Ginkgo

  • Un cataclysme a englouti l'Europe du sud et le Moyen-Orient et Paris est devenu un port méditerranéen.
    Du côté de la Mer Morte, frappée à nouveau quarante siècles après la disparition de Sodome et Gomorrhe, la terre s'ouvre et un mystérieux sel violet en jaillit. Son goût et ses propriétés en font une denrée indispensable à tous, qui se vend à prix d'or.

    Voilà un roman « bizarrissime » : le monde qu'il décrit, situé dans un avenir non précisé, est à la fois agressivement moderne -, dominé par une multinationale toute-puissante, la Compagnie - et violemment archaïque.
    Dans la Colonie lointaine, l'absence de la technologie moderne nous ramène plus d'un siècle en arrière.
    De la science-fiction régressive, en quelque sorte.

    À moins que cette histoire ne nous emmène, sans le dire, au coeur du présent ?
    Elle nous décrit une société totalitaire, organisée à l'extrême, fondée sur le mensonge et la terreur .
    D'un côté, à Paris, un personnage minuscule, solitaire, dépressif, affronte un monstre anonyme, la Compagnie, en un combat feutré. De l'autre, dans l'effroyable Colonie, cinq forcenés se déchirent, pantins ridicules dans un déluge de péripéties démentes, sanglantes et absurdes.
    C'est grotesque et sinistre. Drôle et désespéré.

    La femme de Loth, livre ahurissant, roman d'aventures à l'humour grinçant, parabole sur la folie de notre monde actuel et de l'horreur économique.

empty