Le Cavalier Bleu

  • Difficilement traduisibles en français, apparemment « importées » des États-Unis, les éthiques du care répondent à une préoccupation de plus en plus prégnante dans notre société, celle du soin, au sens ordinaire et non médicalisé du mot.
    Or, si le care est largement étudié outre-Atlantique, il a fait l'objet de peu de publications en France jusqu'à présent, alors même que depuis plus de quinze ans un vrai travail interdisciplinaire a été mené par les chercheurs et chercheuses françaises (philosophes, socio­logues, psychologues, politistes, etc.). Le rayonnement de ces ­travaux au niveau international faisant d'ailleurs que l'on parle ­désormais d'« école française du care ».
    La perspective du care, encore peu connue, est un enjeu majeur de notre monde commun. Les autrices cherchent ici à en montrer les multiples aspects afin que chacun puisse en percevoir les contours pour, in fine, y prendre sa part.

  • À vieilles civilisations, vieilles idées reçues... L'Iran est le pays des poètes et des roses, la patrie des Mille et Une Nuits, celle de Farah Diba, de Khomeini et de la République des mollas. C'est aussi le pays qui cherche à se doter de la « bombe islamique », celui où la condition féminine est déplorable et dont le peuple aspire à sortir de la révolution religieuse.
    Pour dépasser ces idées reçues, il faut d'abord commencer par parler de l'Iran comme d'un pays ordinaire, façonné par son histoire longue et différenciée selon les époques. Il faut aussi prendre appui sur l'observation des pratiques sociales concrètes des Iraniens et de leurs effets, parfois inattendus, sur l'avenir du pays.
    3e édition, revue et augmentée, de l'édition de poche qui s'est vendue à 3 000 exemplaires.

  • L'opinion les connaît mal. Les psychiatres les traitent encore de " malades mentales " ! Hier vouées à la clandestinité, aujourd'hui exhibées dans les émissions télé-réalité, les transgenres arrivent sur le devant de la scène. Lassées qu'on parle en leur nom, elles s'expriment désormais publiquement. Longtemps taboue, la question Trans révèle aussi les dysfonctionnements majeurs de la société française et le décalage croissant entre une population attachée au respect de la vie privée et des institutions (médecine, justice, administrations...) arc-boutées sur des visions passéistes. Rédigé par deux transgenres, qui ont fondé en 2004 l'association Trans Aide, le livre fait justice des préjugés, brosse le portrait d'une communauté en pleine affirmation de soi et s'efforce de balayer toutes les idées reçues : " Ce sont des hommes qui veulent devenir des femmes ", " Les Trans souffrent beaucoup ", " Les Trans perdent leur famille ", " Les hormones détruisent la santé ", " C'est pas leur faute, c'est la nature "...

  • Les biocarburants sont le nouveau pétrole vert. - Les biocarburants permettent de réduire notre empreinte sur le climat. - Au Brésil, on coupe la forêt amazonienne pour produire des biocarburants. - Il n'y a pas assez de terres agricoles pour à la fois produire des biocarburants et nourrir la planète. - Les biocarburants sont très consommateurs en eau. - La deuxième génération de biocarburants permettra de résoudre tous ces problèmes.

  • Alors que tout le monde s'accorde sur la réalité du changement climatique, quels sont les impacts et comment réagir ?

  • « L'homoparentalité, c'est l'adoption d'enfants par les homosexuels. » « Les homosexuels ont une vie sexuelle débridée incompatible avec les responsabilités de parent. » « Les lesbiennes détestent les hommes, elles ne peuvent pas élever un garçon. » « Un couple d'hommes ne saura pas s'y prendre pour élever un enfant. » « Les enfants élevés par des parents homosexuels vivent dans un ghetto. » « Les parents homosexuels ne transmettent pas les mêmes valeurs à leurs enfants. » « Un enfant a absolument besoin d'un papa et d'une maman. »

  • On adopte un enfant quand on ne peut pas en avoir - Il existe un marché de l'adoption - Il faut dire tout de suite à un enfant qu'il a été adopté - Il est plus facile d'adopter un enfant quand il est tout jeune - Les enfants adoptés sont moins équilibrés que les autres - Les procédures d'adoption sont extrêmement longues et complexes.

  • « L'Inde est le pays des maharajahs, des fakirs et des vaches sacrées » « Gandhi est le père de la non-violence » « L'Inde est un pays sous-développé » « Calcutta est un immense bidonville » « Les Indiens sont les meilleurs informaticiens du monde » « Le système des castes paralyse la société indienne » « L'Inde est la plus grande démocratie du monde »

  • Phénomène ancien mais plus que jamais d'actualité, l'adoption concerne des milliers d'enfants, nés ici ou ailleurs.
    Histoire personnelle et collective, elle engage les individus et comme les États et appelle à s'interroger sur la place faite à l'enfant dans la société et notre conception de la famille.
    « Il est très difficile d'adopter un enfant français », « On ne peut pas aimer un enfant adopté comme son propre enfant », « Il existe un marché de l'adoption », « À l'adolescence, l'enfant adopté cherche à retrouver ses origines », « On ne peut pas adopter quand on est célibataire ou au-delà d'un certain âge »... La complexité des mécanismes juridiques et administratifs, les craintes et les a priori sont autant de raisons de faire le point grâce à un ouvrage complet et accessible.
    3e édition actualisée et augmentée de l'édition de poche qui s'est vendue à 4 700 exemplaires.

  • Darwin est probablement l'un des penseurs dont on a le plus caricaturé la pensée, très souvent réduite à la théorie de la sélection naturelle, dans laquelle la plupart des commentateurs ont cru pouvoir conclure à une généralisation de la " loi du plus fort ". Au nom de la nature, Darwin légitimerait ainsi les conduites de domination, d'oppression ou d'élimination susceptibles de sévir au sein des civilisations humaines. Ce sont, notamment, les différentes versions de cette malencontreuse " idée reçue " qu'il convient de confronter ici à l'analyse attentive de l'oeuvre naturaliste et anthropologique de Darwin.

empty