Francois Bourin

  • Cofondatrice du Mouvement de Libération des Femmes, pionnière d'un certain « féminisme », Antoinette Fouque est aujourd'hui une théoricienne inclassable. On sait que le mouvement des femmes se divise depuis l'origine en deux branches. La première privilégie le social et milite pour les droits des femmes. La seconde est plus philosophique. Elle s'interroge : qu'est-ce qu'une femme ? C'est tout le travail d'Antoinette Fouque. En quoi consiste l'être-femme ? Très critique à l'égard du féminisme, Antoinette Fouque place notamment la maternité au coeur de la féminité et en tire toutes les conséquences même les plus anticonformistes.

    Un ouvrage court et synthétique. Plus qu'une introduction à Antoinette Fouque, ce livre est un témoignage unique sur la pensée et le parcours d'une des plus importantes militante et intellectuelle d'aujourd'hui.

  • Nées dans les années 1930-1940, Rose, Luce ou Adèle, jeunes adolescentes à la Libération, trentenaires lors des soulèvements de Mai 1968, sont aujourd'hui grands-mères. Issues des milieux populaires, elles ont grandi dans les faubourgs parisiens et les petites villes de province. Et toutes ont été considérées, dans la société de l'après-guerre, comme des « délinquantes » : des traces de leur vie sont consignées dans les archives judiciaires... Qu'est-ce qui a conduit ces jeunes filles à être étiquetées comme telles ? Quels ont été leur vie, leurs rêves, leurs amitiés, leurs amours ? Et qu'ont-elles transgressé ? N'ont-elles pas été plus libres de travailler et d'avoir des aventures que leurs soeurs de l'entre-deux-guerres ?
    Il semble qu'avoir seize ans pendant les Trente Glorieuses implique, pour une jeune fille, d'obéir à un code de conduite précis : sortir, mais surtout avec des copines, flirter, mais du bout des lèvres, ne pas boire, et jamais dans des cafés. Car il faut avant tout s'attacher à trouver un mari, fonder un foyer... Et tous - familles, voisins, police - veillent au respect de ces règles. Une fugue, la fréquentation d'une amie « dévergondée », un fiancé peu apprécié... Autant d'éléments qui conduisent la jeune fille « fautive », « vagabonde », « voleuse » ou « vicieuse », sur les bancs de la justice - surtout lorsqu'elle incarne en plus une classe « dangereuse ».
    À travers une étude nourrie de témoignages, Véronique Blanchard pose ainsi un regard neuf sur la déviance juvénile féminine, son histoire et son évolution, qui permet aussi de questionner ses avatars actuels.

  • Un monde nouveau est en train de naître ; les défis à relever sont nombreux : dérèglements climatiques, disparition d'espèces, pollutions, migrations massives, guerres... Et, en face, l'inconnu ouvert par une accélération technologique sans précédent, qui permet d'imaginer jusqu'à la transformation de l'espèce humaine, est vertigineux. Le monde vivant lui-même peut pourtant offrir un cap tangible et mobilisateur, une garantie pour les générations futures. L'« économie du vivant », c'est maintenant !
    Car le vivant a du génie. Il est capable de relever tous les défis de notre époque, en devenant l'horizon et le moteur de la transition dans laquelle nous sommes. Il offre des substances pour nous alimenter, mais aussi pour construire, rouler, nous chauffer ou nous vêtir... Une aubaine si nous veillons à soutenir ses équilibres fondamentaux, qui sont nos plus essentiels alliés.
    Agrobiologie, chimie verte, big data, innovation bio-inspirée ou biotechs peuvent être mobilisés autour d'un imaginaire nouveau. La mutation a déjà commencé, pour faire naître un monde où numérique et organique s'hybrident, où économie et écologie ne s'opposent plus mais se soutiennent.
    De nouvelles boussoles émergent : comptabilité environnementale, index de relation ou de résilience, critère de vulnérabilité... Dorothée Browaeys raconte ici comment les différents acteurs qu'elle côtoie - scientifiques, entrepreneurs, juristes, philosophes, artistes - inventent ensemble de nouvelles solutions.
    La partie n'est pas gagnée, les résistances et les risques sont grands ; des modèles économiques sont à créer. En nous donnant à comprendre les tenants et aboutissants de ce nouveau monde en gestation, ce livre entend permettre à chacun de s'impliquer dans cette dynamique vitale.

  • Pourquoi et comment l'islam idéologique a-t-il pu dominer la société iranienne depuis les années 1970 aux dépens du mouvement de réforme, qui a commencé avec la révolution constitutionnelle au début du xxe siècle ? Comment a-t-il pu acquérir une telle audience en Iran, puis dans l'ensemble du monde musulman ?
    Mahnaz Shirali interroge l'histoire iranienne du xxe siècle pour saisir le rôle et la place du religieux shiite dans l'organisation sociale et politique d'un pays entré dans un processus de modernisation.
    Écrit par une sociologue d'origine iranienne, ce livre est une des critiques les plus profondes des ruses de l'islam idéologique qui s'est imposé à Téhéran.

  • Bousculer les images, les croyances, les hypocrisies véhiculées par le langage, tel est l'objectif de ce dictionnaire iconoclaste.
    Il dévoile avec vigueur et humour les perversions sexuées du langage, le sens caché des mots ordinaires et leur influence sur les rapports entre femmes et hommes. Loin d'entretenir la guerre des sexes, Le Dictionnaire iconoclaste du féminin veut au contraire la désamorcer.

  • Le récit d'Hamida Ben Sadia est unique. Elle a été élevée par des parents venus d'Algérie, parfaitement intégrés dans la société française et éloignés de toute préoccupation religieuse. Pourtant ils n'ont pas su résister à la pression culturelle de la famille restée au pays. Le mariage forcé de leur fille en Algérie a provoqué son malheur et le leur. Ce récit n'est pas un livre de revendications. C'est l'histoire d'une femme aujourd'hui apaisée, qui s'est opposée avec force aux traditions, a réussi à imposer un divorce à son mari, puis est revenue en France en étant obligée d'abandonner ses enfants. Elle finira par les retrouver après s'être battue avec l'énergie d'une mère et la force de la militante politique et associative qu'elle est devenue. Pour la première fois, avec ce texte fort et humain, une représentante d'une génération de femmes issues de l'immigration raconte. Elles n'ont pas vécu dans la soumission comme leurs mères, elles ne se sont pas révoltées dans la violence contre leurs pères, elles ont dû, par leur seule ténacité et en combattant toutes les dominations, trouver une place entre deux cultures qui ne parvenaient pas à se rencontrer. Elles ont ouvert la voie de l'émancipation à ces " beurettes " qui aujourd'hui sont l'une des promesses de la France.

empty