Littérature générale

  • Notre civilisation a du mal à construire un discours autour de la maternité. La littérature contribue à éclairer cette expérience intérieure où l'amour de ces mères et la sublimation des femmes s'entremêlent. Colette, Anaïs Nin, Marguerite Duras, Nancy Huston, Julia Kristeva, Christine Angot, Marie Darrieussecq offrent leurs paroles et leurs écrits aux mères d'aujourd'hui et aux professionnels qui s'en soucient.

    La particularité de transmettre la vie, de la continuer en en gardant l'empreinte corporelle au creux de leur ventre, plonge les femmes, les mères, dans des émotions/sensations proches de l'archaïque, quasi innommable. En écrivant (sur) cet innommable, les écrivaines partagent leur expérience personnelle, qui les a exposées à une déstabilisation psychique due à ce corps à corps mère/enfant. Elles tentent de restituer un vécu qui échappe car difficilement maîtrisable - mais néanmoins il est pensable, pensé, et peut se dire, s'écrire, fût-ce partiellement. À partir des ouvres de Colette, Anaïs Nin, Marguerite Duras, mais aussi Julia Kristeva, Nancy Huston, Christine Angot, Marie Darieussecq, l'auteur montre comment ces écrivaines utilisent leur art pour tisser une toile sur le clivage de la passion maternelle, entre emprise et sublimation.

    Corinne Cammaréri est psychologue clinicienne auprès d'enfants et d'adultes en situation de handicap. Ayant assuré des suivis de femmes enceintes et de mères en difficulté, elle a souhaité éclairer son expérience clinique en s'engageant dans un travail de recherche sur la question de l'écriture du maternel chez des écrivaines du début du XXe siècle à aujourd'hui.
    Depuis 1987, date de l'obtention du DESS de psychologie clinique et pathologique à l'université Montpellier 3 (mémoire : « Le corps à corps mère-enfant »), Corinne Cammaréri exerce le métier de psychologue clinicienne dans différents établissements médico-sociaux de l'Hérault auprès d'enfants et d'adultes en situation de handicap. En 2010, elle obtient un doctorat à l'université Paris-Diderot en Histoire et sémiologie du texte et de l'image/école doctorale dont la politique scientifique se caractérise par l'interdisciplinarité, l'internationalité. La thèse est suivie par Julia Kristeva, son titre est : « Amour maternel ou sublimation de femmes ou comment les écrivaines du XXe siècle à nos jours interrogent altérité, maternité et création ». Soucieuse de transmettre, d'échanger une pensée clinique issue d'une pratique professionnelle afin d'en préserver le sens, elle est chargée d'enseignements à Montpellier 3 et de formations ainsi que de supervisions auprès de professionnels de santé.

  • Avant les mots

    Claudine Bohi

    Avant les mots se risque au plus près de l'énigme du langage, s'emploie à rendre cette approche dans une langue réduite à sa plus simple et juste expression. On touche là à l'essence même du poétique.

empty