Littérature traduite

  • Elles sont quinze femmes nées dans cette petite Géorgie si mal connue, pourtant terre de très ancienne civilisation. Toutes, sauf une, vivent encore sur le sol natal. Elles sont journalistes, écrivains, enseignantes, et représentent plusieurs générations (la doyenne est née en 1939, la plus jeune en 1986). Leurs poèmes célèbrent leur vie, leur pays, sa mer et ses montagnes, les mythes universels qui lui sont parfois indissociablement liés : n'est-ce pas en Géorgie que l'on situe la Toison d'or ? Elles évoquent la guerre, les blessures, les larmes mais aussi la consolation, les « fous » et les « normaux », l'amour ou son absence. Elles chantent aussi Cézanne, « diplômé de l'Académie des arts raffinés », dit l'une d'elles. Le titre du recueil est celui d'un des poèmes : Je suis nombreuses.

  • A Kaboul, le ciel, la terre, l'eau ont changé de couleur; les démons sont venus envahir les hommes. Douze nouvelles qui nous plongent au coeur d'histoires empreintes d'un quotidien entaché par la guerre où il est question d'amours meurtris, de femmes enlevées, de talismans, de frontières et de loups, et révèlent l'écriture de femmes qui souhaiteraient infléchir les destins de Nâzboo, Khorshid, Hamid et les autres Collectif de 12 auteurs: Badghisi Wasima, Haidari Batool, Ataee Alia, Kazemi Sedighe, Khorsand Khaleda, Kawsari masouma, Mahboob Mariam, Qayum Toorpekai, Bakhtari Manizha, Qaderi Homeira, Pazhwak Parween, Rafat Hamayra.

  • Qu'est-ce qui anime, obsède et déchire la société polonaise d'aujourd'hui ? Quelle est l'origine profonde des événements politiques qui secouent l'opinion publique polonaise et retentissent à travers l'Europe ? Comment expliquer les causes de la volte-face anti-européenne qu'a effectuée, il y a peu, « le meilleur élève de l'Union Européenne » ?
    Hourras et désarrois est un recueil d'essais sur la Pologne actuelle. Pour la comprendre, une seule clef : la culture, comprise avant tout comme un ensemble de manières de penser, de sentir et d'agir propres à une société donnée.
    La Pologne actuelle est racontée ici par le biais de la création artistique (littérature, arts visuels, théâtre), outil hyper-sensible pour capter et sonder les mécanismes culturels profonds, mais aussi à travers des phénomènes culturels populaires comme les mèmes, les manifestations de rue, les néologismes les plus en vogue, les stéréotypes, les styles de vie ou les objets de la vie quotidienne.

  • Dans sa vieillesse - elle est âgée de plus de quatre-vingts ans - la mère du révérend Jôjin apprend un jour que son fils, éminent religieux lui-même sexagénaire, a décidé d'aller faire pèlerinage en Chine.
    L'expérience d'une telle séparation, qu'elle juge " sans exemple au monde ", l'incite à prendre la plume pendant près de trois ans (de 1071 à 1073), jusqu'à ses derniers moments sans doute, elle va tenir son journal et noter les épisodes qui marquent les adieux, puis le départ de Jôjin, les étapes successives du voyage de celui-ci vers le continent, mais surtout ses propres sentiments : douleur, révolte, ressentiment, espoir de le retrouver en ce monde ou dans l'autre.
    Parmi les écrits autobiographiques qu'ont laissés les femmes du Japon ancien, celui-ci est unique par son thème : l'amour maternel, avec sa violence et ses ambiguïtés.

  • Des japonaises

    Collectif

    L'intérêt de cet essai sociologique est double. Il réside tout d'abord dans l'analyse de la condition féminine au Japon jusqu'aux années 1980 : l'exposé de la conquête des droits des femmes et l'abondance des statistiques permettent de replacer la question dans son contexte historique et culturel. Les nombreuses comparaisons internationales, tout en rectifiant certaines idées reçues sur « la Japonaise », la font effectivement apparaître comme un « cas particulier » et jettent un éclairage direct sur la société de ce pays parmi les plus modernes du monde, et pourtant encore si profondément ancré dans la tradition.

  • Pourquoi des poétesses (Audre Lorde, Adrienne Rich, Gloria Anzaldúa & Cherríe Moraga, bell hooks, Dorothy Allison, Robin Morgan, Marge Piercy, Alice Walker, Paula Gunn Allen, Rita Mae Brown, etc.) ont-elles été des leadeuses, activistes et théoriciennes, des mouvements féministes aux Etats-Unis dans les années 1970 et 1980 ? Dans une première partie, un essai de la poétesse féministe Jan Clausen, écrit en 1982 au pic du mouvement, propose des pistes de réponse.
    Dans une deuxième partie, une anthologie bilingue de poèmes écrits entre 1969 et aujourd'hui montre la pérennité de ce lien entre poésie et féminismes aux Etats-Unis.

empty