Bayard

  • Mes combats

    Simone Veil

    • Bayard
    • 12 Octobre 2016

    De 1974 à 2008, de différents postes de ministre à la présidence du Parlement européen et jusqu'au Conseil constitutionnel, Simone Veil a marqué la vie politique française de multiples façons.

    Cet ouvrage rassemble les grands discours qu'elle a écrits tout au long de son parcours politique. D'une force et d'une modernité étonnantes, qu'ils portent sur l'Europe, les droits des femmes ou la mémoire de la Shoah, ils révèlent une personnalité d'une intelligence aussi extrême que sa sensibilité, qui n'a jamais cessée d'être habitée par le souvenir obsédant des six millions de Juifs exterminés pendant la Seconde guerre mondiale.

    Des photos, dont beaucoup sont inédites, de Philippe Ledru, un photographe devenu ami de Simone Veil, complètent l'ouvrage.

  • Magda Hollander-Lafon a témoigné devant près de 20 000 enfants de son expérience de la Shoah. Elle livre ici une magnifique méditation sur le sens de cette transmission : comment transmettre une mémoire qui ne soit pas douloureuse pour l'autre, mais qui l'appelle à la vie ?
    Le témoignage est une rencontre pour Magda Hollander-Lafon. Ainsi les jeunes l'ont aidée à accueillir la mémoire des camps et à la transformer en appel à la vie. Au fil des années, elle a construit une méthode qui ressemble à une philosophie de vie : poser des questions pour rejoindre l'autre au coeur de son expérience et l'appeler au meilleur de lui-même.
    Un texte vibrant d'humanité et de confiance dans les jeunes générations.
    />

  • C'est l'histoire d'une petite princesse profondément blessée par le roi, son père, qui croit avoir tous les droits, y compris sur le corps et le coeur de sa fille...
    C'est l'histoire d'une petite princesse courageuse qui rencontre la bienveillance et trouve le chemin de la reconstruction et de la liberté...
    Un conte initiatique, dans la tradition de « Peau d'Âne », où les princesses sont plus fortes que la folie des rois.

  • Dans cette Petite Conférence, Delphine Horvilleur s'interroge sur la façon dont nous comprenons le monde, et pour cela, sur la façon dont nous le racontons. L'importance du récit, les rabbins la connaissent mieux que personne. Elle évoque donc son métier de femme rabbin. Elle le définit comme un geste d'écoute et d'ouverture envers les autres, à partir de l'étude des récits bibliques. Elle explique comment les récits, les contes, les mythologies, les textes religieux ont mille choses à nous raconter. Comment ils cherchent continuellement à établir du lien entre les générations, à nous dire que la nouvelle génération n'est pas la copie conforme de l'ancienne et que le monde a besoin d'une mise à jour. À chacun de trouver le sens qui lui semble être le bon, car nous pouvons reconstruire le sens de la phrase et le sens du monde, afin qu'il soit pertinent pour nous tous.

  • Est-ce qu'un jour les filles et les garçons seront à égalité ? Les garçons sont-ils vraiment plus forts ? Comment les femmes ont-elles eu le droit de vote ? Est-ce que les garçons ont le droit de pleurer ? Ça existe des femmes présidentes ? Pourquoi on dit garçon manqué pour une fille et femmelette pour un garçon ? Qui sont les plus intelligents : les filles ou les garçons ? Pourquoi il y a des femmes nues dans la pub ?...

    À partir de vraies questions d'enfants, le livre s'interroge sur la différences des sexes : Qu'est-ce qu'une fille, qu'est-ce qu'un garçon ? Quel est le rôle de chacun ? Comment l'identité sexuelle se construit-elle vraiment ? Le genre est-il une construction sociale ou une donnée de la nature ?...

    Un livre pour apprendre à mieux se connaître, respecter les autres, accepter la singularité de chacun et faire bouger les clichés qui ont la vie dure !

    Avec des doubles-pages de portraits de femmes et d'hommes qui se sont battus pour l'égalité des sexes.

  • Un enfant sans parents, ça n'existe pas ! Et pour chaque enfant sa famille est unique.

    Dans un monde en mouvement, la famille au 21e siècle évolue. Le schéma traditionnel papa/maman/enfant n'est plus le seul cas de figure... D'autres modèles existent : famille monoparentale, famille recomposée, famille homoparentale, famille adoptive, famille d'accueil... Chaque enfant vit des situations différentes.

    L'émancipation féminine, l'accroissement des divorces, la procréation médicalement assistée... ont transformé la structure familiale et les liens de filiation, et par conséquent, l'ensemble des familles qui composent la société.

    Avec l'aide de Stéphanie Duval, auteure jeunesse, Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste s'appuie sur son expérience de psychothérapeute pour raconter la famille/les familles aux enfants...

    Six scénario sous forme de bandes dessinées nous expliquent la singularité de chacune d'entre elles et les liens de filiation et de transmission.

    Un petit livre pour aborder les différences, aider les enfants à comprendre les liens familiaux dans une société plurielle ouverte... Pour que chaque enfant se sente bien dans sa famille !

  • Néandertal, qui a foulé notre sol il y a 350 000 ans, a longtemps été considéré comme un être fruste et brutal à l'allure d'un singe. Aujourd'hui les indices se multiplient suggérant que les Néandertaliens pratiquaient à peu près toutes les activités que l'on pensait l'apanage d'Homo sapiens. Ils étaient de grands chasseurs et d'habiles artisans et avaient des pensées métaphysiques, puisqu'ils enterraient leurs morts. Pour Marylène Patou-Mathis, Néandertal est victime d'un délit de sale gueule. Il se retrouve tout en bas de l'échelle, alors que Cro-Magnon est au sommet. La classification est importante en science. Mais en revanche, à quoi bon hiérarchiser ? Ça n'a ni sens ni intérêt. L'auteure aime faire le lien entre ses recherches et le présent. Elle cherche a comprendre pourquoi Néandertal a disparu et pourquoi il avait été si important de le dépeindre en inférieur.
    En préhistoire comme dans d'autres domaines, déconstruire les mythes permet d'ouvrir de nouvelles possibilités.

  • Remercier et rendre grâce, en pensée, en parole et en acte, est souvent difficile. Notamment pour ceux que le malheur personnel épargne ou au contraire pour ceux qui sont trop éprouvés. Comment donc une vie à première vue condamnée à ignorer ce sentiment de gratitude peut-elle donc le découvrir, soudain ou peu à peu ? La crise sanitaire mondiale du printemps 2020 peut-elle jouer un rôle dans cette découverte ? Comment penser que la gratitude reste si souvent un tourment ? Pourquoi certaines personnes estiment-elles que celui qui remercie atteste son infériorité, par rapport à celui qu'il remercie ? Probablement parce que remercier place dans une position où les êtres humains affrontent une asymétrie entre eux.
    Reconnaître cette asymétrie, la voir comme une fragilité, mais aussi une richesse, voilà le chemin philosophique et spirituel que propose dans ce beau texte la philosophe Catherine Chalier.

  • Hamlet et hamlet

    • Bayard
    • 6 Février 2003

    Hamlet n'est pas seulement le héros d'une tragédie immense, c'est aussi une des pièces majeures de l'histoire du théâtre mondial.
    Mais derrière Hamlet, se profile l'ombre de l'histoire personnelle de Shakespeare, celle de son fils Hamnet et de sa sueur Judith, germes d'un roman familial qui transparaît dans l'intrigue grâce à des indices discrets disposés à des points stratégiques de la pièce. La tragédie d'Hamlet nous touche - Freud l'avait déjà compris - parce qu'elle met en scène, de façon plus complète que la célèbre pièce de Sophocle, l'ensemble du complexe d'?dipe.
    Pourtant si elle nous stupéfie et nous émerveille, nous intrigue et nous ravit, c'est parce qu'elle met aussi en scène la dialectique de la représentation. André Green analyse l'extraordinaire emboîtement des représentations mises en oeuvre dans la pièce, celles qui habitent l'esprit du héros, celles que la scène montre et suggère, celles qu'elle induit chez le spectateur. Hamlet fournit comme une première théorie en acte de la représentation théâtrale.
    Mais c'est parce qu'il a mis en scène son propre drame, son propre roman familial, que Shakespeare a pu aller aussi loin. Rien de réducteur dans cette affirmation : construire de l'immortel avec son propre drame, c'est aussi entrer dans l'étrange alchimie de la création qui conduit à rejoindre l'universel.

  • " Je prétends que la survivance de la foi ne concerne pas exclusivement le domaine de la religion..."
    Pour Julia Kristeva, le besoin de croire est au coeur de la psychè humaine et de l'histoire de nos sociétés. Elle s'attaque à une question d'actualité : comment penser la place du religieux dans l'individu et nos sociétés postmodernes oe
    Dans un entretien inédit et exceptionnel, elle analyse l'importance de ce besoin en l'homme, sa part d'ombre également. Elle parle librement de son histoire personnelle, et des événements récents (11 septembre, terrorisme, guerre des religions...). Elle aborde de nombreux exemples littéraires, philosophiques, culturels...
    Elle nous donne des clés indispensables pour comprendre notre rapport intime et collectif au religieux. " Il est surprenant, dit-elle, que nos sociétés sécularisées aient négligé à ce point cet incroyable besoin de croire. "
    L'aboutissement de sa réflexion est de nous proposer un nouvel idéal : la refondation de l'humanisme.
    Ce long entretien est suivi de quelques textes portant sur la religion et jamais rassemblés dans un ouvrage : un entretien sur le christianisme et la souffrance, le texte revu et corrigé de sa conférence de Carême (2006), et 2 articles sur Jean-Paul II et la place du catholicisme dans le monde (parus dans La Croix).

  • Cette année de cinquième pour Anne est marquée par un événement singulier. Elle s'est fait un ami. Un garçon. Et c'est le plus chahuteur de la classe, le plus étrange aussi. Avec lui, elle veut tout partager. Pourtant, on dirait qu'il lui cache quelque chose. Et quand, un jour, il disparaît, Anne s'inquiète. Mais quel est bien le secret de Wladis oe

  • La jeune fille et la vierge

    • Bayard
    • 10 Janvier 2008

    Alina Reyes vit entre Paris et la montagne au-dessus de Lourdes. En s'adressant directement à Bernadette Soubirous, elle révèle dans ce petit livre romanesque et autobiographique son propre itinéraire spirituel sur les traces de la jeune sainte. Elle nous livre un portrait très personnel de la petite voyante de Lourdes, débarrassé des clichés pieux, de la mièvrerie traditionnelle et nous fait découvrir la jeune fille, la femme dans sa relation à Dieu, à la nature, au monde. Elle cherche, nous dit-elle, à rendre Bernadette à sa joie autant qu'à sa beauté charnelle. Personnage incarné, passionné, secret... Ces pages sont aussi une puissante évocation de Lourdes, de la grotte, et de la spiritualité des lieux, hantés par la Vierge et des millénaires de religiosité, d'inspiration.

  • « Pour trouver accès à la question de l'«être-sous-drogue», il nous a fallu suivre la voie de la littérature. Nous avons choisi une oeuvre qui traite exemplairement de l'objet persécutoire d'une addiction. [.] La littérature, qui n'a certainement rien d'un badaud innocent et se retrouve souvent au banc des accusés, la littérature, laboratoire de reproduction pour hallucinogenres, a quelque chose à nous apprendre sur les fractures éthiques et la relation à la loi. Le livre de Gustave Flaubert fut traîné en justice ; on l'accusa d'être un poison. » Avital Ronell Avital Ronell sait choisir ses objets de pensée, toujours inattendus. Les drogues sont au coeur de ce nouvel essai, non pas comme phénomène social, mais littéraire. Et ce n'est rien de moins qu'une nouvelle lecture de notre culture que nous propose ici la philosophe américaine, n'hésitant pas à passer Emma Bovary de Gustave Flaubert au crible de l'addiction.

  • Sagesse et blessures

    • Bayard
    • 27 Août 2009

    Dans cette brève confession, Charles Juliet revient sur sa lecture de Qohélet, le livre de L'Ecclésiaste dans la Bible, qu'il confronte avec étonnement et sans émettre le moindre jugement, à la verve éblouissante et à la surprenante liberté de pensée et d'expression de Tchouang-tseu qualifié de penseur-poète.
    C'est pour éprouver finalement plus de fraternité avec celui qui, dans la Bible, nous parle de sa douteur d'être.

  • clayborne carson, l'éditeur de ces textes, est historien et spécialiste des écrits de martin luther king.

  • C'est donc ça l'adolescence ?

    • Bayard
    • 22 Janvier 2009

    Comment se consoler d'un chagrin d'amour, avoir des amis, être bien dans son corps... bref, vivre au mieux son adolescence, cette période synonyme d'ouverture, de bouleversement, qui marque durablement le destin de chacun ? Dans ses réponses aux questions formulées par des adolescents, le célèbre psy, Daniel Marcelli, propose bien plus que des recettes : un moment de réflexion et de rêve pour aider chacun à se construire.

  • Livre de l'hospitalite

    • Bayard
    • 22 Avril 2004

    Nos sociétés contemporaines, à l'heure de la mondialisation, ont-elles perdu le sens de l'hospitalité ? Qu'en est-il de ses fonctions et de ses figures à la fois morales, politiques, religieuses et imaginaires ? Lorsque Ulysse abordait un nouveau rivage, la même question revenait : " Vais-je trouver des brutes, des sauvages sans justice ou des hommes hospitaliers craignant les dieux ? " L'hospitalité a toujours été signe de civilisation et d'humanité, et les pérégrinations d'Ulysse ont su dresser une géographie imaginaire du monde humain, dessinant les contours et traçant les limites de la culture et de la nature.
    Considérant qu'il est urgent de retrouver cette mémoire hospitalière du monde humain, plus de quatre-vingt-dix auteurs du monde entier ont rassemblé leurs savoirs des us et coutumes, des lieux, des cultures, des représentations, des mythes et des oeuvres d'art qui font de l'hospitalité la plus indispensable des valeurs humaines. Philosophes, historiens, ethnologues, littéraires, linguistes... invitent le lecteur, leur hôte, à découvrir le vaste parcours ouvert des significations et des pratiques de l'accueil dans l'histoire culturelle.

  • Lumière dans le temps

    • Bayard
    • 22 Janvier 2009

    Dans ce récit bouleversant, mêlant souvenirs d'enfance, pages d'un journal intime et méditations, Alina Reyes nous offre sa conversion.

  • Qu'ils soient victimes ou au contraire auteurs de délits, les enfants restent des enfants. Quels sont leurs droits et leurs responsabilités aujourd'hui en France? En théorie mais aussi en pratique. Juge pour enfants et président du tribunal de Bobigny, Jean-Pierre Rosenczveig raconte le long combat qui permit de reconnaître l'enfant comme une personne à la fin du XXe siècle, et livre un regard sans concession sur l'évolution actuelle. La France joue-t-elle le jeu de la Convention des Nations Unies? Quelles nouvelles avancées devrait-elle initier? Comment aider concrètement les enfants à faire reconnaître leurs droits?

  • La grande exclusion

    • Bayard
    • 22 Octobre 2009

    La grande exclusion est assimilée à tort à la grande pauvreté, à la précarité. Personne ne semble vouloir la considérer pour ce qu'elle est : un syndrome clinique, dont beaucoup de symptômes sont communs à tous les grands traumatisés, détenus, malades d'Alzheimer, victimes de guerre ou d'attentat. Malgré la présence insistante des grands exclus, l'urgence sociale demeure invisible, impensée, incomprise, contestée même en son concept. Né d'une rencontre de pensée et d'action, d'un échange entre Xavier Emmanuelli, médecin, fondateur du Samu social, et Catherine Malabou, philosophe, ce livre explore les raisons de ce déni. Il importe de changer notre regard sur l'extrême souffrance, en cessant enfin de penser que les exclus sont des sortes d'étrangers, en marge de nos vies, de nos villes et de notre culture.

  • Le cheminement spirituel d'Etty Hillesum à travers des extraits de son journal et de ses lettres dans lesquelles elle témoigne de son aventure spirituelle. Cette jeune juive se rapproche du christianisme et confie à son journal ses interrogations, son espérance et sa peur.

empty