L'herne

  • Les Inséparables est un court roman inédit de Simone de Beauvoir qui évoque son grand amour de jeunesse pour son amie Zaza dont la mort tragique provoquée par les préjugés et les diktats de la société de l'époque, la hantera toute sa vie. Mais bien au-delà, Les Inséparables met en scène l'éducation sexuelle et intellectuelle de deux jeunes filles "rangées" et rebelles dans un monde qui prétend leur interdire de devenir des femmes libres et pensantes pour les cantonner à un rôle d'épouse et de mère au service de la société.
    Ce texte autobiographique évoque avec émotion et lucidité les expériences fondatrices de la révolte et de l'oeuvre de la grande philosophe féministe : son émancipation mouvementée et l'antagonisme fondamental entre les intellectuels et les bien-pensants, qui formeront le socle des Mémoires d'une jeune fille rangée.

  • Cadeau de Noël

    Colette

    Noël et le jour de l'An sont l'occasion pour Colette de retrouver ses réveillons d'autrefois. De ressusciter par l'écriture l'attente de la dernière heure de l'année ou l'avènement de sa première aube, son enfance villageoise, sa maison heureuse et, bien sûr, celle qui en est l'âme, Sido, sa mère. De 1909 à l'automne 1948, c'est presque toute la carrière littéraire de Colette qui est jalonnée d'évocations de ces moments privilégiés. En femme qui sait et a compris la vie, elle se livre à une vraie méditation sur le monde de l'enfance et invite ses lecteurs à retrouver les « vraies fleurs de décembre que sont Noël et le premier Janvier ».

    Temps arrêté, rythme immuable, cycle des saisons. Dans ses textes sur les fêtes de fin d'année, Colette exprime sinon une philosophie de la vie, du moins une conduite de vie : recommencer et non répéter. Renaître à soi-même. Se transformer. En 1952, à 79 ans, deux ans avant de mourir, Colette confiait dans une note conservée à la Bibliothèque national de France : « Je voudrais : 1° recommencer 2° recommencer 3° recommencer... ». Ultime confidence d'une femme et d'un écrivain - impossible dans son cas de séparer les deux existences - qui voulut sans cesse éclore et qui trouva dans son enfance la source d'une éternelle re-création : « Plus que sur toute autre manifestation vitale, je me suis penchée, toute mon existence, sur les éclosions. C'est là pour moi que réside le drame essentiel, mieux que dans la mort qui n'est qu'une banale défaite... L'heure de la fin des découvertes ne sonne jamais. Le monde m'est nouveau à mon réveil chaque matin, et je ne cesserai d'éclore que pour cesser de vivre. »

  • Déclaration d'amour de Marguerite Duras à la cité de Deauville, accompagnée de textes rares, parmi lesquels Les petits pieds de la Chine, La route Paris-Rouen ou encore Théodora.

  • Malentendu à Moscou, longue nouvelle écrite en 1965, écartée par Simone de Beauvoir du recueil intitulé La Femme rompue, évoque la crise vécue par un couple vieillissant au cours d'un voyage en URSS : déception politique et « malentendu » sentimental s'entrecroisent, nouant histoire individuelle et Histoire collective. Par ses qualités propres comme par la richesse des échos qu'elle entretient avec l'ensemble de l'oeuvre de Simone de Beauvoir, cette nouvelle méritait une nouvelle édition.

  • Il y a un côté prodigieusement énervant chez les cubains, c'est le côté " nouveau libre " ils sont nouveaux libres comme on est nouveau riche.
    Ce sont eux qui ont inventé 1a révolution, le monde a les yeux fixés sur eux tout le monde les admire et il n'y a que les salauds pour se permettre la plus légère objection. ils semblent ignorer parfaitement (je parle du cubain moyen) qu'ils sont à une heure de l'amérique, qu'ils ont demandé l'aide des russes et que ce peut être une raison de l'intérêt que leur porte la presse mondiale. enfin, ils sont persuadés qu'à part la russie, tous les peuples vivent sous une affreuse tyrannie et que nous-mêmes français, prêtons la main à un bourreau sanguinaire nommé de gaulle.
    Des conversations de ce genre, si elles se prolongent vous mènent au bord de l'apoplexie.

  • fille d'industriels aisés, elle a publié son premier roman, bonjour tristesse en 1954, à l'âge de 19 ans. beaucoup de livres suivront et le succès ne se démentira pas. sa carrière littéraire se confirme dans le temps et fait de françoise sagan une personnalité incontournable de la scène culturelle française. dans la mouvance de la nouvelle vague, elle a aussi contribué à l'écriture de scénarios et de dialogues de films. menant une " vie de patachon ", selon sa propre expression, voyageant sans relâche, elle passe de megève, à sa propriété en normandie via la côte d'azur et cajarc, et ne résiste pas à des horizons plus lointains, comme l'italie ou les seychelles. françoise sagan meurt à l'âge de 69 ans.

empty