Littérature traduite

  • Virginia Woolf a écrit tout au long de sa carrière de très nombreux articles littéraires, essentiellement pour le Times Literary Supplement, qui font d'elle un des plus importants et des plus brillants critiques du XXe siècle. Le choix des trente-cinq essais que nous proposons ici porte sur des écrivains anglais, américains et russes (James, Conrad, Hardy, Melville, Tourgueniev, Tchékhov, Tolstoï, Dostoïevski.) et s'y ajoutent des études générales sur les caractères nationaux de leurs littératures, sur l'art de la fiction,et, ce qui est sans doute encore plus symptomatique, sur l'art de la lecture, car, autant qu'une esthétique de la fiction,Virginia Woolf esquisse une esthétique de la lecture, selon laquelle une grande part de l'existence d'un livre tient à la capacité du lecteur de le faire sien, d'en faire « un livre à soi ».

  • Gloria

    Vilma Fuentes

    Teresa, jeune femme mexicaine établie à Paris, décide, à l'occasion d'un retour au pays natal, de ne pas repartir. Elle embarque, avec son ami et son ancien amant - celui-là même qu'elle pensait fuir en choisissant l'exil - sur une chaloupe du nom de Gloria qui les conduit sur les canaux de Mexico. Au cours de cette promenade, s'égrènent entre rires et larmes, alcools et victuailles, leurs souvenirs communs et leurs amours déçues. Teresa y dénoue les fils de sa vie entre passé et présent, Mexico et Paris, où l'attend Charles, son compagnon depuis neuf ans.

    Une promenade entre deux villes, Paris et Mexico, pour lesquelles la narratrice éprouve des sentiments entre attraction et répulsion.
    Des personnages déjantés, ivrognes, rêveurs, idéalistes... sur qui pèse le spectre de la révolte estudiantine de 1968 réprimée dans le sang par les autorités.

  • " Noir ", c'est ainsi que les gens du village appellent l'homme venu du Sud qui s'est installé dans la ferme de Rofanello, au coeur de la campagne toscane.
    C'est un étranger qui, après la mort de sa femme et le départ de son fils, se retrouve seul, en butte à l'hostilité de tous. 1l aime les arbres et les bêtes qu'il défend contre les braconniers et les chasseurs auxquels il voue une haine tenace. Ainsi, quand une louve arrive dans la région, Noir la laisse vivre sur ses terres et tente de la protéger contre la violence des voisins qui veulent la voir mourir, si possible dans d'atroces souffrances.
    Epié et traqué, Noir le sera jusqu'au bout.

  • Cette anthologie d'essais de Virginia Woolf, pour la plupart inédits en français, veut briser l'icône d'une femme douloureuse, pionnière du féminisme, engagée dans une littérature d'avant-garde que sa fin tragique - elle se suicide en 1941 - contribua à propager.
    Les textes que les traductrices ont retenus et traduits ont été écrits entre 1905 et 1929. Il s'agit de billets, de comptes rendus de lecture, d'essais, précédés par une Lettre ouverte au titre évocateur : Le projet de loi sur les plumes d'oiseaux. Chacun d'eux projette un regard comique ou décalé sur le monde de son temps. Très jeune, elle devient experte en détournement des codes et écrit des comptes rendus qui confinent à l'absurde (cf. Du pantalon, 1905). Elle se moque, en vérité, du métier de critique et de la profession de journaliste qu'elle pratique pour gagner de l'argent mais qu'elle tire toujours plus du côté de l'essai littéraire destiné à un lecteur idéal qui lit pour son propre plaisir. Le rire, parce qu'il tord les traits et les textes, joue un rôle essentiel dans son appropriation de l'essai comme genre réservé, avant elle, à l'autorité de la gente masculine. La valeur du rire (1905), titre de l'un des essais traduits, court dans toute l'oeuvre de Virginia Woolf ; le rire est dérision, élan vital, protection contre l'esprit de sérieux, or pur par opposition à l'humour qui n'est que fausse monnaie. De texte en texte, les colorations du rire vont de l'ironie la plus subtile au retournement carnavalesque des valeurs.

empty