Sciences humaines & sociales

  • Le livre le plus célèbre de Freud, cinq conférences prononcées par Freud en 1909, lors de son voyage aux Etats-Unis, devant un public de non-spécialistes.
    On y trouve un récit simple et vivant des origines de la psychanalyse inventée par l'hystérique Anna O., mais aussi une introduction aux problèmes centraux : la sexualité infantile, l'interprétation des rêves, le complexe d'OEdipe. Freud conclut sur la nature des névroses et le refuge dans la maladie. Les Cinq leçons sur la psychanalyse sont suivies de Contribution à l'histoire du mouvement psychanalytique, où Freud retrace les débuts difficiles de la psychanalyse et les résistances qu'elle rencontra.

  • Rassurant, précis, efficace : ce livre est pour les femmes qui ne se sentent pas épanouies dans leur vie sexuelle. Elles ont mal, ou peur, leur libido est en berne, ça les ennuie. Souvent, elles finissent par se passer de sexe et se réfugient dans la tendresse. S'appuyant sur de nombreux témoignages et sur leur expérience de sexologues, Heidi Beroud-Poyet et Laura Beltran racontent la vie secrète du sexe féminin, ses entraves et les manières de se libérer. Leur message est clair : parler des difficultés permet de dédramatiser et de trouver des solutions. Car nommer les galères sexuelles, c'est aussi une chance : l'occasion d'aller à la découverte de soi, de son plaisir, de son rythme - bref, de s'ouvrir à son potentiel érotique et de choisir une façon personnelle, à soi, d'aimer la sexualité.

  • Quel est le plus important : avoir des droits ou des devoirs ? Chef d'oeuvre de la pensée politique, «L'Enracinement» est un livre engagé sur le patriotisme, les déracinements et notre besoin vital d'appartenances, mais aussi de vérité. Il peut se lire comme un "manuel de citoyenneté" qui prône une société où l'épanouissement de chacun est la norme, où des principes moraux nous guident, et où l'argent et la technique ne font plus la loi.

  • L'orgueil humain a reçu trois grands démentis, souligne Freud dans l'Introduction à la psychanalyse : Copernic a montré que la terre n'était pas au centre de l'univers, Darwin que l'homme était un animal parmi d'autres et maintenant la psychanalyse fait apparaître que le "moi" n'est pas maître chez lui. Une affirmation que la psychanalyse fonde par la prise en compte de phénomènes (rêve, lapsus, symptômes) et par le recours à certains concepts (inconscient, préconscient). La pensée de Freud n'a rien d'ineffable : elle peut se transmettre. Telle est la visée de cette série de conférences (1915-1917), où Freud fait preuve de son talent à exposer ses idées. Rien d'obscur ou de désincarné, mais le mouvement de la psychanalyse où apparaissent tous les problèmes majeurs qu'elle aborde (interprétation des rêves ou théorie de la névrose) ainsi que les notions qu'elle a forgées (libido, transfert). Nous sommes ainsi guidés au coeur de la révolution psychanalytique, aussi bouleversante que celle de Copernic.

  • Très claire introduction au phénomène du totalitarisme, ce livre rassemble deux textes de Hannah Arendt qui se situent dans le sillage immédiat de son ouvrage majeur, «Les Origines du totalitarisme» (1951), qu'il contribue à éclairer et à approfondir. « La nature du totalitarisme » (1954) est une conférence où Arendt traite de la spécificité du régime totalitaire par rapport au despotisme et aborde les thèmes de l'idéologie, de la terreur, de la tyrannie, de la solitude. « Religion et politique » (1953) est un essai où Arendt discute des religions politiques et séculières, et où elle réfléchit à la question de l'autorité.

  • « On a longtemps dit que j'étais réservée, voire "muette comme une tombe". En fait, il ne s'agissait ni de froideur ni d'indifférence. J'étais en deuil. Et je ressentais comme une nécessité d'habiter un monde lisse, impersonnel et protecteur vis-à-vis, non pas de la mort, mais de la séparation qu'elle inflige avec la disparition de l'autre. » Ginette Raimbault a consacré sa vie aux questions du deuil et de la mort. Ce n'est pas un hasard. Dans ce livre limpide, émouvant, probablement l'un des plus personnels qu'elle ait écrits, elle donne la parole aux endeuillés et explore le « cataclysme intérieur » provoqué par la mort de l'être aimé.

  • Devenir grand-mère aujourd'hui, c'est se sentir habitée d'une énergie nouvelle, c'est vivre un "deuxième printemps". C'est aussi, plus qu'on ne le croit, un moment de fragilité et de transformation intérieure, et la parole est capitale pour que chacun trouve sa place dans la famille : les grands-parents, les enfants devenus parents, les gendres, les belle-filles et, bien sûr, les petits-enfants. Les grands-mères d'aujourd'hui sont devenues des "passeuses d'histoires". Quelles valeurs et quels secrets doivent-elles apprendre à transmettre à leurs petits-enfants pour les propulser dans la vie ?

  • Sommes-nous faits pour le bonheur ? À lire cet essai de 1929 que Freud intitula d'abord Le Bonheur et la civilisation, puis Le Malheur dans la civilisation, avant de s'en tenir à Malaise dans la civilisation, on peut en douter, notre existence étant plutôt caractérisée, selon lui, par la violence, la souffrance et l'insatisfaction. Utilisant la théorie des pulsions élaborée dix ans plus tôt dans Au-delà du principe de plaisir (PBP n° 761), Freud explique pourquoi l'agressivité, l'hostilité et la cruauté sont inhérentes au genre humain, il dégage ce qui les relie au plaisir et à l'amour, et il montre à quelles conditions la culture permet de contrôler les pulsions de mort. Un livre terriblement actuel sur la violence dans notre société, mais aussi sur l'égoïsme et l'altruisme, le sentiment de culpabilité et la conscience morale, la possibilité même de liberté individuelle.

  • Oublier un nom, casser un bibelot familier, se tromper de clefs, commettre un lapsus, tous ces petits accidents ordinaires doivent s'interpréter comme des manifestations de l'inconscient. En effet celui-ci travaille sans cesse, infatigablement. Freud a montré comment le rêvé était la voie royale d'accès à l'inconscient. Il dessine dans cet ouvrage de 1901 d'autres chemins vers cette part qui échappe à notre contrôle et qui, par ses manifestations, traduit nos désirs.

  • La solitude nous angoisse, et pourtant nous avons tous besoin d'être seuls pour nous ressourcer. C'est l'un des paradoxes de l'être humain. Et Winnicott est le premier psychanalyste à s'être penché sur cette question.
    Dans « La capacité d'être seul » (1958), il montre comment le petit enfant fait l'expérience de la solitude bien que sa mère soit à ses côtés. Il n'interroge donc pas, comme Freud, les conséquences de la séparation, mais l'aptitude à être seul psychiquement tout en ne l'étant pas physiquement. C'est, alors, la qualité de la présence maternelle qui compte, et la capacité d'être seul est le signe que l'enfant est mûr d'un point de vue affectif.
    Dans « De la communication et de la non-communication » (1963), Winnicott poursuit sa réflexion en explorant le fantasme d'être découvert et l'importance dans la cure de respecter le besoin, chez le patient, d'être « isolé ». L'interprétation compte moins, ici, que la possibilité de revivre l'expérience d'une solitude accompagnée et l'apaisement.

  • Un jour, les frères... A l'origine du lien social, ce jour-là : les frères se coalisent pour mettre fin à la tyrannie du père de la horde primitive, un chef qui détient tous les pouvoirs et se réserve la jouissance des femelles ; ils le dévorent et chacun d'eux, par ce festin cannibalique, s'approprie une partie de sa puissance. Une alliance entre semblables, un crime collectif, une grande fête, tel serait notre commencement, tel serait le fondement de la société humaine. " Au commencement était l'acte. " Et quel acte ! Après quoi s'instaure la culpabilité face au père mort, avec son corollaire : la vénération du totem ou du dieu. Après quoi prédomine l'horreur, le tabou, de l'inceste - l'horreur, pas seulement l'interdit -, avec sa conséquence, l'exogamie. Un mythe, cette thèse scandaleuse que Freud, après une longue enquête menée avec passion à travers la littérature ethnologique de l'époque (Frazer entre, beaucoup d'autres), énonce dans le dernier des quatre essais de Totem et tabou ? Un mythe, un roman des origines ou bien la révélation, difficile à admettre, au point d'être refoulée, que toute société repose sur un crime commis en commun et ne se maintient dans sa cohésion que par lui ? Cette traduction, remarquablement précise et annotée, est précédée d'une importante préface de François Gantheret qui Montre comment Totem et tabou fut pour son auteur lui-même, à bien des égards, un acte. Loin d'être, comme on l'a soutenu, " une application médicale de la psychanalyse à l'anthropologie ", il constitue un moment décisif dans l'auto-analyse de Freud et l'histoire du mouvement. Notre édition comporte aussi la brève et très personnelle préface rédigée par Freud à l'occasion de la traduction de son livre en hébreu. " L'auteur, y lit-on, qui est totalement détaché de la religion de ses pères, n'a pourtant jamais renié l'appartenance à son peuple. "

  • Pourquoi les bébés pleurent-ils ? Ont-ils un sens moral ? Existe-t-il un instinct maternel ? Quels sont les avantages et les inconvénients d'être enfant unique ? Que faire lorsque son enfant vole ou qu'il ment ? Avec chaleur et bienveillance, de l'allaitement aux soins à prodiguer au bébé, de l'éducation au bon développement psychologique de l'enfant, Winnicott répond aux interrogations des jeunes parents.

  • Au moment où la Première Guerre mondiale et ses millions de morts ne permet plus de pratiquer des rituels collectifs de deuil, Freud, dont les fils ont participé au conflit armé, choisit de s'intéresser au deuil personnel. Que se passe-t-il quand nous sommes confrontés à la perte d'un être aimé ou à celle d'un idéal ? Pourquoi certaines personnes réagissent-elles par le deuil, qui sera dépassé au bout de quelque temps, alors que d'autres sombrent dans la dépression ? Ce court essai de 1917 est sans doute le texte de Freud le plus cité : il n'est pas possible aujourd'hui de parler du deuil ou de la dépression sans s'y référer. Son public potentiel est très large. Il concerne bien entendu les psychanalystes et les psychiatres, mais aussi les enseignants et les étudiants comme ce fut le cas, par exemple, de La mère suffisamment bonne de Winnicott (PBP nº 595), et plus globalement les non-spécialistes au même titre que Deuil et dépression de Melanie Klein (PBP nº 486). En annexe de la présente traduction, qui est inédite, on trouvera l'article de Karl Abraham auquel Freud renvoie à plusieurs reprises. Avec Deuil et mélancolie de Freud, qui vient s'ajouter à Deuil et dépression de Melanie Klein et Manie et mélancolie de Karl Abraham (PBP nº 772), la PBP propose désormais sur cette question les trois textes fondamentaux de la psychanalyse.

  • Winnicott est devenu mondialement célèbre avec la notion d'objet transitionnel.
    Cet objet, que l'on associe d'habitude au doudou ou à l'ours en peluche, est la première possession du bébé, qui lui donne un nom, puis s'arroge des droits sur lui : il le câline, l'aime, le mutile. L'objet survivra à cet amour et à cette haine. Mais, peu à peu, il sera désinvesti, puis " relégué dans les limbes ". Il ne sera pas oublié, il perdra juste sa signification. L'enfant n'aura donc pas à en faire le deuil.
    Mais grâce à lui, il aura pu vivre une expérience affective fondatrice.

  • En 1934, après avoir traversé une gave période de dépression à la suite de la mort accidentelle de l'un de ses fils, melanie klein fait au congrès de lucerne une conférence où elle formule pour la première fois sa célèbre théorie de la " position dépressive ", que certains, tel winnicott, placeront au même rang que la découverte par freud du complexe d'oedipe.
    Complété en 1940 par un autre, également publié ici, ce texte qui décrit avec une violence extrême la formation du psychisme de l'enfant est la pierre angulaire de tout le système conceptuel de melanie klein.

  • La pulsion est l'un des quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse avec l'inconscient, le transfert et la répétition. Freud la théorise en 1915 dans ce texte où, étudiant le devenir des pulsions sexuelles, il aborde les thèmes du sadisme et du masochisme, du voyeurisme et de l'exhibitionnisme, du refoulement et de la sublimation, de l'amour et de la haine. Sans Pulsions et destins des pulsions, il est difficile de comprendre Melanie Klein ou Jacques Lacan. Mais en dehors de sa portée théorique, il jette aussi une lumière crue sur notre époque, où l'irrationnel et l'animalité sont devenus en tous domaines, même sexuels, des repères pour gouverner sa vie.

  • Publié en 1923, Le Moi et le Ça est un texte capital qui reçut un accueil enthousiaste de la part de la communauté psychanalytique. S'appuyant sur Le Livre du Ça que Georg Groddeck venait de faire paraître, Freud y prolonge les idées développées dans Au-delà du principe de plaisir (PBP n° 761 ), puis dans Psychologie des foules et analyse du moi (disponible dans Essais de psychanalyse, PBP n° 15). Ayant distingué et défini les trois instances qui vont révolutionner la théorie psychanalytique : le moi, le ça et le surmoi, il expose la forme " complète " du complexe d'oedipe, revient sur la bisexualité de chaque individu, teste la validité de l'hypothèse de la pulsion de mort qu'il avait abordée en 1920, s'intéresse au sentiment de culpabilité et aux formes de dépendance du moi.

  • Ce livre, qui pose les fondements du traitement psychanalytique de l'enfant, est composé de cinq textes écrits par Melanie Klein entre 1926 et 1930 : « Les principes psychologiques de l'analyse des jeunes enfants » (1926), « Colloque sur l'analyse des enfants » (1927), « La personnification dans le jeu des enfants » (1929), « Les situations d'angoisse de l'enfant et leur reflet dans une oeuvre d'art et dans l'élan créateur » (1929), « L'importance de la formation du symbole dans le développement du moi » (1930). La démarche de Melanie Klein - synthétisée plus tard dans La Psychanalyse des enfants (PUF) - est révolutionnaire pour l'époque : ses découvertes sont en effet issues de traitements psychanalytiques d'enfants très jeunes, ce que personne n'avait osé entreprendre avant elle.
    Le contexte est important : c'est celui de la violente polémique qui opposa Melanie Klein à Anna freud. Ainsi « Colloque sur l'analyse des enfants » est-il une reprise virulente, point par point, de ce qui sépare les conceptions des deux femmes. La précision du débat en fait un véritable traité de psychothérapie de l'enfant, dont les idées directrices restent valables pour les cliniciens d'aujourd'hui.

  • Climatique, économique, politique, thérapeutique : le réfugié est l'une des principales figures de notre siècle. Or les États présupposent que la majorité des demandeurs d'asile mentent pour obtenir la qualité de réfugiés. Ils exigent donc des preuves, qui ne peuvent passer que par le témoignage. Mais comment témoigner quand on ne parle pas la même langue ? Qu'implique le fait de se remémorer dans l'urgence une série d'événements traumatiques ? Un essai crucial - au croisement de la psychanalyse, de l'anthropologie et de la philosophie politique - sur la nécessité d'un refuge territorial et psychique, sur des pathologies qui seraient spécifiques aux réfugiés, et donc sur l'émergence d'une nouvelle « clinique de l'asile ».

  • Au-delà du principe de plaisir, texte capital de 1920, écrit au lendemain de la Première Guerre mondiale, du suicide de Viktor Tausk et de la disparition d'êtres chers, est le livre de la pulsion de mort et de la compulsion de répétition, que Freud aborde ici pour la première fois. Certains, tel Jean Laplanche, le considèrent comme « le texte le plus fascinant et le plus déroutant de l'oeuvre freudienne » à cause de son audace et de sa liberté de ton. Freud y abandonne notamment l'opposition conscient/inconscient au profit du conflit entre le moi et le refoulé, et aborde divers thèmes comme le traumatisme, le sadisme et la haine.

  • Daniel Paul Schreber (1842-1911) était président à la cour d'appel de Dresde et psychotique. Hanté par la fin du monde, il se disait aussi persécuté par Dieu et prétendait avoir mission de se transformer en femme pour engendrer de nouveaux humains. Afin de prouver qu'il n'était pas fou, il rédigea ses Mémoires - un document extraordinaire dont Freud, littéralement fasciné, s'empara. Centrant sa réflexion sur la paranoïa, la figure du père et l'homosexualité, Freud aborde aussi l'érotomanie, l'hypocondrie et le narcissisme dans ce texte d'une rare puissance qui inspirera plus tard à Lacan certains de ses concepts les plus féconds. Préface de Denis Pelletier, historien du catholicisme et directeur d'études à l'Ecole pratique des hautes études (Paris).

  • Sous le titre Essais de psychanalyse sont regroupés quatre textes de Freud d'une importance centrale dans son oeuvre : « Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort »» (1915), « Au-delà du principe de plaisir » (1920), « Psychologie des foules et analyse du Moi » (1921), « Le Moi et le Ça » (1923).
    Cet ensemble permet de pénétrer au coeur même de la théorie psychanalytique des organisations sociales et d'appréhender les principes de la « seconde topique » freudienne (moi, ça, surmoi).
    On y retrouve la réinterprétation de la civilisation engagée par Freud dans Totem et Tabou et les concepts fondamentaux de la nouvelle métapsychologie.

  • "La France sera virile ou morte", a-t-on dit en 1944. "Virile", elle le fut, et les tontes des femmes accusées de collaboration en témoignent... Sur cet épisode de notre histoire qui, aujourd'hui encore, continue de susciter un malaise, on croyait tout savoir : ayant couché avec l'ennemi, des femmes avaient été violemment punies, dans un très court laps de temps, par des foules vengeresses et des résistants de la dernière heure. Ce livre, qui s'est imposé d'emblée comme un classique, montre que la moitié seulement de ces femmes avaient eu des relations sexuelles avec les Allemands ; que les tontes n'eurent rien d'éphémère ; et que 20000 personnes environ furent touchées, de tous âges et de toutes professions, dans la France entière. Que s'est-il donc réellement passé ? Pourquoi des femmes ? Et quel sens donner à cet événement ?

  • Qu'est-ce qu'une foule ? Pourquoi l'individu plongée dedans devient-il différent ? Comment ce changement se manifeste-t-il ? Qu'est-ce qu'un meneur ? Psychologie des foules et analyse du moi (1921) est un texte fondamental de Freud. Central d'un point de vue théorique (il est à l'origine, avec Au-delà du principe du plaisir (1920) et Le Moi et le Ça (1923), de ce qu'on appelle la seconde topique, c'est-à-dire une manière radicalement nouvelle de considérer le fonctionnement du psychisme humain), il possède également une dimension sociale et politique, et scelle la rencontre de la psychanalyse et de la psychologie sociale. Il est suivi, pour la présente édition, du texte de Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), célèbre ouvrage que Freud commente largement.

empty