Hachette Pratique

  • Les saveurs et les senteurs de Jérusalem sont notre langue maternelle. Les herbes sauvages ramassées lors de voyages scolaires, les jours de marché, les odeurs du sol sec un jour d'été, les chèvres et les moutons errants dans les collines, les pitas fraîches, le persil coupé, les figues noires, les gâteaux sirupeux, les cookies friables...

  • Nos amours radicales : 8 visions singulières pour porter un regard nouveau sur l'amour Nouv.

    Recherchés avidement, fantasmés, désirés envers et contre tout, les espaces amoureux sont, depuis toujours, présentés comme la finalité absolue de ce que l'on peut attendre d'une relation avec l'autre. L'injonction au couple et la pression sociale qui l'entoure dictent notre façon de vivre avec les autres... Et avec nous-même.

    Considéré dans notre société comme la voie rapide vers le bonheur, l'amour amoureux est encore trop peu remis en question, trop peu repensé, notamment à travers le prisme des avancées sociales et féministes de ces dernières années. Et si l'on porte volontiers un oeil attendri sur ces espaces amoureux, ils sont également des terrains propices à la reproduction des schémas de domination patriarcale.

    L'amour amoureux est-il le seul qui importe ? Couple hétérosexuel et féminisme sont-ils compatibles ? Quel est le poids des inégalités sociales ou raciales sur le couple ? Qu'est-ce que notre manière d'être avec l'autre veut dire de nous ? Comment construire nos relations intimes en suivant des principes d'équité, qui ne sont pas encore acquis dans la société au sein de laquelle nous évoluons ? Ce sont autant de questions que se posent les auteur·ices de l'ouvrage. Qu'iels soient militant·es, auteur·ices, travailleur·euses sociales ou créateur·ices de contenu, iels sont tou·tes féministes et engagé·es dans une démarche de déconstruction de la place que peut avoir l'amour amoureux dans notre société. Iels livrent ainsi des réflexions tendres, incisives et radicales, en nous proposant une autre vision de l'amour, envers soi et envers l'autre : l'amour comme acte militant, émancipateur, et d'ores et déjà synonyme de révolution.


    La débrouillardise pimpante - Sharone Omankoy.
    Amours en addition - Léane Alestra.
    Amour et déconstruction - Emanouela Todorova.
    Amour(s) en lutte - Lou Eve.
    Le couple en soi - Axelle Jah Njiké.
    Alors, saute ! - Nanténé Traoré.
    L'amour impossible : entre proies et prédateurs - Sabrina Erin Gin.
    Le feu qui nous sépare - Anaïs Bourdet.

    Illustré par Hina Hundt.

  • ON N'EST PAS VRAIMENT FEMME AVANT D'ÊTRE MÈRE.

    T'AS QUE 30 ANS, TU VAS CHANGER D'AVIS.

    T'AS DÉJÀ 30 ANS, FAUT TE DÉPÊCHER !

    Y A UN PÈRE ? A QUAND LE DEUXIÈME ?

    T'ES SÛRE, UN TROISIÈME ?

    AH BON, TU ALLAITES ? AH BON, TU N'ALLAITES PAS ?

    ÊTRE MÈRE À 20 ANS, C'EST IRRESPONSABLE.

    ÊTRE MÈRE À 40 ANS, C'EST DANGEREUX.
    TU VEUX PAS D'ENFANT : T'ES FÉMINISTE ? T'ES LESBIENNE ? TU VEUX PAS D'ENFANT ?

    JE PEUX TOUCHER TON VENTRE ?

    Au départ, il y avait cette question : pourquoi le fait que je ne veuille pas d'enfant pose-t-il un problème à tout le monde, sauf à moi ? J'ai trouvé la réponse : parce que je suis une femme en âge d'en avoir qui coche 100% des cases du bingo procréatif. Même 50 ans après la légalisation de la pilule et de l'avortement en France, être une femme, c'est être une mère : être nullipare, volontaire ou plus souvent, involontaire, c'est donc être reléguée en D2 de féminité.
    Pourtant il ne suffit pas d'être mère pour qu'on vous fiche une paix très relative - oh non... Encore faut-il être une « bonne » mère, selon des normes procréatives et éducatives de plus en plus nombreuses, rigides et contradictoires. Résultat : la plupart des mères, celles qu'on ne voit pas à la télé ni sur Instagram, sont de plus en plus épuisées tout en se sentant de moins en moins légitimes ( capables ?).
    Tant que l'on considèrera que la maternité n'est pas une option mais une preuve de la féminité, tant que la parentalité restera d'abord une affaire de femmes, donc que c'est à elles de concilier leurs douze journées, les inégalités persisteront, non seulement entre les femmes et les hommes, mais aussi et avant tout entre les femmes. A nous de décider qu'elles ne sont pas une fatalité.

  • L'adaptation de la pièce de théâtre à succès, mais avec plus de trucs à l'intérieur.

    Co-écrit par Louise Mey et Klaire fait Grr et inspiré du seule-en-scène Chattologie, cet ouvrage est un essai illustré sur les règles : il reprend les thèmes abordés dans le spectacle et les approfondit avec davantage d'informations, des blagues de fromage, et des dessins épiques. Suivez Prof Chatto et laissez-vous initier au grand écart porté, seule activité qui saura illustrer la nouvelle souplesse que votre esprit aura acquise après la lecture de ce livre incontournable.

    Chattologie s'adresse à toutes et à tous.
    Chattologie est un ouvrage sur les menstruations, à cheval entre l'essai et la bande dessinée.

    Parce que les règles, c'est un sujet à la fois grave et léger, et parce qu'un cheval, c'est toujours pratique.

    Quadras empathiques, ados fébriles, mamies révoltées, couples, frangines, cousins, futures mères et futures pas-mères, voisins, boulangers : ce sujet vous concerne.

    Attention, ce livre contient des gros mots tels que "prout", "zizi" et "capitalisme libéral". Par ailleurs, ce n'est pas un livre sur les chatons. Pas du tout.

empty