Elise Thiébaut

  • « Je m'appelle Françoise d'Eaubonne et j'ai inventé trois mots qui disent tout de ma vie : phallocrate, écoféminisme et sexocide. » Penseuse de génie, écrivaine prolifique et militante radicale, Françoise d'Eaubonne (1920-2005) a donné forme à elle seule, dès le milieu du xxe siècle, à tous les grands principes qui traversent le féminisme contemporain. Pourtant, malgré une reconnaissance internationale, elle est tombée dans l'oubli de la mémoire collective française.

    Sous la plume d'Élise Thiébaut, l'intime et le politique se mêlent pour donner chair à une femme hors du commun. Un portrait passionnant et sans tabou, plus indispensable que jamais, qui éclaire à la fois le génie et les dimensions les plus subversives de cette pionnière de l'écoféminisme.

  • Et si le fameux « roman national », qu'appellent de leurs voeux nos réactionnaires les plus échevelés, passait par l'autobiographie ? C'est le pari d'Elise Thiébault. Blanche et hétéronormée, voilà une Française « de souche » comme l'extrême-droite en rêverait. Sauf que, féministe et peu adepte du « Grand Remplacement », celle-ci préfère de loin questionner ses racines. Lancée à l'assaut de son arbre généalogique, la voilà qui inventorise son héritage, pourfend les mythes collectifs, les vieux schémas patriarcaux, chante ses aînées gauloises, amazones ou courtisanes, et de branche en branche, bâtit avec fougue le contre-roman de l'identité nationale.

  • Avoir ses « ourses », ses « ragnagnas », ses « coquelicots » ou « l'Armée rouge dans sa culotte »... : quelle que soit la façon dont on l'appelle, ce phénomène naturel qui consiste, pour les femmes, à perdre un peu de sang tous les mois (sans en mourir !) reste un tabou dans toutes les sociétés.
    Pour en finir avec cette injustice, Élise Thiébaut nous propose d'explorer les dessous des règles : elle nous fait découvrir les secrets de l'ovocyte kamikaze, l'histoire étonnante des protections périodiques, les mythes et superstitions véhiculés notamment par les religions... Et bien d'autres choses encore sur ce fluide qui, selon les dernières avancées de la science, pourrait bien nous sauver la vie.
    Alors, l'heure est-elle venue de changer les règles ? La révolution menstruelle, en tout cas, est en marche. Et ce sera la première au monde à être à la fois sanglante et pacifique.

  • Après avoir écrit deux ouvrages sur les règles, Élise Thiébaut a eu envie de parler des cycles dans une pièce de théâtre qui met en scène nos intimités trop souvent oubliées ou malmenées.
    De la puberté à la ménopause, de l'avortement à la maternité, du sexe au désir, elle aborde avec humour, mais aussi avec amour, ces moments de la vie des femmes - et des hommes - marqués par l'appel du corps, de la transmission et de la liberté.

    « Vous avez sûrement entendu parler de cet organe qui se trouve entre les jambes de la moitié des êtres humains. On peut l'appeler la chatte, bien qu'elle ne ressemble que de très loin à un félin. On peut l'appeler le con, bien que le plus con des deux dans ce cas ne soit pas celui qu'on croit. » É.T.

  • Je suis française. Pas française à moitié, par alliance ou par alliage. Que ce soit du sol et du sang, ma géométrie est hexagonale. Contrairement aux 40% de Français dont un grand-parent est né à l'étranger, j'appartiens à ces 60% qui puisent leurs racines assez loin dans ce qu'on appelait la Gaule, pour autant que ce pays ait jamais existé ailleurs que dans Astérix ou les vieux livres d'école. Avec de lointains apports italiens, espagnols, anglo-saxons ou germains, je suis imprégnée de celtitude, et corresponds au modèle qui excite tant les défenseurs de notre identité. Leur empressement à voler à mon secours pour sauver ce concentré de civilisation que je porterais dans mes gènes m'inquiète cependant au point que j'ai fini par me résoudre à prendre la plume pour explorer mon identité nationale.

    Élise Thiébaut est partie à la recherche de ses ancêtres prétendument gauloises : tests génétiques, généalogie et géographie familiale forment en creux le portrait d'une France inattendue. Puisant dans son expérience singulière, l'enquête vient éclairer certains pans de l'histoire collective trop souvent laissés de côté, qu'il s'agisse de la part que les femmes ont prise dans cette épopée ou des privilèges qui s'attachent à l'identité dite de souche. De Néandertal aux croisades, de l'esclavage à la séduction à la française en passant par la colonisation, cette autobiographie de la France démonte avec humour les clichés et autres légendes identitaires qui perdurent.

    En réponse aux polémistes qui colonisent les écrans, elle montre comment cette obsession des origines alimente largement des projets aux motivations troubles, breveter le vivant ou manipuler notre ADN par exemple. Si la France se meurt, ce n'est pas en raison d'une invasion venue d'Ailleurs. Quelles que soient nos origines, la peur du grand remplacement cache en effet des périls autrement plus sérieux pour notre avenir.

  • Si tu fais partie de l'espèce humaine et que tu as un utérus, tu auras un jour tes règles, comme 3,5 milliards de personnes dans le monde. C'est normal, avoir ses règles est une chose naturelle et un signe de bonne santé ! Pourtant, tu entendras peut-être dire que c'est sale et que tu ne dois surtout pas en parler. Les tabous, la peur, la honte... il est temps d'en finir avec tout ça et de faire enfin tes propres règles ! Élise Thiébaut est journaliste et féministe. Elle aime raconter des histoires et a écrit plusieurs livres, mais aussi des spectacles de feux d'artifices ou une histoire insolite du métro. Elle s'intéresse tellement aux règles que c'est le deuxième livre qu'elle écrit sur ce sujet. Mirion Malle fait de la BD, des dessins, de la sociologie et de la bagarre. Elle parle souvent de féminisme sur son blog Commando Culotte et elle fait aussi des blagues.

empty