Calmann-levy

  • Pourquoi une épouse amoureuse, une mère aimante, décide-t-elle de disparaître ?

    À 37 ans, Joanne mène une vie sereine à Modesto, jolie ville de Californie, en cette fin des années 1970. Elle a deux enfants, un mari attentionné, et veille sur eux avec affection.
    Et puis... alors qu'elle rentre de la bibliothèque, Joanne est agressée. Un homme surgit, la fait tomber, l'insulte, la frappe pour lui voler son sac. Joanne s'en tire avec des contusions, mais à l'intérieur d'elle-même, tout a volé en éclats. Elle n'arrive pas à reprendre le cours de sa vie. Son mari, ses enfants, ne la reconnaissent plus. Du fond de son désarroi, Joanne comprend qu'elle leur fait peur.
    Alors elle s'en va. Laissant tout derrière elle, elle monte dans sa Ford Pinto beige et prend la Golden State Highway. Direction Las Vegas.
    C'est là, dans la Cité du Péché, qu'une main va se tendre vers elle. Et lui offrir un refuge inattendu. Cela suffira-t-il à lui redonner le goût de l'innocence heureuse ?

  • Marie Curie et ses filles Nouv.

    Une Curie peut en cacher une autre, et si Marie, physicienne et chimiste double Prix Nobel, a inspiré le monde entier, ses filles Irène et Ève ont également eu des vies hautement romanesques.

    Marie Curie est une combattante : malgré des débuts difficiles en Pologne occupée, avec une mère malade puis des études à Paris sans le sou, elle révolutionne la médecine et les recherches sur la radioactivité aux côtés de Pierre Curie. Mais si on connaît bien la scientifique, la femme et mère, aussi, est passionnante - et l'éducation qu'elle dispense à ses deux filles les mènera chacune vers un grand destin.
    Irène suivra la voie scientifique de sa mère : Prix Nobel de chimie à son tour, c'est en femme engagée qu'elle prend part à la lutte pour les droits des femmes. Ève, sa cadette, choisit les lettres et la diplomatie : auteure du primé Madame Curie, elle côtoie les plus grands, des Roosevelt à Gandhi en passant par Churchill, et tient un rôle essentiel au sein des Forces françaises libres auprès de de Gaulle.
    Claudine Monteil brosse le portrait de ces trois femmes aux destins fulgurants et complexes, dont le courage, l'intelligence et l'engagement ont contribué à bâtir leur siècle.

  • "Ivy Lin était une voleuse, mais rien chez elle ne le laissait deviner. Le problème venait sans doute de là." Élevée dans un foyer chinois près de Boston, Ivy est une voleuse doublée d'une menteuse, mais personne ne s'en douterait. C'est sa grand-mère, jugeant l'Amérique trop chère, qui lui a inculqué ses meilleures astuces de vol. Très douée en la matière, Ivy pourrait bien mettre ce talent au profit de sa vie entière, et pourquoi pas gravir ainsi l'échelle sociale ?

    Après un intense séjour en Chine, Ivy revient déterminée à intégrer coûte que coûte la haute société américaine. Alors quand se présente l'opportunité de séduire l'épatant Gideon Speyer, Ivy saute sur l'occasion avec succès. Mais son passé risque-t-il de la compromettre ?

    Un premier roman aussi espiègle que haletant qui se joue du rêve américain pour nous dévoiler une héroïne hors norme prête à tout, et à trop, pour réussir dans son pays d'adoption.

  • "Ils vont sortir de partout comme des vautours quand ils découvriront que je suis morte. C'est pourquoi je me débarrasse du coffret.Planque-le. Ce sont mes bijoux chéris." Au Bangladesh, la jeune Somlata épouse un homme plus âgé, et de caste supérieure. Elle intègre alors sa maison familiale bondée, où vit la terrifi ante grand-tante Pishima.
    Un beau jour, celle-ci meurt sous les yeux de Somlata.
    C'est alors que le fantôme de Pishima lui confi e une mission : récupérer ses bijoux cachés pour que personne ne mette le grappin dessus.

    En parallèle, Boshon, l'adolescente rebelle de la maison, rejette tous ses prétendants au mariage. Quelle n'est donc pas sa surprise quand elle tombe amoureuse de son voisin, bien plus pauvre qu'elle...

    Une comédie de moeurs truculente et délicieusement dépaysante qui nous dévoile avant tout l'histoire de trois générations de femmes fortes au sein d'une famille et d'un pays qui ne leur mènent pas la vie facile.

  • ET SI LA FIN DU MONDE AVAIT VRAIMENT LIEU?

    Bienvenue à Greenloop, près de Seattle, petite communauté écolo privilégiée permettant à des ultra-riches de vivre au plus près de la nature, mais avec une technologie de pointe. Quand un proche volcan entre en éruption, Greenloop est soudain coupée du monde, et ses habitants jetés dans une épreuve de survie au jour le jour.

    Kate Holland relate dans son journal intime comment son petit coin de paradis devient un enfer, surtout quand s'abat sur les survivants un prédateur inattendu : le Bigfoot. Pour survivre, la communauté doit désapprendre tout ce que le monde moderne lui a inculqué.

    Entre le journal de Kate et les nombreux témoignages extérieurs, nous reconstituons une ahurissante histoire de survival horror. À la fois conte horrifique et voyage scientifique, Dévolution est une lecture intense, qui questionne le conflit entre nature et monde civilisé.

  • La première adaptation graphique officielle du Journal d'Anne Frank, par les créateurs de Valse avec Bachir. Grâce à un tandem de grand talent déjà couronné maintes fois pour Valse avec Bachir, une fabuleuse adaptation graphique du Journal d'Anne Frank qui offre une nouvelle lecture et approche de ce témoignage fondamental. Grâce à des illustrations à la fois d'une grande vivacité et d'une profonde poésie, une très forte expérience de lecture qui met Anne Frank en mouvement de façon particulièrement émouvante.
    Avec parfois des notes d'humour, une touche d'espièglerie et une immense inventivité dans les dessins, un livre qui a pour vocation d'attirer le plus large public possible, des enfants aux adultes, des connaisseurs du Journal à ceux qui le découvrent. En cette année de commémoration des 70 ans du Journal d'Anne Frank, une magnifique manière de découvrir ou redécouvrir la voix d'une jeune adolescente qui a bouleversé le monde entier, et permis de découvrir de l'intérieur une des plus terribles pages de l'Histoire.

  • "Je parle, je souris aux enfants, je les prends dans mes bras, j'écoute, mais je voudrais disparaître et me réveiller dans hier." Un banal accident de la route et l'absurde surgit au coeur de l'existence de Charlotte.

    C'est encore l'aube quand elle apprend la mort de son mari, l'amour de sa vie, le père de ses deux grands enfants. À travers la souffrance et la perte de sens s'ouvre alors pour cette femme le long chemin du deuil et de la reconstruction de soi, parfois à son corps et à son coeur défendant.

    Avec une rare clairvoyance, puisant dans la littérature et l'art, elle raconte sans fard chaque mouvement de l'âme endeuillée. Une expérience éminemment personnelle et charnelle, qui pourtant touche à l'universel.

    Ce récit d'une renaissance est aussi l'histoire d'un amour magnifique, rendu éternellement vivant à travers les souvenirs bouleversants restitués dans ce livre, aux dépens de la mort.

  • Venise, un soir d'hiver. Un vendeur à la sauvette africain, que l'on appelle ici les vu cumpra, est assassiné au beau milieu de Campo Santo Stefano. Un groupe de touristes américains était sur la place, achetant des faux sacs de marque, mais personne n'a rien vu qui puisse aider la police. Quand le Commissaire Brunetti arrive sur les lieux, il a du mal à comprendre pourquoi quelqu'un pourrait vouloir assassiner un immigrant sans papier : ils vivent dans l'illégalité, dans des squats insalubres, n'ont aucun contact avec l'extérieur et peu d'argent. Tout laisse penser à un règlement de compte au sein de la communauté. Brunetti fouille malgré tout les quelques affaires de la victime et dans une petite boîte, il retrouve des diamants bruts dissimulés dans du sel. Il en fait part à son supérieur, on lui retire aussitôt l'enquête et des agents envoyés par le Ministère de l'Intérieur italien viennent se saisir de ses dossiers ! Brunetti continue ses recherches et finira par mettre à jour un véritable scandale d'Etat : une compagnie minière italienne avait conclu un accord avec l'Angola, qui lui accordait une concession d'exploitation du sol de 10 ans, sous réserve que la rébellion de la tribu Chokwe soit matée. La victime appartenait à cette ethnie et essayait de revendre ses diamants bruts pour financer la révolte de son peuple contre l'État angolais et la compagnie minière. Raison d'État oblige, le revendeur devait disparaître et l'affaire être étouffée...

  • "Ça lui ronge les tripes et le cerveau, plus fort que sa volonté - une hargne qui l'habite, une violence qui déferle tel un vent d'orage, puissante et incontrôlable. Il voudrait lâcher mais ne pense qu'à frapper." Paul est amer. Son travail est ennuyeux, il vit seul et envie la beauté des autres. Nourrie de ses blessures, sa rancune gonfle, se mue en rage. Contre le sort, contre l'amour, contre les femmes.
    Par dépit, il jette son dévolu sur l'une de ses collègues. Angélique est vulnérable. Elle élève seule son petit garçon, tire le diable par la queue et traîne le souvenir d'une adolescence douloureuse.
    Paul s'engouffre bientôt dans ses failles. Jusqu'au jour où tout bascule. Il explose.
    Une radiographie percutante de la violence, à travers l'histoire d'un homme pris dans sa spirale et d'une femme qui tente d'y échapper.

  • "Cet atelier était leur bouée de sauvetage. Il allait les sauver de l'incompréhension d'un deuil qu'ils ne faisaient pas, d'une vie à l'arrêt, d'un amour mis à mal. Quand j'en ai pris conscience, il était trop tard, j'étais déjà plongée dans l'intimité et l'histoire de chacun d'eux." En souvenir de son père, Esther, une libraire du nord de la France, ouvre un atelier d'écriture épistolaire. Ses cinq élèves composent un équipage hétéroclite :
    Une vieille dame isolée, un couple confronté à une sévère dépression post-partum, un homme d'affaires en quête de sens et un adolescent perdu.
    À travers leurs lettres, des liens se nouent, des coeurs s'ouvrent. L'exercice littéraire se transforme peu à peu en une leçon de vie dont tous les participants sortiront transformés.
    Roman initiatique, pétri de tendresse et d'humanité, ces Lettres sont un éloge de la lenteur, une ode au pouvoir des mots.

  • Comment penser le monde après Donald Trump et Jair Bolsonaro ? Comment expliquer l'aura d'Alexandria Ocasio-Cortez, de Jacinda Ardern ou de Greta Thunberg ?

    Le pouvoir prédateur sur les autres et la planète, incarné par les populismes néofascistes et le néolibéralisme, n'est pas une fatalité. Avec les crises démocratiques, environnementales, sanitaires et sociales que nous traversons, ce sont à la fois les récits, les agendas et les styles politiques qui doivent être questionnés. Le féminisme figure parmi les réponses. Fort d'une histoire plurielle, sur tous les continents, il est de plus en plus inclusif et transversal. Sur les plans théorique, pratique et programmatique, en multipliant les terrains d'expression et de revendication, il propose de renouveler les cadres de pensée pour construire un nouvel universel.

    Par l'onde de choc qui est la sienne, dont #MeToo n'est qu'un exemple, le féminisme, avec d'autres approches du réel, jette les bases d'un projet durable et solidaire. Il promeut aussi un nouveau leadership, fondé sur la coopération et la responsabilité collective. Dans des contextes de crise, le féminisme est indispensable au renouveau démocratique, à l'émergence d'une nouvelle forme de pouvoir, de l'action publique à l'entreprise, en passant par l'art ou encore le sport.

    L'ouvrage, clair et documenté, offre une grille de lecture de nos sociétés dans leur complexité. Il invite à repolitiser le monde, à recréer du commun, du débat, en s'appuyant sur l'imagination, le savoir et l'engagement de toutes et de tous.

  • Colmar, novembre 1924. Lisel Schmitt, vingt-deux ans, est première main dans un atelier de confection pour dames. Après avoir passé un an à Paris, employée d'une prestigieuse maison de couture, elle rêve de créer ses propres modèles et de faire carrière.

    Son destin, jusqu'alors paisible et prometteur, bascule le jour où un incendie se déclare dans le magasin où elletravaille. Piégée dans l'immeuble en flammes, brûlée aux mains, elle est sauvée de justesse par Heinrich Keller, un pompier. L'attirance est immédiate entre les deux jeunes gens, mais bientôt Lisel est victime d'une mystérieuse machination et confrontée à un terrible secret, ce qui pourrait briser tous ses rêves.

  • Un matin d'été de l'année 1850 à Cahors, Léonie, la toute jeune bonne des Gaillard, rapporte chez ses maîtres un nouveau-né abandonné parmi les vignes que ceux-ci possèdent aux portes de la ville. Pour Mme Gaillard, en mal d'enfant, cette trouvaille est un don du ciel. Elle convainc son mari d'adopter la petite fille que l'on prénomme Nina.

    Nina grandit entourée d'amour jusqu'au jour où, contre toute attente, Mme Gaillard donne naissance à un garçon, le vrai héritier mâle que son époux espérait. Reniée, Nina est éloignée chez une parente des Gaillard qui l'emploie comme servante dans son auberge des bords du Lot. Elle se croit promise au plus noir destin lorsqu'un mystérieux Russe, riche négociant en vin, vient s'inquiéter de son sort...

  • New York est une fête !

    Du haut de ses 19 ans, Vivian sait déjà qu'elle ne veut pas du destin tout tracé par ses parents. Mais de sa bulle protégée, elle est loin de s'imaginer le tourbillon incroyable qu'est New York au début des années 1940. Alors, quand après un énième échec scolaire elle est envoyée chez sa tante Peg qui possède un théâtre en plein Times Square, Vivian n'en croit pas ses yeux. Entre la ville qui vibre sans cesse et la troupe d'artistes et de danseuses qui cohabitent joyeusement dans le théâtre, Vivian découvre l'exubérance, la fête et la liberté. Surtout auprès de sa nouvelle amie Celia, une sublime showgirl très émancipée pour l'époque... Mais un faux pas lors d'une virée nocturne fera hélas chavirer le nouveau monde de Vivian et la renverra à la case départ.

    Quand on a goûté au bonheur d'être une fille libre, peut-on y renoncer ?

  • Au début du XXe siècle, Valentine, une jeune Bretonne insouciante, monte à Paris, au bras d'Antoine, son mari austère et volage.

    Introduite dans la société mondaine de la capitale et ses salons littéraires, elle rencontre des femmes libres qui la fascinent et l' attirent. Colette, Renée Vivien, Liane de Pougy, Élisabeth de Gramont et surtout l'irrésistible Natalie Cliord- Barney. À leurs côtés, Valentine va bientôt se rêver écrivain.

    Mystérieuse et magnétique, l'Amazone Natalie, qui devient bientôt sa «Natty», l'initie aux déliceslittéraires et aux amours saphiques. Naît alors en Valentine une passion pure et dévorante, dont elle pourrait bien ne jamais revenir...

  • Un superbe roman graphique sur la vie exceptionnelle d'une intellectuelle d'exception Hannah Arendt est une des plus grandes philosophes du XXe  siècle, et l'un des grands noms du catalogue Calmann-Lévy. Mais au-delà de la richesse de son exploration intellectuelle et philosophique, sa vie même fut tout à fait extraordinaire  : exil forcé, victime de la persécution nazie, émancipation dans un monde masculin, amoureuse forcenée et entourée des plus grands artistes et penseurs. Au cours de sa vie, elle se lia d'amitié avec de grands personnages tels que Walter Benjamin, Mary McCarthy, Marc Chagall, Marlene Dietrich, Albert Einstein et Sigmund Freud. Femme d'exception aux choix parfois ambigus, elle entretint même une relation clandestine avec l'homme qui fut son professeur, ainsi qu'une influence marquante dans sa vie et sa pensée, le philosophe Martin Heidegger, controversé pour sa collusion avec le nazisme.

    Aussi passionnant qu'instructif, avec un humour subtil très convaincant, et des dessins d'une grandes sensibilité, Les trois vies de Hannah Arendt du dessinateur new-yorkais Ken Krimstein est le portrait remarquable d'une femme complexe, souvent incomprise, imparfaite, mais profondément courageuse. Une manière détournée et malicieuse de comprendre la pensée de Arendt dont l'enseignement nous rappelle encore aujourd'hui ce que signifie vivre en tant qu'individu et citoyen en des temps troublés.

  • De l'hospitalité fut à l'origine de cet échange, et d'abord un oui à l'invitation.
    Anne Dufourmantelle assiste au séminaire de Jacques Derrida. Il y traite de l'hospitalité, justement, mais aussi de l'hostilité, de l'autre et de l'étranger, comme de tout ce qui aujourd'hui arrive aux frontières. Sensible à l'actualité des thèmes, à la force et à la limpidité du langage, Anne Dufourmantelle invite le philosophe à lui confier deux séances datées. On pourra suivre ainsi le rythme insolite, tour à tour patient ou précipité, d'un enseignement gardé intact.
    Sont médités, comme en aparté, de page en page, des griefs, des plaintes et des souffrances de notre temps. Le séminaire leur donne quelques noms : Antigone en 1996 ou le deuil impossible, oedipe à Colone et les « télétechnologies », E-mail ou Internet, le procès de Socrate et les funérailles de Mitterrand à la télévision, la guerre et le marché des langues, les butées de la citoyenneté, la machine policière, l'interruption du chant, l'interception de la parole.

  • Sigmund Freud et Sandor Ferenczi, son ami et disciple le plus fécond, se sont écrit presque quotidiennement dès leur première rencontre, en février 1908, jusqu'à la mort de Ferenczi, en mai 1993. La publication de cette correspondance est un événement éditorial mondial. Le tome II de leur correspondance couvre la période particulièrement riche en événements de 1914-1919. Un document précieux sur la vie quotidienne de deux figures majeures du monde comtemporain.

  • Faire une carrière de mezzo-soprano qui vous porte à la présidence du jury de présélection de l'eurovision, voilà qui n'est déjà pas à la portée de tout le monde. mais connaître un tel succès quand on est né dans un bidonville à nanterre, voilà qui est proprement stupéfiant, tant on imagine nombreux et dissuasifs les obstacles à surmonter.
    C'est peu dire, en effet, que rien ne prédestinait malika bellaribi à suivre ce parcours exceptionnel. née dans ce « quart-monde » à la périphérie de paris dénoncé par l'abbé pierre, grandie tant bien que mal dans une famille nombreuse aux parents indifférents, malika est victime d'un très grave accident qui la force à passer des années à l'hôpital et en rééducation dès sa plus tendre enfance.
    Mais à quelque chose ce malheur est bon. loin de son univers familial, soignée par des religieuses bienveillantes, malika se trouve, et découvre la musique : celle des chants religieux qui emplissent, chaque dimanche, la chapelle de l'hôpital. la musique : c'est, la petite fille le sent, la voie du salut et du bonheur.
    Il lui faudra endurer encore bien des humiliations et des vicissitudes, y compris une tentative de mariage forcé en algérie, avant d'oser défier les règles de sa communauté. elle décidera de choisir librement sa vie, son amour, et sa religion.
    Mais la réussite de malika ne se borne pas à cette prouesse déjà exemplaire. à peine son nom commence-t-il à être connu qu'elle songe à faire profiter les autres de ce qu'elle a appris et à partager la joie que lui procure le chant lyrique. elle crée en banlieue des ateliers de chant qui s'appuient sur une pédagogie utilisant la mémoire corporelle, les cinq sens, la créativité des jeunes, les relations affectives, les règles de groupe, les tabous... malika n'a pas oublié d'où elle venait !

  • LE SOCIALISME ARABE L'URSS ET LES PAYS ARABES QUE RESTE-T-IL DU SOCIALISME ISRAÉLIEN ? Les socialismes arabes, dont les grandes figures étaient Nasser en Égypte, Ben Bella en Algérie, Saddam Hussein en Irak et Afez el-Assad en Syrie, ont, malgré le soutien de l'Union soviétique, échoué à apporter à leurs pays paix sociale et développement économique. Le vide idéologique qu'ils ont laissé a surtout profité aux islamistes. Ce nº 45 d'Histoire & Liberté tentera de cerner les contours de ces socialismes, examinera le rôle qu'a eu l'Union soviétique dans la région et s'interrogera sur les conséquences de cet échec. L'islamisme d'aujourd'hui s'en nourrit, au moins partiellement. Un peu à part, Israël aussi a connu un fort mouvement socialiste au cours de ses premières décennies d'existence. Qu'en est-il aujourd'hui ? Le socialisme israélien traverse pour le moins une mauvaise passe...

  • Ce livre est le récit de l'une des plus belles histoires de notre Histoire. En 1996 dans une petite salle du bas de Manhattan à New York, une comédienne activiste présentait une pièce intitulée : Les Monologues du vagin. Eve Ensler y disait les mots qu'elle avait recueillis auprès de femmes qui évoquaient le plus intime de leur féminité, le plus mystérieux de leur sexualité mais aussi le plus violent de leur condition. Chaque représentation provoquait d'autres témoignages parmi les femmes du public. Le plaisir et la violence, le rire et les larmes. Aujourd'hui Les Monologues du vagin ont été joués dans 120 pays, traduits dans 45 langues, devenant l'une des pièces, si ce n'est la pièce contemporaine, la plus jouée au monde. Mais surtout elle a donné naissance à un mouvement -le V-Day- dont on célèbre le dixième anniversaire en 2008, qui a réuni 50 millions de dollars pour venir en aide aux femmes victimes de violences domestiques, de viols, d'excision, de crimes d'honneur.
    Moïra Sauvage raconte la naissance de la pièce d'Eve Ensler, son développement, sa réussite. Elle a pour cela eu accès aux archives du mouvement, rencontré la créatrice de la pièce et celles qui l'entourent, de Jane Fonda aux femmes bosniaques, haïtiennes, irakiennes mais aussi bretonnes, languedociennes, etc

  • " J'aurais voulu entrer dans la maison de South Broadway, à Nayack où elle vivait, mais il fallait une autorisation. Je me suis contenté d'entrer dans le jardin. J'ai regardé les arbres. Je me suis assis sur les marches de la cuisine. Une femme est sortie. Elle avait un petit chapeau et un sac. Elle a fermé la porte à clef. Derrière les rideaux, il n'y avait personne. "

  • « face aux reflets du soleil levant, au rose noyé des brumes sur l'étang, je fais le serment de chercher à m'élever, à progresser toute ma vie et d'en payer le prix. » marie gouze, une jeune provinciale née en 1748, mariée contre son gré, devient veuve et monte à paris avec son petit garçon.
    Ni courtisane ni soumise, elle prend le nom d'olympe de gouges.
    En élargissant ses enjeux personnels à ceux de la révolution française, elle rejoint le courant d'une époque et s'illustre dans la défense des droits des femmes.
    La plupart des faits historiques cités sont exacts. mais ceci est un roman. le chemin qui mène une jeune fille soumise à devenir une femme libre est de tous les temps.

  • Dans une petite ville imaginaire de france, saint-paray, lors de travaux dans la cave d'un pavillon, on découvre le squelette d'un nouveau-né. par un été de canicule, l'inspecteur au pied bot jacques déveure mène l'enquête. elle lui fera rencontrer une galerie de personnages étranges, parmi lesquels blandine, la jeune femme occupant le pavillon, aux nerfs trop fragiles, sur qui l'on s'acharne ; son mari toujours absent, professeur de golf, bien complaisant avec ses clientes ; une infirmière nymphomane qui cherche à battre des records de vitesse avec son r5 alpine ; un fossoyeur collectionneur de bourgogne ; un maçon portugais colérique et d'autres.
    Dans ce roman noir écrit avec humour et originalité, l'inspecteur déveure découvrira derrière de fausses apparences, des histoires passionnelles, des affaires louches d'immobilier, toute la vie intime d'une petite ville dans laquelle d'autres sauront se reconnaître.
    Sélectionné parmi cent quatre-vingts manuscrits, baby blues a reçu le prix patricia highsmith décerné pour la première fois, par un jury présidé par la célèbre romancière.
    Pascal basset-chercot a publié sous un pseudonyme trois romans policiers.
    Il collabore aujourd'hui à plusieurs grands quotidiens nationaux.

empty