Maryvonne Lapouge

  • Un recueil d'interviews de femmes brésiliennes, écrivains, professeurs, actrices, éditrices, journalistes, une boia fria, une femme de la favela, Carolina Maria de Jesus, une détenue... qui posent au fil des conversations de multiples questions et problèmes, et très spécifiquement, la question de la colonisation des femmes à l'intérieur d'un pays, alors tout entier bridé par un régime dictatorial et militaire.

    « Quand les femmes se cherchent, ce qu'elles disent n'est pas une parole en l'air : cette parole s'enracine dans un quotidien, un lieu, un temps. Ainsi, les entretiens rassemblés ici, en même temps qu'ils livrent une expérience de vie féminine, en disent beaucoup sur un pays, le Brésil, avec ses écarts extrêmes d'une classe sociale à l'autre, ses distorsions, ses injustices... » M. L. et C. P.

  • « En rassemblant des textes et des déclarations de femmes italiennes, nous avons voulu réparer une injustice, rendre visibles des femmes que leur langue entoure, telle la seiche, d'un nuage d'encre. [...] D'emblée, deux catégories se sont imposées.
    Les écrivains : celles qui ont métier d'écriture, Dacia Maraini, Natalia Ginzburg, Alice Ceresa, Elsa Morante...
    Les écrivantes : celles qui ont recours à l'écriture pour expliquer leur champ d'intérêt et d'investigations [...] comme Elena Giannini Belotti, Liliana Cavani, Maria Antonietta Macciocchi, Fuffi, Giovanna Palla... Et il se peut que, parmi elles, on trouve cette « parole souverainement révoltante », autrement dit suprêmement étrange, inouïe, qui ouvrira des brèches et forcera l'écoute. Car la parole (le texte) d'une femme est toujours la transcription d'une pratique. Et ce sont ces pratiques, qui nous importent, à nous, les faméliques, qui n'en connûmes qu'une, de conformation, obéissance, ajustement, aux nécessités de l'Autre. » M.C.- M.L.

empty