphistophélès. L'auteure croit pouvoir s'adresser à lui, mais on ne convoque pas le Diable aussi facilement. Pour qu'un dialogue soit possible, même imaginaire, il faut trouver un tiers, un nouveau Faust. Ce sera Roman, un homme qu'elle ne connaît pas, mais dont l'existence et l'oeuvre la fascinent depuis toujours. Décidée à suivre celui dont le destin s'est accompli d'abord dans ses films, avant de le rattraper dans la vie, Nathalie Rheims explore les mystères de ce que notre monde ressent comme la fin des temps.

    Roman est le vingt-et-unième livre de Nathalie Rheims.

  • Claude

    Nathalie Rheims

    En 1999, le jour où Nathalie Rheims rencontre Claude Berri pour l'interviewer sur Charles Denner, sujet de son premier livre, L'Un pour l'autre, le grand cinéaste et producteur vient d'apprendre que son fils Julien a eu un accident grave. Ils ne se quitteront plus jusqu'à la mort de Claude, le 12 janvier 2009. Dix années de vie intense, passionnée, auprès d'un homme qui, entre une réussite fulgurante, quasi magique, et les chagrins de la fin, connut un destin hors du commun.
    Nathalie Rheims n'avait qu'un recours possible face au choc de ce deuil brutal : l'écriture. Elle revient sur leur histoire, et, plongeant dans ses souvenirs, touche au plus intime, au plus vrai d'un être dont elle restitue les multiples facettes. Du gamin du faubourg Poissonnière au jeune acteur devenu scénariste, réalisateur, producteur et distributeur pour demeurer libre, du maître du cinéma français au collectionneur d'art contemporain, elle donne à voir, dans sa réalité la plus immédiate, un homme exceptionnel, qui fut jusqu'au bout entraîné par cette force irrépressible, ce désir souverain qu'il lui a transmis et qu'à son tour elle transmet jusqu'à nous.

  • Remember me

    Claire Delannoy

    Ana ne sait plus qui elle est. De Paris au Québec puis à la Californie elle cherche désespérément à renouer les fils improbables du souvenir, du présent et de l'identité. Ce qu'elle pressent, c'est que son passé n'est plus recommandable. Ses voyages fréquents, son corps tatoué, les réminiscences qui la traversent, la peur qui est en elle ne présagent rien de bon. Les Remember, ces boîtes de nuit où l'ethnique, le religieux, la fête et la rencontre amoureuse se donnent rendez-vous vont-ils lui permettre de faire la part du faux du réel dans un monde incertain, éclaté, où chacun invente sa vérité ?

  • Élise vient d'être quittée. Au lieu de renoncer à l'amour, elle décide de l'entretenir, de lui offrir le mausolée de sa vie, avec un romantisme qui ne se paie pas de dérision. Elle part en Terre promise pour se joindre à une communauté de soeurs bénédictines. En apprenant à les connaître, elle remonte le cours de sa passion. Et une intimité intense se noue entre celles qui aiment et espèrent le Grand Absent et celle qui aime mais n'attend plus.

  • Un jour, il est parti.
    Lui qui l'avait vue naître et accompagnée depuis toujours, il s'est retiré dans la solitude. dix ans plus tard, elle retrouve sa trace et le rejoint pour comprendre ce qui s'est passé. dans une maison aux apparences trompeuses commence un huis clos oú les cauchemars se confondent avec le réel. les souvenirs ressurgissent à travers les contes de fées qu'une main invisible dépose chaque soir à son chevet.
    De l'éveil de la belle au bois dormant au crépuscule de la petite marchande d'allumettes, elle franchit les étapes d'une étrange initiation qui la mène à un secret bouleversant. aura-t-elle la force d'aller au bout de la vérité, de sa vérité. sur le chemin des sortilèges, le destin attendait son heure.

  • A qui parler quand on est pauvre, perdue, rejetée de sa famille ? Jbara, petite bergère des montagnes du Maghreb, parle à Allah.
    Il est, dans un monde qui ne voulait pas d'elle, son seul confident. Elle lui raconte sa vie, la misère, le mépris, son père ignorant et brutal qui la traite en servante, les hommes qui la traitent en objet, la découverte progressive du pouvoir de la beauté, la prostitution, la prison, le désir d'ailleurs : une vie semblable à tant de vies de femmes, aujourd'hui. Monologue fiévreux, porté par une rage irrépressible, que la verve et l'humour rendent encore plus acérée, Confidences à Allah est un témoignage direct, cru, sur l'oppression des femmes, mais aussi, et d'abord, le portrait d'une jeune fille résolue à exister par elle-même, et qui ne se soumettra pas.

  • Bad love

    Catherine Breillat


    Au cours d'un festival de cinéma, Vivian Parker, star adulée et inaccessible, porte, par défi, son choix sur Christian, jeune homme, amateur de civilisation chinoise, mais sans fortune. Ils visitent ensemble les chutes du Niagara et prise de vertige, Vivian lui dévoile sa vraie personnalité. Les deux amants racontent tour à tour la passion qui les a liés, jusqu'au fait divers qui y met fin.


  • Das kind

    Christine Lavant

    Das Kind relève d'un merveilleux rare et étrange. C'est le récit du séjour d'une jeune fille dans un hôpital ophtalmologique. On y soigne ses yeux, qu'elle a presque aveugles, à cause des scrofules dont son corps souffre et qui feront qu'elle ne pourra jamais montrer qu'une peau malade, stigmatisée. Elle a alors 12 ans. 12 ans : c'est l'âge que décrit ce livre. Et ce livre est écrit dans le langage qu'on a quand on n'a que 12 ans. C'est sans doute la prouesse littéraire de Das Kind (L'Enfant), qu'écrit dans cette langue d'enfant, pour dire des visions et des terreurs d'enfant, des supplications et des espérances d'enfant, il n'emprunte rien à la puérilité de l'enfance, sans pourtant non plus jamais recourir à la lucidité rétrospective de l'adulte. Ni niaiserie ni apitoiement. L'enfant en appelle certes ici à toutes les figures possibles de l'autorité et du salut, mais aucune n'est réelle cependant. Pas davantage le médecin chef que l' " ange fort ", que Dieu même, à la fin. Toutes ces figures merveilleuses n'existent pas comme telles, sans doute, mais par contraste avec le monstrueux sous les traits duquel l'enfant se représente.

empty