Noir Sur Blanc

  • Faux Poivre relate l'histoire de la famille de Monika Sznajderman. Une histoire qu'elle a longtemps ignorée et qu'elle découvre grâce à des photos envoyées d'Australie par des parents dont elle ne connaissait même pas l'existence.
    Pour la sociologue polonaise Barbara Engelking, spécialiste de l'Holocauste, c'est « un livre extraordinaire qui montre l'enchevêtrement des histoires ayant fait la Pologne.
    L'auteure reconstitue le destin de ses aïeux juifs, trouvant des traces de leur existence dans les journaux, les archives d'infimes indices éparpillés entre le ghetto de Varsovie, Radom et jusqu'à l'Amérique et l'Australie. Elle présente avec le même soin les parents et ancêtres de sa mère, issus d'une pittoresque famille de la noblesse polono-saxonne. Leur histoire se déroule à Varsovie, à Moscou, en Volhynie, sur les domaines et les grandes villes que bouleversaient les Années folles.
    Monika Sznajderman évoque ces deux mondes avec une égale dévotion, nous faisant prendre conscience à la fois de la fugacité de l'existence et de la complexité des identités polonaises, ainsi que de la valeur et du sens de la mémoire. »

  • L'Âge de Kali est un recueil d'une vingtaine d'essais, fruit des dix années passées par l'auteur dans le subcontinent indien dans les diverses parties de l'Inde, mais aussi au Pakistan et au Sri Lanka. Grâce à un formidable don d'observation et de nombreuses rencontres, l'auteur dresse un tableau passionnant et parfois effrayant d'une région en proie à de formidables bouleversements ; il restitue aussi la complexité d'une société tiraillée entre changements et résistance aux changements.
    Au cours de ses déplacements dans le subcontinent, William Dalrymple a souvent entendu que l'Inde serait dans les affres de « l'âge de Kali ». Dans l'ancienne cosmologie hindoue, qui divise le temps en quatre grandes
    ères, l'âge de Kali, la quatrième période, est la pire : époque de conflits, de corruption, de désintégration, durant laquelle toutes les règles morales s'effondrent.
    Les témoignages qu'il rapporte de certaines régions semblent confirmer les prophéties les plus pessimistes : le Bihar, au nord, en pleine guerre des castes, est le théâtre de violences et de massacres, tandis que la
    déliquescence politique et la corruption en font presque une zone de non-droit. Au Pakistan, la région du nord de Lahore est infestée de bandits, et c'est à Peshawar qu'il rencontre un baron de la drogue. Et pourtant, à ce nord en plein chaos s'oppose un sud plus prospère et en voie de stabilisation.
    Mais à cette première ligne de partage s'en surimposent d'autres, et c'est la force du récit de Dalrymple de mettre en lumière toutes les tensions qui animent cette société, prise entre tradition et modernité : il montre,
    par exemple, l'importance persistante des castes, pourtant officiellement abolies, ou le poids des croyances religieuses (avec une poignante description de Vrindavan, « cité des veuves », ou le récit d'un exorcisme à Cochin.) Son entretien avec Baba Sehgal, première vraie rock star indienne, ou ses descriptions de Bollywood forment alors un contraste saisissant. Très instructives aussi sont ses interviews de Benazir Bhutto et d'Imran
    Khan, de même que sa rencontre avec des membres des Tigres Tamouls du Sri Lanka, en particulier d'un bataillon féminin de guérilleros.

empty