Casterman

  • Début des années 30. Anaïs Nin vit en banlieue parisienne et lutte contre l'angoisse de sa vie d'épouse de banquier. Plusieurs fois déracinée, elle a grandi entre 2 continents, 3 langues, et peine à trouver sa place dans une société qui relègue les femmes à des seconds rôles. Elle veut être écrivain, et s'est inventé, depuis l'enfance, une échappatoire : son journal. Il est sa drogue, son compagnon, son double, celui qui lui permet d'explorer la complexité de ses sentiments et de percevoir la sensualité qui couve en elle. C'est alors qu'elle rencontre Henry Miller, une révélation qui s'avère la 1re étape vers de grands bouleversements.

  • Nouvelle édition du magnifique portrait de l'une des premières militantes de la cause féministe.

  • Nouvelle édition pour la bio incontournable d'une icône des Années Folles.

  • Un guide de développement personnel original pour toutes les filles qui ont besoin d'un coup de pouce pour prendre le pouvoir sur leur vie !

    T'es-tu déjà demandé comment réaliser tes rêves ?
    Si oui, ce livre est fait pour toi ! Tu y trouveras 23 conseils pour t'aider à prendre le pouvoir sur ta vie : te connaître toi-même, savoir comment prendre soin de toi et des gens que tu aimes, ou t'engager pour obtenir ce que tu veux... et peut-être même changer le monde !

  • La rencontre de la dessinatrice Aude Mermilliod et du romancier Martin Winckler. Deux voix pour rompre le silence sur un sujet encore tabou, l'IVG.
    Si elle donne le choix, l'IVG ne reste pas moins un évènement traumatique dans une vie de femme. Et d'autant plus douloureux qu'on le garde pour soi, qu'on ne sait pas dire l'ambivalence des sentiments et des représentations qui l'accompagnent. L'angoisse, la culpabilité, la solitude, la souffrance physique, l'impossibilité surtout de pouvoir partager son expérience. Avec ce livre, Aude Mermilliod rompt le silence, mêlant son témoignage de patiente à celui du médecin Martin Winckler. Leur deux parcours se rejoignent et se répondent dans un livre fort, nécessaire et apaisé.

  • Petit précis de déconstruction de l'instinct maternel.

    Le mot de l'auteur : « Petite j'étais persuadée qu'il fallait avoir des enfants. A 15 ans, je pensais que je serai mère à 20 ans, à 20 ans je pensais que ça serait vers 25 ans. Et puis j'ai rencontré des gens qui pensaient autrement et qui questionnaient la charge sociale de l'obligation de maternité. J'ai commencé à me demander si moi, j'en voulais vraiment. Ce que ça signifiait et pourquoi on le faisait ? J'étais très mitigée sur le sujet. Et puis un jour, à 29 ans, j'ai eu le cancer. En même temps que l'annonce de la maladie, on m'a prévenu que les traitements allaient probablement me rendre stérile. Là, tout d'un coup, ça a été comme si on m'ôtait un jouet et que tout ce que je voulais c'était ce jouet-là ! Quatre ans plus tard, me voilà enceinte. À travers ma propre maternité, je veux interroger le fameux instinct maternel, l'explorer du point de vue philosophique, culturel, historique ; mais aussi aborder les différents types de parentalité, à travers d'autres témoignages. En bref : c'est quoi l'instinct maternel ? Et est-ce qu'il existe vraiment ? »

  • De la réalité anatomique, aux mythes qu'il véhicule : une étude détaillée du sexe féminin, à la fois personnelle, scientifique et humoristique.

  • Un nouvel écrin pour la flamboyante héroïne de Catel et Bocquet.

    Joséphine Baker a 20 ans quand elle débarque à Paris en 1925. En une seule nuit, la petite danseuse américaine devient l'idole des Années Folles, fascinant Picasso, Cocteau, Le Corbusier ou Simenon. Dans le parfum de liberté des années 1930, Joséphine s'impose comme la première star noire à l'échelle mondiale, de Buenos Aires à Vienne, d'Alexandrie à Londres.

    Après la guerre et son engagement dans le camp de la résistance française, Joséphine décide de se vouer à la lutte contre la ségrégation raciale. La preuve par l'exemple : au cours des années 1950, dans son château des Milandes, elle adopte douze orphelins d'origines différentes, la tribu arc-en-ciel.
    />
    Elle chantera l'amour et la liberté jusqu'à son dernier souffle.

  • Un portrait d'artiste en forme de biographie subjective, ou comment rendre hommage à Niki de Saint-Phalle alors qu'une rétrospective au Grand Palais s'apprête à célébrer son parcours.
    De 1930 aux années 2000, voici la première biographie dessinée de Niki de Saint-Phalle, l'une des figures les plus marquantes de l'art du XXe siècle. Construit chronologiquement, le récit suit l'histoire et le parcours de l'artiste à travers un choix de séquences et d'événements signifiants, des années d'enfance de la petite Catherine Marie-Agnès de Saint-Phalle jusqu'à la consécration internationale en passant par ses premiers pas professionnels comme mannequin ou l'affirmation de sa vocation d'artiste, dans les années cinquante. Ici et là, c'est la petite voix intérieure incarnant à la fois son être secret et ses élans artistiques qui prend les rênes du récit, mettant en évidence la manière dont la démarche créatrice de Niki - un surnom qu'elle s'est choisi très tôt - se nourrit des événements de sa vie, à commencer par les traumatismes, les blessures et les démons qu'a connus cette femme à l'existence souvent tourmentée. Le récit est découpé en 22 chapitres, soit exactement le nombre des arcanes majeurs du tarot, cet art ancien au carrefour de l'ésotérisme et de la psychanalyse, qui est en soi un regard sur l'existence et dont Niki, toute sa vie durant, se sentira très proche (elle a conçu en Toscane un grand parc de sculptures intitulé Le Jardin des tarots).
    Un travail subtil et sensible publié à l'occasion de la grande rétrospective de Niki de Saint-Phalle présentée au Grand Palais à Paris, et qui permet à la talentueuse dessinatrice Sandrine Martin de signer son premier album chez Casterman.

empty