Livres en VO

  • Kristin McKirdy, céramiste

    Collectif

    • Norma
    • 19 Septembre 2012

    Née au Canada de parents américains, mais vivant en France depuis son plus jeune âge, Kristin McKirdy s'est abreuvée aux sources des différentes cultures auxquelles elle s'est trouvée confrontée. Elle a suivi des études d'histoire de l'art à Paris et de beaux-arts à l'université de Californie, Los Angeles (UCLA). Sa vocation de céramiste fut pour elle le moyen de réaliser une synthèse libre et enrichissante d'influences parfois antagonistes.
    Son itinéraire professionnel se vit comme une suite de défis et de questionnements. La connaissance approfondie de l'histoire de sa discipline et la parfaite maîtrise de ses savoir-faire conditionnent à ses yeux l'épanouissement d'une production originale et puissante.
    Tout en demeurant convaincue que son art devait rester ancré dans ces traditions, elle a appris des artistes céramistes, notamment Adrian Saxe et Kenneth Price, que le temps était venu pour la céramique de s'affranchir de son enfermement dans le monde des arts décoratifs pour s'inscrire dans la grande nébuleuse des arts plastiques.
    Étrangère au débat d'arrière-garde qui agite la scène européenne, elle bâtit sa carrière avec une foi et un détachement absolu de qualité indispensable pour transformer toute inquiétude existentielle ou métaphysique en un terreau fertile, aux origines de toute création. Forte et fragile, Kristin McKirdy livre une oeuvre savante et spontanée, rigoureuse et sensible. Jouant avec virtuosité des archétypes universels (vases, coupes, bols, amphores) qui peuplent sa discipline, elle fait naître de ses mains des pièces dont le biomorphisme mesuré est vecteur de sens et d'émotion.
    La Cité de la céramique donne carte blanche à Kristin McKirdy pour réaliser un rapprochement historique et esthétique entre son travail et certaines pièces conservées dans les collections nationales.
    Une exposition monographique « Kristin McKirdy. Vingt ans de création » présente à la fois les créations de ses quatre années de résidence à Sèvres entre 2008 et 2012 et une sélection de pièces parmi les plus représentatives des vingt dernières années provenant de collections privées.
    Parallèlement à l'exposition à Sèvres, les créations réalisées lors de la résidence de Kristin McKirdy seront mises en vente à la galerie parisienne de Sèvres, au Palais-Royal. Les galeries Pierre-Marie Giraud à Bruxelles et Jousse à Paris présenteront aussi des pièces.
    Le livre servira de catalogue.

  • Letizia Galli

    Collectif

    • Silvana
    • 16 Octobre 2012

    Née à Florence en 1944, diplômée de la faculté d'Architecture, Letizia Galli enseigne le dessin à des enfants avant de s'installer à Milan et y écrit son premier livre pour enfant en 1975. Elle décide par la suite, après son installation à Paris dès 1990, de se consacrer alors à l'illustration d'ouvrages destinés à la jeunesse.
    Reconnue au niveau international, elle collabore avec plusieurs éditeurs étrangers et réalise plus de soixante albums qui sont publiés dans le monde entier. Ses thèmes d'inspiration sont variés, notamment l'histoire de l'art. De nombreuses expositions, du Centre Pompidou, à Paris en passant par Moscou, Naples ou encore Londres, lui ont été consacrées.
    En 2010 elle fait don au musée de l'illustration jeunesse, de 2.906 dessins originaux venant enrichir le fonds du musée.
    Ainsi, sa monographie permet à un large public d'apprécier le parcours de Letizia Galli, de ses débuts, pour la presse et la publicité, à son passage à l'illustration, et nous offre une meilleure connaissance de son travail d'illustratrice citoyenne du monde.

  • Yoko Ono est une artiste pluridisciplinaire (film, son, participation, instruction, architecture, installation, environnement...) qui crée depuis le début des années 1950 avec une assurance et une inventivité hors du commun des oeuvres conceptuelles. Dès ses débuts, elle s'évertue à déconstruire l'art tel qu'on le conçoit à l'époque dans les musées, à interpeller, à militer pour la paix et pour l'égalité des sexes, souvent par le biais de performances.
    Après une rétrospective à Francfort en 2013 et au MoMA de New York, c'est le MAC de Lyon qui lui consacre sa première rétrospective française sur le principe d'une exposition à pratiquer, à voir, à entendre.
    Beaux Arts a été choisi pour éditer un hors-série sur cette artiste qui a traversé la seconde moitié du XXe siècle. L'édition retrace sa vie semée de souffrances terribles et de gloire.

    Exposition au macLyon, du 9 mars au 10 juillet 2016.

  • Le Louvre invite dès ce printemps l'artiste Eva Jospin dans la cour Carrée. Son installation Panorama, déclinaison monumentale de ses forêts de cartons, propose au visiteur de s'immerger au coeur d'une forêt mystérieuse. Le pavillon fermé, dont les parois de miroirs reflètent le bâtiment de Pierre Lescot, est posé sur la fontaine, qui devient à la fois pivot et support.
    Eva Jospin travaille le carton à découper, medium rarement utilisé, pour créer des oeuvres sous formes de bas-relief, voire de haut-relief. Avec Panorama, la perspective et la profondeur, composantes fondamentales du vocabulaire de l'artiste, sont travaillées à une échelle plus grande. L'oeuvre, spécialement conçue pour la cour Carrée du musée du Louvre, entreprendra ensuite un tour du monde dans plusieurs villes.

    Beaux Arts éditions accompagne cette installation avec un hors-série bilingue. Une rencontre avec l'artiste permet de mieux comprendre son oeuvre.

  • Saïkali

    Collectif

    • Somogy
    • 11 Septembre 2011

    Nadia Saïkali est née en 1936 à Beyrouth.
    Avant-gardiste, l'artiste s'est très rapidement détachée des modes de représentation dits conventionnels pour élaborer un langage propre dont la sophistication se nourrit à la fois d'éléments occidentaux et de réminiscences orientales. Collages, reliefs et mobiles lumino-cinétiques, autant de moyens d'expressions artistiques explorés par la peintre et jalonnant un parcours exceptionnel, qui aujourd'hui en revient aux techniques traditionnelles (huiles sur toile) et aux fondements de l'art. Dans la série Empreintes-Mémoire et Empreintes-Autoportraits, la peinture de Saïkali porte les traces des empreintes corporelles de l'artiste qui, comme la marque première sur la paroi des grottes de la préhistoire, tendent à exprimer un art qui se veut universel. Cet ouvrage retrace le riche parcours artistique de Nadia Saïkali dont chaque tableau est perçu par elle-même comme un fragment, un rivage, une île de son voyage immobile dans l'archipel du temps.

empty