Archipel

  • Un destin incandescent.
    " Un personnage historique qui incarne l'Histoire de France ", disait d'elle Frédéric Mitterrand le 18 mars 2010, au lendemain de sa réception à l'Académie française, où elle est la sixième femme à porter l'épée.
    Libre et véhémente, exigeante et sereine, Simone Veil (née en 1927), ex-ministre de la Santé, à l'origine de la légalisation de l'IVG, reste une combattante en lutte pour la justice et le respect de la personne, la cause des femmes, l'adoption et les droits de l'enfant. Mais aussi pour l'Europe, qu'elle incarne et porte avec passion. Enfin, pour la mémoire, quitte à s'opposer aux suggestions de Nicolas Sarkozy dans ce domaine.
    Au-delà de la figure d'exception, elle est avant tout une femme. Son histoire personnelle passe par les extrêmes : Auschwitz, la disparition des siens. Et par la politique, qui dit aussi l'ardeur de vivre, l'amour, les enfants, la culture, l'écriture. La littérature, enfin, qui l'a accompagnée jusqu'à l'Académie française.
    Cette intensité, elle la transmet jusque dans son mystère, sa retenue, son engagement et ses doutes. Cette biographie replace Simone Veil au coeur d'un siècle bouleversé et découvre les tranches de vie et les espaces de liberté d'une femme au destin incandescent.

  • Belle et rebelle : les vies cachées d'une grande actrice "Elle avait des bagues à chaque doigt..." Mais elle a aussi joué dans plus de cent films et vingt pièces. Et puis elle chantait avec une voix qui enjôla son public, ses hommes, ses amantes... et fit d'elle une icône du cinéma français : Jeanne Moreau.
    "Un seul regret, je n'ai pas connu l'amour absolu", déclarait l'éternelle séductrice, qui ajoutait : "Mais il me reste à monter la dernière marche de la vie !" Avant de s'éteindre à Paris à l'âge de 89 ans, le 31 juillet 2017.
    Talentueuse, autoritaire, rebelle, souveraine, éprise de liberté, Jeanne a toujours abrité deux êtres en elle : l'artiste populaire, rigoureuse, revendiquant l'indépendance ; et la femme aux multiples identités, faites d'amours secrètes. Si le cinéma et sa vie privée se sont souvent mêlées, elle n'en révèla pourtant rien au public.
    Que sait-on des hommes de sa vie ? Certes, elle a séduit des acteurs, a été l'égérie de Pierre Cardin, mais à quel point ces relations ont-elles compté ? Et qu'en est-il des femmes de sa vie, un pan sur lequel elle est toujours restée secrète ? De sa vie de famille, de mère ?
    Jeanne Moreau a toujours refusé que l'amour interfère dans sa carrière. Quels obstacles, quelles souffrances a-t-elle dû surmonter pour accomplir sa destinée ? S'agit-il de ce "sentiment d'abandon" dont parlait son ami Jean-Pierre Mocky ?
    Pétrie de désirs, de contradictions et de talents, Jeanne a toujours tout assumé. Ses films et ses chansons ont semé des indices pour retrouver, au-delà de la légende, sa vérité. Jocelyne Sauvard orchestre le tourbillon de sa vie à l'aide de nombreux témoignages inédits.

  • Plaidoyer pour la vie

    Denis Mukwege

    • Archipel
    • 26 Octobre 2016

    L'homme qui « répare » les femmes.

    Il a connu la notoriété pour l'aide apportée aux femmes victimes d'abus sexuels durant les guerres en cours dans l'Est du Congo. Il a réchappé à de nombreuses tentatives d'assassinats, dont la dernière en 2014. Et, s'il côtoie des célébrités, il a aussi de très dangereux ennemis : la vie de Denis Mukwege est toujours menacée.
    C'est en découvrant les difficultés rencontrées au Congo par les femmes enceintes pour accéder à des soins adaptés que le Dr Mukwege trouva sa vocation. Depuis, il a fondé son propre hôpital, où il soigne les femmes victimes de violences sexuelles.
    En dépit des menaces qu'il reçoit, Denis Mukwege continue à se battre pour ces femmes. Pour raconter leur histoire, et la sienne.

  • La première biographie de Jane Austen en français depuis plus de vingt ans.

    Depuis deux siècles, Jane Austen ne cesse de conquérir de nouveaux lecteurs. Dans le monde anglophone, elle est au roman ce que Shakespeare est au théâtre.
    Comment cette fille de pasteur à l'existence étroite et confinée, élevée dans un village du Hampshire qu'elle souhaitait ne jamais quitter, qui de son propre aveu n'écrivait que sur ce qu'elle connaissait - trois ou quatre familles dans un village du sud de l'Angleterre - parvint-elle, en six romans, à traverser l'espace et le temps ? Comment celle qui incarnait son époque trouve-t-elle dans la nôtre un tel écho ?
    Une vie sans événement, ainsi la définissait son frère. Mais sous cette apparence lisse frémit le ferment des passions : l'événement pour elle est surtout intérieur. C'est celui du sentiment, dont, contre la mode du roman sentimental, elle traque la vérité. Femme de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe, elle appartient à la fois aux Lumières et au romantisme qui leur succède. À l'orée de leur féminité, ses héroïnes balancent entre le coeur et la raison : placées dans des situations difficiles, elles parviennent, par leur intelligence et leur énergie, à déjouer les pièges du destin, et trouvent une résolution positive grâce à l'amour.
    Dans sa propre vie, les choses furent moins faciles pour Jane Austen. Mais la littérature fut sa grande passion, et, comme elle le disait, ses romans furent ses enfants.

  • A quoi ressemblerait la société si les femmes se voyaient confier la gouvernance du monde ? Comment le réformeraient-elles ? Est-ce que leurs priorités seraient différentes ? Qu'est-ce qui changerait concrètement dans nos vies ?Telles sont les questions posées par Muriel de Saint Sauveur à cent femmes, la plupart chefs d'entreprise, responsables politiques ou culturelles, vivant dans 32 pays différents.Parmi elles, quinze Françaises dont la banquière Gilberte Beaux, l'économiste Sylvie Brunel, Clara Gaymard, présidente de General Electric France, Françoise Gri, présidente de Manpower France, Marie-Jo Zimmermann députée de la Moselle, présidente de la délégation de l'Assemblée nationale aux Droits des femmes et à l'Égalité des chances entre les hommes et les femmes.Même si leurs méthodes et celles des hommes sont parfois convergentes, les femmes ont des priorités différentes : l'économie et la stratégie notamment n'occupent plus la première place.Probablement parce qu'elles sont porteuses de vie, elles entretiennent une relation à leur corps et à l'autre qui diffèrent de celles des hommes.
    Elles ont une perception originale du monde, ce qui explique qu'elles proposent une organisation différente de la société.

  • " Dans la Chine ancienne, la poésie et la peinture étaient indissociables et formaient un tout qui fut le coeur de la culture chinoise.
    Sans la poésie calligraphiée sur le tableau, une oeuvre picturale était considérée comme inachevée. Les poètes étaient des peintres et vice-versa. Enfant, j'ai été initiée à la poésie en même temps qu'à la peinture, à la calligraphie et au luth. Aujourd'hui, c'est une joie pour moi de glisser mes tableaux aux côtés des poèmes qui ont bercé mon enfance et mon adolescence. " Shan Sa.

  • A partir d'une étude historique, sociologique et économique de cette famille de presse, Vincent Soulier démontre que cette influence a été et est bien plus importante qu'on ne le croit souvent.
    Il retrace l'histoire de la presse féminine depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle, revenant sur ses événements clés : les combats pour la légalisation de l'avortement et de la pilule contraceptive, lutte contre les violences familiales ou le harcèlement sexuel... Au fil de cette enquête sont abordés des sujets graves (comment la presse féminine parle-t-elle de la prostitution ? de la pédophilie ? de la pornographie oe) ou légers (les nouvelles façons de rencontrer l'âme soeur, l'explosion des ventes des sex toys, l'érotisme lié aux textos...).
    Derrière l'apparente futilité, se révèle une force liée à une certaine liberté de ton, comme au phénomène de l'internationalisation : " Les femmes, qui sont aussi les premières consommatrices de médias, ne se contentent plus de suivre la mode ; les innovations qu'elles impulsent entraînent avec elles l'ensemble de la société. "

  • Juin i94i.
    Trois officiers français des troupes du levant sont ensevelis sous les décombres d'un temple du djebel druze, en syrie. cinquante ans après, les trois corps exhumés sont ceux de deux hommes et d'une femme. qui est cette femme ? qu'est devenu le troisième officier, dont la dépouille n'a jamais été réclamée par sa famille ? et en quoi ces faits, relatés par un journal, concernent-ils laura, une jeune française de vingt-cinq ans ? un accident de voiture, un coma, suivis d'hallucinations, de rencontres et de hasards : laura est convaincue qu'elle est nora, dont la vie s'arrêta brutalement sous les ruines de ce temple.
    Il lui faudra se rendre sur les lieux pour découvrir le secret de sa première vie. car " il y a de la terre dans sa mémoire, une terre lourde et suffocante ".

  • « La nature est éternellement jeune, belle et généreuse. Elle possède le secret du bonheur, et nul n'a su le lui ravir. » George Sand « S'il y a un peu de paix en nous, il y a au moins un endroit où la paix vit sur la Terre. » Jean-Yves Leloup Ce livre présente 209 photos et autant de citations qui se répondent en un jeu d'échos. Qu'elles donnent à voir des enfants, des femmes ou des fleurs, les images viennent du monde entier, glanées au hasard des voyages de Michel Pascal et Djana. Quant aux citations en regard, elles sont issues de toutes les traditions spirituelles et littéraires. Le lecteur pourra se promener à loisir au fil des pages de ce recueil, pour y puiser chaque jour des moments de sérénité et d'émerveillement.

  • « Le hasard n'existe pas, il n'y a que des rendez-vous », disait Paul Eluard.
    Il n'y a pas eu de hasard dans la démarche de Claire Garate, qui a pris rendez-vous, avec cinquante écrivains, hommes et femmes. Elle les a d'abord pris en photo puis leur a demandé de commenter leur portrait, par écrit, en lui envoyant un texte manuscrit - car l'écriture, comme la photographie, est aussi un reflet de l''me. Leurs photos, accompagnées de leur commentaire manuscrit, sont reproduites dans ce livre.
    Parmi les auteurs qui se sont prêté au jeu, de Jean-Philippe Arrou-Vignod à Michel Tournier, citons Pierre Assouline, Tonino Benacquista, Alphonse Boudard, Cavanna, Michel Déon, Irène Frain, Nancy Huston, Philippe Labro, Marc Lambron, François N ourissier, Louis Nucéra, Patrick Reynal, Dominique Rolin, Annie Saumont...

  • La crise financière que nous vivons ne remet pas seulement en cause le système économique mondial : elle invite à repenser le modèle de profit sur lequel reposent nos sociétés occidentales.
    Alors que les initiatives d'économies dites « solidaires », « durables » se multiplient (microcrédit, commerce équitable...), la notion de profit altruiste semble une alternative aussi crédible que nécessaire.L'argent est une énergie puissante qu'il faut « réenchanter » : elle contribuera ainsi au bien-être de tous. L'auteur invite le lecteur à modifier son rapport à l'argent : il peut faire le bonheur à condition qu'il ne conditionne pas toutes nos actions.
    C'est en ayant conscience de nos vrais besoins, de vraies sources de satisfaction qui ne sont pas matérielles, que l'on peut sortir de notre prison mentale et dépasser la souffrance liée à l'argent - ou au manque d';argent.Michel Pascal propose une méthode méditative, inspirée des Pères du Désert et du bouddhisme, pour développer notre système immunitaire mental, afin de mieux faire face aux crises que nous sommes amenés à rencontrer.

  • « Le plus beau roman qui soit sur la folie d'aimer. » The New York Times Book Review - Ce ne devait être qu'un bref séjour à l'occasion d'un enterrement. Mais, en arrivant à Jenkintown, la petite ville de Nouvelle-Angleterre où elle a grandi, Marcie comprend que son passé l'a rattrapée. En retrouvant Hollis, l'orphelin que son père avait adopté, elle voit se dérouler le film de son adolescence.
    L'arrivée du jeune homme avait tout bouleversé : le frère de Marcie, jaloux de l'affection que son père portait au nouveau venu, était devenu violent et taciturne ; Marcie, elle, était fascinée par ce jeune homme au passé mystérieux et qui entretenait avec la nature une relation fusionnelle. Les deux jeunes gens étaient tombés amoureux, mais le caractère possessif de Hollis avait précipité leur rupture. Marcie avait épousé Richard, le fils des voisins, et quitté Jenkintown. Vingt ans plus tard, la jeune femme est ébranlée par ses retrouvailles avec Hollis. Veuf et désormais riche, ce dernier n'a jamais quitté Jenkintown, où il mène une vie oisive dans une somptueuse propriété.
    Mariée, mère d'une petite fille qui l'accompagne dans ce retour aux sources, Marcie cèdera-t-elle une deuxième fois au charme de celui dont certains prétendent qu'il a empoisonné sa femme ? Originaire de Long Island, ancienne élève de Stanford, Alice Hoffman est l'une des romancières les plus lues aux États-unis. Elle est l'auteur notamment de Seul parmi les loups (Belfond, 1995) et Les Ensorceleuses (Flammarion,1999). Les éditions Archipoche ont publié, en 2007, Mes meilleures amies. - un roman très bien accueilli par la presse américaine lors de sa sortie : « Jamais Alice Hoffman n'était allée si loin dans l'exploration des méandres de l'âme humaine.»  The Washington Post ; « Si les livres dialoguent entre eux par-delà les siècles, alors nul doute que Un instant de plus ici-bas a longuement conversé avec Les Hauts de Hurlevent. »  Atlanta Journal

  • Le progrès économique et social est-il un préalable à la démocratie ? La Tunisie est-elle un État de droit moderne et ouvert ou bien un régime autocratique ? L'approche prudente suivie par le régime, sur le plan politique, est-elle justifiée par la seule menace islamiste ? La Tunisie a besoin de liberté.
    Elle a aussi besoin de temps. Depuis 1987, Zine el-Abidine Ben Ali a repris en main un régime agonisant, menacé d'un coup d'État intégriste, pour tenter d'en faire un pays dont tous les citoyens, hommes et femmes, jouissent des mêmes droits et aient les mêmes devoirs. Partis subventionnés, justice réformée, implication de la société civile à tous les niveaux de la vie institutionnelle, priorité budgétaire à l'éducation, tolérance religieuse garantie, libéralisation graduelle de l'économie.
    Autant d'avancées réelles. Mais la démocratie ne se fait pas en un jour. En ce sens, les reproches faits à la Tunisie - atteintes aux droits de l'Homme, confiscation du pouvoir, musellement de la presse, répression policière - sont autant d'encouragements à conserver le cap de la modernité. Terre de paradoxes ? Comment en serait-il autrement dans un pays arabe et musulman, un pays du tiers-monde et d'Afrique du Nord qui a choisi la voie courageuse de la démocratie, en rejetant les ruptures culturelles brutales qui la mettraient à sang ? Cinquante ans après la proclamation solennelle de son indépendance, faits et chiffres à l'appui, Antoine Sfeir dresse le portrait d'une nation pilote dans le monde arabe.

  • Au bonheur des chats

    Rihoit-C

    • Archipel
    • 5 Septembre 2007

    Ces félins qui gouvernent nos coeurs. Chat qui soigne les chagrins, chat qui console, chat qui nous fait sourire quand nos proches sont au loin... Les chats ont joué un rôle important dans la vie de Catherine Rihoit. Il était juste qu'elle leur rende à présent hommage dans cet essai qui mêle souvenirs personnels et réflexions sur le rôle du chat dans notre monde. Les premières représentations du chat dans l'Égypte ancienne ne montrent-elles pas un animal qui soigne l'homme ? Alors déifié, le chat est par la suite précipité dans l'enfer par le christianisme qui en fait un auxiliaire du démon... Animal de réconfort dont nos vies stressées ont bien besoin, le chat, malgré les aléas de l'existence, reste toujours lui-même, ce pourquoi nous l'admirons. De plus en plus proche de nous, son apparente indifférence dissimule une grande capacité d'affection : les amoureux du chat savent qu'il rend bien au-delà de ce qu'on lui donne. Mais c'est également parce qu'il sait nous faire rire que le chat nous fait du bien... Touchant et amusant, ce livre ne se contente pas de parler des chats, qui le traversent comme les personnages d'un roman : l'un d'eux prend ainsi la parole pour donner son point de vue sur cet univers déjanté où s'agitent les humains, et où les félins viennent mettre un peu d'ordre, de chaleur, d'humour et de beauté...

    Née à Caen en 1950, Catherine Rihoit suit des études d'anglais jusqu'à l'agrégation. Maître-assisante à la Sorbonne, elle entreprend des recherches sur Henry James. Elle publie Portrait de Gabriel en 1977, puis Le bal des débutantes un an plus tard. Elle a reçu le Prix des Deux-Magots en 1983 pour La Favorite. Cette amoureuse des chats, auteur de biographies de Dalida, Brigitte Bardot et Thérèse de Lisieux, est aussi journaliste, essayiste, auteur dramatique et scénariste.

  • " Je m'intéresse à la vie de tous les jours et je l'assume. Parler des femmes, du travail, des conflits familiaux ou de générations, de l'éducation et de l'environnement, ce n'est pas évoquer des sujets secondaires. C'est parler de l'essentiel. Ce sont des sujets qui sont au coeur de nos vies. " L'action publique, Valérie Pécresse est tombée dedans voici presque vingt ans. Aujourd'hui, cette bosseuse entrée au service de l'État par vocation a l'esprit résolument tourné vers la recherche de solutions aux problèmes des Français.
    À partir de situations vécues, cette jeune quadragénaire que d'aucuns surnomment la " Ségolène de droite " expose les convictions d'une élue éprise d'égalité sociale et de mixité. Sans éluder les sujets qui fâchent - la réforme de l'université ! -, ce livre dévoile le quotidien d'une femme politique de la nouvelle génération. Hier conseillère à l'Élysée et députée, aujourd'hui ministre engagée dans de profondes réformes, responsable UMP des Yvelines et mère de trois enfants : le job n'est pas de tout repos ! Cette battante se raconte et livre ses coups de gueule (contre l'ascenseur social en panne, contre l'immobilisme.) et sa vision d'une politique d'action et plus seulement de discours. Sans oublier la région Île-de-France, " la plus belle d'Europe " dont elle brigue la présidence, lors des régionales de mars 2010 !

  • Sigmund Freud

    Roger Dadoun

    Après un quart de siècle consacré à des recherches en neurophysiologie qui lui valent une renommée internationale, Sigmund Freud, en un geste audacieux de rupture, s'engage dans cette étrange autoanalyse qui lui fait inventer la psychanalyse - sur la base d'un examen de ses propres rêves et d'une perception singulière des hystéries et des névroses.
    À vocation clinique, la pensée freudienne se fixe pour tâche d'explorer tous les domaines de la condition humaine : érotique, onirique, esthétique, mais aussi anthropologique, esquissant au passage la possibilité d'une psychanalyse politique.
    Roger Dadoun présente le « roman intellectuel » de ce savant qui, longtemps seul, regroupa autour de lui une « horde sauvage » et étendit son emprise bien au-delà de son cabinet. Ainsi se donne à voir le médecin, penseur, humaniste, libérateur, théoricien de la sexualité et de la pulsion de mort, chasseur d'illusions, confronté à l'« inquiétante étrangeté » du monde contemporain.

  • Découvrir et appréhender la caractérologie.

    "Nous sommes tous des caractères" : c'est une donnée incontestable. Les caractères se composent des trois facteurs humains constitutifs de notre vie : Emotivité, Activité, Temps ou Durée. Ils concernent et englobent toute la réalité de l'homme : chacun est plus ou moins émotif, plus ou moins actif, plus ou moins sensible au temps ou à la durée. Ces trois facteurs fondamentaux produisent les huit caractères qui fondent la caractérologie : passionné, colérique, flegmatique, sanguin, sentimental, nerveux, amorphe, apathique.
    Toujours utilisés, ces types demeurent pourtant approximatifs, voire discutables. Il importe donc d'envisager la caractérologie dans son ampleur et sa puissance : elle se préoccupe, dans un esprit humaniste, de la qualité et de la vitalité des êtres humains définis comme des individus égaux à la portée universelle.
    La caractérologie ne se limite pas à des traits de caractère. Sa fonction fondamentale est, pour tous, de trouver ouverture et liberté.
    Prônant la connaissance de soi et la connaissance d'autrui, elle reconnaît chacun comme un être humain, dans sa plénitude et sa valeur essentielle. Construire son caractère, c'est maîtriser son émotivité, son activité, son temps. La caractérologie se donne pour tâche de restituer à chaque individu son être intime et profond, son être social et raisonné. Dans l'ère insensée où nous sommes, une voie caractérielle est tracée, distincte pour chacun, commune pour tous : vitale, minimale, individuelle, universelle, concrète - il n'y en a pas d'autre.

empty