Vita Sackville-West

  • « Adossée à la mort, elle pouvait enfin contempler sa vie. Et pendant ce temps l'air vibrait du bruissement des abeilles ».

    Lorsque meurt son époux, ancien vice-roi des Indes, Lady Slane, quatre-vingt-huit ans, décide de quitter la demeure familiale pour s'installer dans un quartier excentré de Londres. Là, dans le calme de son nouveau logis, elle regarde son passé, sans fard ni amertume et entame une vie nouvelle autour d'amitiés légèrement excentriques. Si toute passion est abolie, le feu n'est pas mort, il est contenu par l'âge comme dans l'âtre d'une cheminée. Vita Sackville-West nous livre ici un roman délicatement féministe, au charme fou.

  • Les Godavary sont passés maîtres dans l'art de faire disparaître les problèmes sous le tapis. Une habitude que les funérailles du chef du clan, Noble Godavary, viennent mettre à mal. Et pour cause: sa fille Paola, née d'un deuxième lit, sera de la partie. Dominatrice et magnétique, elle détone dans l'austère maison familiale.
    Et quoi de mieux qu'un testament pour mettre le feu aux poudres ?

  • Au printemps 1926, Vita Sackville-West (1892-1962), grande amie de Virginia Woolf, décide de suivre avec son mari, le diplomate Harold Nicolson, une ancienne piste de montagne au sud-ouest d'Ispahan fréquentée par les caravanes et jadis empruntée par Alexandre le Grand pour gagner l'Inde. À dos d'âne et en voiture, le truculent périple du couple très «british» sera émaillé de scènes de ménage, Harold ne perdant pas une occasion d'accabler de reproches cette épouse qui l'a emmené se perdre au milieu des nomades.

  • Evelyn Jarrold est la veuve de Tommy Jarrold, tué au cours de la Première guerre mondiale, fils du vieux William Jarrold, fondateur de la dynastie familiale (dont les autres représentants masculins sont beaucoup plus ternes) et bientôt baronnet. Evelyn, qui approche la quarantaine, est la mère de Dan, adolescent envoyé à Eton. Parfaite représentante de la haute société oisive, c'est une femme sophistiquée, exigeante jusqu'à en être manipulatrice, mais sensible et impulsive. Malgré leur différence d'âge, elle tombe amoureuse de Miles Vane-Merrick, député réformiste quoique issu d'une famille de hobereaux. Miles est de quinze ans plus jeune qu'elle, et son caractère fougueux, actif, idéaliste, l'entraîne vers « l'ivresse du moment » et ses projets plutôt que vers Evelyn - et pourtant il l'aime sincèrement. Ils prennent conscience, malgré leur appartenance au même monde ou presque, d'être le jouet de forces sociales opposées. Qui, dans cette relation contrariée, restera le plus fidèle à l'autre ? Qui est le plus porté au sacrifice ? Qui veut vraiment construire un amour durable ? Evelyn, en tout cas, ne parvient pas à attirer pleinement Miles auprès d'elle et à l'arracher à ses amis, des politiques et des intellectuels dont elle se méfie - ou faut-il dire, à monopoliser son temps et son attention ? Jalouse, torturée par la peur de s'abaisser, elle choisit de mettre fin à cette relation passionnée qui la maintenait encore du côté de la jeunesse, et de la vie.
    Traduit par : Bernard Delvaille

  • « Pourquoi avoir choisi Mr Gatacre comme victime ? Je suppose que vous n'avez rien à lui reprocher ?- En partie parce qu'il était petit, frêle, facile à endormir... Et je ne tenais pas à ce qu'il souffre. »Westease, adorable village de la campagne anglaise, préservé des horreurs d'une guerre encore toute fraîche, est bien tranquille... trop, peut-être ?Lorsque Roger Liddiard, jeune et brillant romancier, s'y arrête au volant de sa Jaguar, il en tombe amoureux et décide de s'y établir, non loin du Professeur, vieux gentleman solitaire, du peintre Wyldbore Ryan, et de Mary Gatacre, la fille du révérend.Voici que Mr Gatacre est assassiné, sans raison ni indice évidents... Liddiard brûle de résoudre l'énigme. Sans savoir à quel point sa propre responsabilité pourrait être engagée.Traduit de l'anglais par Micha Venaille.

  • "Ils avaient si longtemps mené des vies séparées, se rencontrant seulement à la surface des choses, qu'il fut stupéfait de surprendre ce regard si tendre, si inquiet. Elle avait essayé de capter son attention par un sourire, pour lui montrer qu'elle était avec lui, mais il s'était détourné pour échanger quelques mots avec Juliet. Il pouvait faire confiance à Rose pour qu'elle le protège, mais il n'était pas question de la laisser pénétrer dans son intimité." A l'instigation de Rose, sa femme, Walter Mortibois invite son frère, sa belle-soeur, son beau-frère et leur fils, ainsi qu'une excentrique lady, à passer le week-end dans leur splendide demeure d'Anstey. Toutefois, il leur préfère la compagnie de Svend, son berger allemand adoré... Rien d'étonnant chez cet esthète d'une froideur de glace, qui depuis des décennies ignore jusqu'à sa propre femme, malgré les efforts désespérés de Rose, obstinément amoureuse. Ce n'est pas l'irruption d'invités engoncés dans leurs petits égoïsmes qui risque d'y changer grand-chose ! Jusqu'à ce que, brusquement, un double drame ne vienne brouiller les cartes et (enfin) réchauffer les coeurs.

  • C'est au cours d'un dîner, en 1922, que Virginia Woolf rencontra Vita Sackville-West, qui allait être, jusqu'à sa mort, une des personnes les plus importantes de sa vie. En lisant leur correspondance, qui se poursuivit sur plus de dix-huit ans, on ne peut douter de la profondeur de la passion indestructible qui lia ces deux femmes exceptionnelles. Vita-Sackville West excellait dans l'art de la correspondance, que ce soit pour dépeindre les jardins anglais, les montagnes de la Perse ou les déserts de l'Arizona. Ses lettres nous transportent dans une époque où Gide et Proust choquaient, où un procès en obscénité était intenté à une romancière accusée de saphisme. Virginia Woolf, pour sa part, se débattait sans cesse dans les affres de l'enfantement de « sa » vérité de l'écriture. À travers cette correspondance, c'est un nouvel aspect de son fascinant et multiple visage que nous apprenons à connaître.

empty