Lattes

  • Clémence a trente ans lorsque, mue par l'énergie du désespoir, elle parvient à s'extraire d'une relation toxique. Trois ans pendant lesquels elle a couru après l'amour vrai, trois ans pendant lesquels elle n'a cessé de s'éteindre.
    Aujourd'hui, elle vit recluse, sans amis, sans famille, sans travail, dans une petite maison fissurée dont le jardin s'apparente à une jungle.
    Comment faire pour ne pas tomber et résister minute après minute à la tentation de faire marche arrière ?

  • Quand ils se rencontrent à l'université, ils ont la vingtaine. Valentine croit à la tradition, François au progrès, mais ils tombent amoureux. Les années passent et avec elles arrivent le premier emploi, le premier appartement, le premier enfant, le mariage. Dix ans plus tard, François est devenu grand reporter, Valentine est éditorialiste. Ils ont trois enfants et tout de la famille idéale. Pourtant, quelque chose dissone. Peu à peu, sous le vernis des apparences, se révèlent les secrets et les fautes enfouis.
    Roman puissant et troublant, La Première Faute restitue l'érosion d'un couple, des petites lâchetés aux grandes compromissions. Il dissèque la famille et le mariage, explore la folie ordinaire et l'amour, qui consume autant qu'il sauve.

  • De retour dans sa ville natale, Dada retrouve sa mère et sa soeur avec l'espoir de libérer sa famille du passé. Telle une cavalière solitaire, elle enfourche sa mobylette pour tenter de faire la lumière sur la mort de son jeune frère, passionné de westerns, disparu quatre ans plus tôt.
    Cet envoûtant roman d'apprentissage nous offre le portrait saisissant d'une génération perdue, au coeur d'une banlieue croate abîmée par la guerre. Une oeuvre magistrale sur l'intolérance et la violence, sur le désir et la liberté d'être différent.

  • Noces de jasmin

    Hella Feki

    Janvier 2011. Les journaux sont censurés, les informations se diffusent sur Internet et un murmure parcourt la Tunisie : la rue gronde. Mehdi, un jeune journaliste, tourne en rond dans sa cellule, sans savoir ce qu'il va devenir. La Cellule, elle, sait tout, elle a vu ce que les geôliers ont fait aux autres prisonniers.
    Dehors, Essia s'inquiète de la disparition de Mehdi, son nouvel amour. Elle part à Sfax, sa ville d'origine, pour tenter de le retrouver. À Tunis, Yacine, le père d'Essia, se rappelle l'indépendance. D'ailleurs, il a mal sous le pied gauche, comme au depart des Francais en 1956. Mehdi est encore le seul à le comprendre : c'est une révolution.

    Hella Feki décrit la révolution de jasmin de l'intérieur, avec une écriture puissante, évocatrice, sensuelle. Ses personnages racontent leurs espoirs, leurs blessures, leurs peurs, leurs défaites, leurs envies de tout changer. De tout casser. Pour mieux reconstruire.

  • Fausta quitte Beyrouth pour la maison de son oncle, dans un village entouré de montagnes, à la frontière de trois pays en guerre. Paradoxalement, pour Fausta, c'est le lieu doux des étés de son enfance, le seul endroit capable de l'apaiser. C'est là qu'elle a fait construire une piscine parfaite mais sur un terrain qui ne leur appartient pas. Fausta a juste envie de s'y plonger. Avant une dernière injection qui lui permettra peut-être d'avoir un enfant.
    Leo Bendos perturbe son séjour. Il arrive du Canada pour régler cette affaire de piscine : vendre le terrain de sa famille et repartir. L'oncle l'accueille, Fausta l'observe. Ils se découvrent. Tous deux sont fascinés par ce village qui semble contenir le monde, le danger qui peut surgir à tout moment. Ces trois jours vont changer leur vie.

    Un roman magnétique, envoûtant, sur nos identités, la terre qui nous façonne, l'histoire de deux personnages happés par la puissance d'une nature et d'un lieu immuables.

  • Frangines

    Adèle Bréau

    • Lattes
    • 10 Juin 2020

    Mathilde, Violette et Louise sont soeurs. Depuis l'enfance, elles vivent leurs plus belles heures à La Garrigue, une bâtisse que leurs parents ont achetée autrefois à Saint-Rémy-de-Provence.
    Tout les oppose et pourtant rien ne peut séparer Mathilde, éblouissante et dominatrice, Violette, qui a grandi dans l'ombre de son aînée, et Louise, la benjamine, née des années plus tard.
    Cet été, les frangines se réunissent dans la demeure familiale pour la première fois depuis le drame de l'année précédente.
    Entre petites exaspérations et révélations inattendues, ces retrouvailles vont bouleverser à jamais leur vie. Car les murs de La Garrigue, gardiens des secrets de trois générations, ne les protégeront peut-être plus.
    Avec délicatesse et humour, Adèle Bréau nous plonge dans une histoire de famille qui pourrait être la nôtre et nous fait passer du rire aux larmes.

  • Saccharoses

    Samir

    Quel est le point commun entre un trader racontant son premier baiser et son suicide dans un même souffle, un quadra désabusé s'imaginant une nouvelle vie le temps d'une rencontre dans le métro, et un ex-écrivain noyant sa peine dans des films ? La réponse est Saccharoses. Trois mecs. Trois histoires. Et si c'était la même ?

    On ne ressort pas indemne de Saccharoses : vous n'oublierez ni le destin de Qaïs et de Bonbon, ni le style à couper le souffle qui porte ce roman.

  • Les volontes

    Guidot Cecile

    • Lattes
    • 10 Juin 2020

    Claire a la trentaine, roule à moto, porte des tatouages, vit seule. Rien ne la destinait à travailler dans un office notarial, dans cet univers feutré, avec ses codes, ses affinités, ses rivalités particulières. C'est une notaire douée mais iconoclaste : sauvage, rebelle, idéaliste. Elle dénoue des affaires complexes : un neveu qui doit gérer la succession de son oncle et de sa tante et s'occuper de leurs enfants, le double divorce d'un homme bigame, une artiste qui veut déshériter son fils, une femme qui révèle au cours d'une donation l'inceste qu'elle a subi dans son enfance, un homme handicapé oublié dans une maison spécialisée, dont Claire recherche la famille.
    Après la révélation Les Actes, Cécile Guidot nous offre une nouvelle plongée dans le coeur battant d'un office notarial avec en toile de fond la réforme Macron qui a révolutionné le notariat. Les masques tombent et montrent que les actes sont souvent éloignés des volontés.

  • À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l'intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d'une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.

    La commode aux tiroirs de couleurs signe l'entrée en littérature d'Olivia Ruiz, conteuse hors pair, qui entremêle tragédies familiales et tourments de l'Histoire pour nous offrir une fresque romanesque flamboyante sur l'exil.

  • Jackson Brodie s'est installé dans un village en bord de mer dans le Yorkshire du Nord. Selon le bon vouloir de son ancienne compagne Julia, il jouit par intermittence de la présence de son fils Nathan, un adolescent boudeur, et de la vieille chienne Dido. Si le décor est pittoresque, en coulisses de sinistres desseins se trament.
    Pour le compte d'une épouse soupçonneuse, Jackson doit rassembler les preuves de l'infidélité de son mari. Cette mission paraît plutôt simple, mais la rencontre avec un homme désespéré au sommet d'une falaise va l'impliquer dans une sombre affaire.
    Vieux secrets et nouveaux mensonges se mêlent dans ce roman époustouflant, par l'un des écrivains les plus éblouissants et surprenants de notre époque.

  • Corentin, personne n'en voulait. Ni son père envolé, ni les commères dont les rumeurs abreuvent le village, ni surtout sa mère, qui rêve de s'en débarrasser. Traîné de foyer en foyer, son enfance est une errance. Jusqu'au jour où sa mère l'abandonne à Augustine, l'une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des Forêts, ce territoire hostile où habite l'aïeule, une vie recommence.
    À la grande ville où le propulsent ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n'en finit pas d'assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps ; les arbres perdent leurs feuilles au mois de juin. Quelque chose se prépare. La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Humains ou bêtes : il ne reste rien. Guidé par l'espoir insensé de retrouver la vieille Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts. Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d'un monde désert, et la certitude que rien ne s'arrête jamais complètement.

  • Les gratitudes

    Delphine de Vigan

    • Lattes
    • 6 Mars 2019

    « Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l'absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d'un prénom, d'une image, d'un mot. Je travaille avec les douleurs d'hier et celles d'aujourd'hui. Les confidences.
    Et la peur de mourir.
    Cela fait partie de mon métier.
    Mais ce qui continue de m'étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd'hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c'est la pérennité des douleurs d'enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s'efface pas. » Michka est en train de perdre peu à peu l'usage de la parole. Autour d'elles, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l'orthophoniste chargé de la suivre.

  • Une jeune thanatopraticienne qui relooke les morts et installe des téléphones portables dans leurs cercueils, sous le label « Voix Vivante » ; Une gérontologue cartésienne aux prises avec les dernières volontés de son père qui avait commandé en secret des soins d'embaumement, et pour lequel elle accepte l'abonnement au service « Voix Vivante » ; Un charlatan ambigu et frimeur qui anime un cercle de spiritisme et se croit menacé de concurrence par les téléphones enterrés dans le cimetière voisin, Un gardien de cimetière naïf, bientôt à la retraite et désespéré d'abandonner ses morts, qui se trouve mêlé à d'étranges conspirations ; Des rencontres fantastiques au plus profond d'un cimetière entre ceux qui croient aux forces de l'esprit et ceux qui ne croient que ce qu'ils voient. Qui de l'irrationnel ou de la raison finira par triompher au terme de ces situations extravagantes mais plausibles ? La science peut-elle rester toujours enfermée dans ses dogmes ? Les vivants et les morts sont-ils irrémédiablement séparés et réduits au silence ? Il suffit peut être d'un peu de cosmétique et de dérision pour que la mort cesse d'apparaître effrayante et triste...

  • L'heure exquise

    Colette Guedj

    • Lattes
    • 7 Septembre 2005

    Derrière ce titre ironique, L'heure exquise, Colette Guedj brosse, d'une plume acérée, le tableau de la vie dans ces lieux appelés jadis pensions de famille, rebaptisés plus prosaïquement maisons de retraite. Mais que cachent-elles, ces maisons, et qui cachent-elles ? Toute une galerie de portraits défile sous nos yeux, sur le mode drôle, féroce, tendre ou cruel : la vieille dame tyrannique, l'infirmière coup de vent, le médecin dispensateur de petites pilules qui avachissent, la petite compagne de chambre, la comédienne, la coquette invétérée, le fils coupable. Au-delà de l'intérêt très actuel de cette évocation traitée avec un humour décapant, court tout au long du livre une voix bouleversante qui tente de tisser une dernière fois l'ultime dialogue d'amour entre une mère et sa fille.
    />

  • Le journal de myriam bloch

    Colette Guedj

    • Lattes
    • 1 Septembre 2004

    Tout commence à partir d'un livre lu dans la petite enfance, Le Journal de Myriam Bloch dont une page marquera à jamais la narratrice. C'est l'histoire de ce livre, perdu et retrouvé, qui va déclencher, par un effet de miroir, le processus d'écriture de cette histoire de vie.
    La narratrice retrace son parcours de femme dont l'enfance a été baignée par les traditions juives et orientales, auxquelles elle se sent lié par une sorte d'alliance charnelle ; enfance relativement protégée en Algérie, dans l'harmonie d'une identité métissée, alors qu'en France on déportait les Juifs. Mais l'indicible catastrophe va la rattraper, d'abord à travers les récits des camps de la mort qui arrivent jusqu'à elle et vont lui faire une « seconde peau », ensuite par l'histoire tout court qui d'une certaine façon continue. Deux motifs courent tout au long du livre, renvoyant au thème de la mémoire : celui du palimpseste, notre vie n'étant faite que de couchent successives qui pour se recouvrir ne sont jamais totalement effacées ; ensuite celui de la cage d'escalier qui orchestre, comme en une caisse de résonance, les allées et venues de nos destins toujours semblables et toujours différents.

  • Françoise Xenakis est irrévérencieuse une seconde nature chez elle.
    Marie Claire Une réflexion désopilante sur le couple.
    Figaro Magazine Un livre gai, grinçant, culotté.
    Marie-France Une réussite.
    Biba Le parler vrai de Xenakis n'endort pas le client.
    VSD On est attendri, amusé... une plume grinçante nous fait passer un bon moment.
    Magazine Littéraire

  • Françoise Xenakis une fois encore raconte une femme. Cette fois c'est une femme d'aujourd'hui. Bernadette Gaudron, dite Capuchon, est une sainte, une pute, une tueuse, une grande dame, une petite fille qui reçoit le Nobel de la Paix et le Nobel de Littérature et qu'on pousse vers l'Elysée. Elle bouscule tout sur son passage.


    Sa vie commence comme un feuilleton du XIXe siècle - mère morte, enfance pauvre, serment, vengeance - pour devenir un roman policier avec suspense et tueurs aux trousses.


    Françoise Xenakis met en pièces notre société avec l'humour corrosif et la verdeur qu'on lui connaît. Un roman ironique mais si tendre.
    Comme dans Mouche-toi, Cléopâtre ou Zut, on a encore oublié Mme Freud, à chaque page, on essuie quelques larmes et on éclate de rire.

  • Cléopatre, reine d'Egypte : une sacrée reine, sensuelle, mangeuse d'hommes et de territoires, non ? Françoise Xenakis (qui voulait être équitable ! et ne pas toujours écrire sur les femmes vaincues) a décidé de s'attaquer à elle. Le peu qu'elle en savait lui laissait croire qu'elle était la quintessance de la femme et du pouvoir. Pas à pas, elle a retrouvé les temps essentiels de sa vie et, fidèle à sa manière, elle l'a ressuscitée en une femme venue certes du passé mais tellement actuelle.
    Cléopâtre, épouse de son frère, de Jules César et de Marc Antoine, a toujours été une grande reine solitaire, une femme seule. Ecoutez.
    Lisez tout haut, laissez votre coeur cogner et découvrez une femme née en 69 avant J.-C., morte à 38 ans. Cléopâtre, Cléopâtre la pathé- tique, l'enfantine, la déchirante, la jalouse, la complexe, l'ambiguë, la grande reine, la grossière comme un complexe, l'ambiguë, la grande reine, la grossière comme un charretier, la truculente, la mère louve, la mal aimée, l'amante bernée qui a tout perdu, le pouvoir et la vie, parce qu'elle a préféré à tout aimer : aimer jusqu'à en mourir.


    Françoise Xenakis, écrivain et critique littéraire, a publié treize romans et des biographies imaginaires, Zut, on en a encore oublié Madame Freud, publié en 1985 et qui a dépassé 150 000 exemplaires.

empty